le héros et l’adversaire

161906 – 12/195
le héros et l’adversaire doivent être semblables, mais, avoir des univers différents.
De l’affrontement entre ces deux univers, va jaillir l’histoire. Chacun ayant sa conception du monde qui l’entoure et une façon de s’y comporter. Chacun va agir de façon différente pour atteindre ou pas le même objectif. Seul l’un des deux peut arriver à ses fins.
Il est de même important de se demander quelles causes vont avoir pour effet la prise de conscience du héros et l’amener à changer. Par quel processus va t’il passer pour évoluer et se transformer en quelqu’un d’autre de complètement différent?
Ce passage se fera t’il brutalement à la suite d’une révélation, ou, le héros glissera t’il lentement d’un état à un autre?
Qu’est-ce qui dans le passé du héros va faire caisse de résonance? Prendra t’il conscience que son désir ne correspond pas à son besoin, et, ses valeurs vont elles changer?
Changera t’il ses désirs ou tentera t’il d’adapter ses besoins?
Le déséquilibre entre son désir et ses besoins vont jouer un rôle dans son évolution, va t’il enfin découvrir ce dont il a véritablement besoin pour être heureux et acceptera t’il de changer ou au contraire refusera t’il?
Tous ces différents points vont se retrouver dans la trame de votre récit, et, influencer votre intrigue, qui, suivant le choix que vous faites pour votre héros sera différent.
Dans un roman tout est lié, les personnages, leurs univers, le thème et la position que vous défendez. Il n’y a pas le bien et le mal et le triomphe du bien sur le mal ou l’inverse, mais une thèse qui vous tient à coeur et à laquelle vous croyez dans votre histoire et que vous avez envie de démontrer. Peu importe ce qu’elle est, ce qui compte c’est votre volonté d’expliquer et de développer des arguments non pas pour convaincre, mais, pour expliquer votre choix.
Cordialement Camille Saintonge

Publicités

la fin de l’occident

241905 – 100/193
la fin de l’occident
Lors de la première guerre mondiale, lorsque les États Unis sont entrés en guerre, le monde occidental avait sa morale, des traditions, sa culture… Alors il s’est mis à côtoyer un univers différent, celui de l’Amérique. Le choc de ces deux mondes différents a transformé notre société, comme le monde romain avait bouleversé la Gaulle en lui apportant son goût pour l’art et la culture…
C’est un retour dans le passé qui s’effectue depuis une centaine d’années sous l’influence américaine.
Les anciennes valeurs qui avaient permis à l’Europe de devenir plus civilisée sont devenues désuètes et ne font plus partie des aspirations des jeunes générations qui, ne cherchent plus à s’épanouir pour trouver le bonheur, mais, préfèrent le profit et le paraitre.
L’univers de l’argent remplace progressivement toutes les autres valeurs et il modifie notre société en profondeur.
L’être existe de moins en moins et bientôt lorsque l’on demandera à quelqu’un : « qui êtes vous? » il faudra se satisfaire de la réponse:
– Je gagne XXX par an!
Que vous soyez généreux, courtois, jaloux, vindicatif, cultivé, dépourvu de morale, ambitieux, pervers… N’aura plus aucune importance, seule comptera votre capacité à augmenter vos avoirs et tout s’y rapportera.
Ce constat se fait facilement en se rappelant que à la fin de la seconde guerre mondiale, les américains ont protégés de nombreux criminels de guerre nazis parce qu’ils pouvaient leur être utiles pour accroitre leur pouvoir et leurs avoirs.
George Bush n’a pas hésité à mentir pour s’emparer du pétrole Irakien sans être jamais inquiété malgré les morts que cela a entrainé…
La politique, le pouvoir et l’argent baignaient dans cet univers, mais, de plus en plus il s’étend dans toutes les couches des sociétés occidentales, causant la fin de l’occident qui nous a vu grandir pour le remplacer, mais par quoi? Et les hommes en sont-ils plus heureux?
Cordialement Camille Saintonge

défaut et conflit

141905 – 92/193
Défaut et conflit
« Le défaut » de votre personnage va déterminer le reste de votre roman dans le cadre de votre scénario.
De plus, il va vous donner des clés pour créer des conflits lorsque les croyances de votre héros vont se heurter à celles des autres personnages du roman qui vont avoir d’autres valeurs.
Lorsque deux univers se heurtent, cela fait toujours des étincelles.
Mais si, maintenant un autre personnage intervient avec des valeurs différentes cela devient intéressant, car, lorsque il y a trois personnages en conflit, il y en a toujours deux qui se liguent contre le troisième. Dans le cadre d’un roman, cela va donner de multiples combinaisons possibles. A+B contre C et A+C contre B etc.
Vous allez pouvoir avoir à votre disposition toute une gamme de possibilités pour un même scénario avec des choix et des orientations de l’action diverses.
Dans une Iliade où l’on ne change pas de lieu principal il y a de nombreux personnages qui se confrontent et l’histoire nait de ces confrontations multiples avec leurs traitrises, leurs changements lorsque les motivations évoluent, les alliances qui se renversent…
Ce défaut du personnage est donc important, car, il garantit une évolution de votre héros et également des conflits.
Sans conflit, pas d’histoire, et sans personnage, pas d’histoire non plus.
Cordialement Camille Saintonge

Iliade ou Odyssée

101905 – 74/193
Stendhal a écrit « le rouge et le noir » en 52 jours, pratiquement sans réécriture. Flaubert avait besoin de quatre ans pour écrire un roman. La moyenne se situe autour de une année pour environ deux cent pages. C’est à dire une page par jour si l’on prend en compte les jours où l’on écrit pas parce que l’on a aussi des obligations au cours de une année.
Écrire c’est aussi la mise en oeuvre d’une méthode. Il n’y en a pas de bonnes ni de mauvaises, chacun de nous a la sienne, et, si l’on prend un peu de recul par rapport à notre écriture nous nous rendons compte que nous écrivons rarement deux romans de la même façon. Cela peut paraitre surprenant mais en réalité, comme nous évoluons et changeons, notre façon de faire évolue au fil de notre progression.
Mais, il y a dans toute écriture de roman quelque chose qui ne change pas et qui n’a pas changé depuis la Grèce antique. Où bien nous écrivons une iliade, ou une odyssée.
Dans une odyssée, le héros passe d’un lieu à un autre et affronte des épreuves variées au cours de ses déplacements, ou, nous écrivons une iliade et le héros affronte des obstacles sur place sans bouger et revient systématiquement au point de départ pour faire face à une nouvelle épreuve.
Dans tous les cas on est confronté à la structure du roman et à la façon que l’on a de faire s’affronter des univers entre eux.
Chaque personnage a son univers et c’est la rencontre de ces divers univers qui va lui permettre de faire son évolution.
La confrontation des personnages n’est là que pour permettre au héros d’’avoir « une révélation » sur lui même, sur ses valeurs, et de découvrir « son défaut ». Tel personnage qui courait après la réussite financière prend conscience qu’en réalité il cherchait autre chose et va ou courir à sa perte en refusant le changement, ou, trouver le bonheur en abandonnant ses anciennes croyances…
Les histoires racontent toute la même chose : un héros qui cherche à trouver son bonheur… Mais chaque héros a le sien qui est différent de celui des autres, alors il y a de quoi faire…
cordialement Camille Saintonge

lire

Lire, c’est découvrir la façon dont d’autres auteurs nous racontent leurs histoires, c’est aussi apprendre à voir la force et la faiblesse d’un récit. L’histoire qui suit sera toujours meilleure que la précédente aussi est-il intéressant de regarder à quelle époque un récit a été écrit et d’en lire un qui a précédé celui que vous venez de lire pour constater l’évolution d’un auteur. C’est le côté passionnant de l’écriture, on apprend à écrire non seulement en écrivant mais en lisant plusieurs ouvrages, au moins deux de chaque auteur. Varier les auteurs est un enrichissement, mais restez dans des univers qui vous conviennent, vous n’apprécierez jamais un auteur dont l’univers ne vous plait pas. Rappelez-vous, on écrit pas pour tout le monde, mais seulement pour son lectorat.
cordialement Camille

les thèmes

Pour trouver un thème, il suffit de se poser des questions et d’y répondre avec ses croyances et ses convictions, c’est l’univers de chaque auteur, cet univers, les lecteurs et lectrices qui en partagent les convictions constituent son lectorat. L’univers de chaque auteur est sa marque de fabrique et les histoires qu’il y développe appartiennent à un genre, mais, on y retrouve ses convictions, ses valeurs, ses croyances, ses motivations, les enjeux qu’il veut mettre en avant etc.
Ècrire de la fiction, c’est se poser des questions et l’une des questions que connait tout auteur est : que se passerait-il si ?. La réponse peut déboucher sur toute une série d’idées de roman.
Et si les bouleversements climatiques entrainaient une montée des eaux de un mètre ou plus, Paris serait-il au bord de la mer? Que resterait-il de la France ? Où se déplacerait le golf stream? Quelle serait la nouvelle zone climatique tempérée ? …
cordialement Camille

une histoire

Les gens sont captivés par les histoires. Au plus profond de nous mêmes nous nous plongeons dans d’autres univers, et sommes fascinés par une réalité qui est différente de la notre. nous résolvons des mystères, participons à des luttes glorieuses, découvrons des endroits merveilleux, vivons des romances et suivons pas à pas un héros à travers une aventure. Une histoire captivante devient unique parce qu’elle nous offre la possibilité de vivre la vie d’une autre personne, le héros ou l’héroïne du récit que nous lisons. Cela peut sembler irréel, mais cela nous permet d’échapper le temps d’une lecture au stress du monde qui nous entoure, de nous distraire. C’est en cela que les romans nous attirent. Depuis que le monde existe, les histoires ont été utilisées pour enseigner, pour transmettre des informations, des idées, et autres sous des formes différentes. Cette tradition se poursuit de nos jours. Nous racontons des demi-vérités à nos amis sur le week-end que nous avons passé à la montagne ou à la mer, ou relatons une anecdote à nos collègues de bureau sur le charme d’une voisine ou sur ce que fait notre voisin… Mais une histoire nous permet surtout de partager nos sentiments, nos espoirs, nos désirs avec les autres.
cordialement Camille