Jérusalem

C’est un quinze juillet en 1099 que les croisés prirent Jérusalem.

Voici le récit de la prise de Jérusalem par Raimondo d’Aguilers, avec les exagérations d’usage dans une chronique de ce genre :

«À peine les nôtres eurent-ils occupé les murs et les tours de la ville, alors ils purent voir des choses terribles : certains, et c’était une chance pour eux, étaient décapités, d’autres tombaient des murs criblés de flèches ; beaucoup d’autres enfin brûlaient dans les flammes. A travers les rues et les places, on voyait des têtes amoncelées, des mains et des pieds coupés ; hommes et chevaux couraient parmi les cadavres. Mais cela n’était rien encore : parlons du Temple de Salomon, où les Sarrasins avaient l’habitude de célébrer leurs cérémonies religieuses. Que s’y était-il passé ? Si nous disions la vérité, nous ne serions pas crus : disons seulement que dans le Temple et dans le portique de Salomon, on avançait avec du sang jusqu’à la hauteur des genoux et des mors des chevaux. Et c’était par juste jugement divin que ce lieu qui avait supporté si longtemps les injures contre Dieu, recevait leur sang. Après la prise de la ville, il était beau de voir la dévotion des pèlerins devant le Sépulcre du Seigneur et de quelle façon se manifestait leur joie en chantant à Dieu un chant nouveau. Et leur coeur offrait à Dieu vainqueur et triomphant des louanges inexprimables en paroles… »

Le président Français Charles de Gaulle prononça en 1967 ce même 15 juillet sur le balcon de l’hôtel de ville de Montréal son resté célèbre : « vive le Québec libre ».
Ce même jour de l’année 2006 naissait Twitter.
Eh oui on associe facilement Mickey et Donald et on s’imagine que c’est seulement un dessin animé, pourtant lorsque le président des Etats-Unis actuel a été élu à la présidence de son pays il a bien fallu se rendre à l’évidence, c’était aussi un vrai prénom porté par des personnes. Et le 15 juillet : C’est la fête des Donald et Mickey rigole.
cordialement Camille

facebook, twitter, et les autres

facebook, twitter, et les autres

Je ne suis pas un adepte des réseaux. J’écrivais cela sur un blog dernièrement en précisant que je les trouvais dangereux car, on ne peut pas effacer leur contenu.

J’imagine un jeune homme ou une jeune fille de 15 ans ou plus écrivant (c’est l’âge) au gré de leurs humeurs ou de leurs émotions des choses que peut-être dans vingt ans ils regretteront, ceci sans pouvoir les effacer. C’est pour moi plus que fâcheux.

C’est vrai que la téléréalité envahit les écrans et fausse l’esprit d’une jeunesse fragile qui est trompée et mystifiée au quotidien et qui oublie que même les émissions de téléréalité ont un scénario et que le casting est fait pour que les personnages suivent le scénario.

C’est une des méthodes du roman. Ou l’on adapte les personnages à l’histoire, ou on choisit une histoire avec des personnages capables de la vivre. Nous sommes dans une époque d’imposture qui probablement trouvera dans le futur ses remèdes, mais pour l’instant …

cordialement