L’ennemi

Il y a à la télévision une série de petits gags dont le nom m’échappe mais qui passent chaque jour. Joués par des couples différents, cela m’a donné l’idée de ces lignes.

Pourquoi ne pas se faire des ennemis gratuits? c’est facile, il suffit d’adresser à son entourage, voisins, amis… une série de mails contenant des critiques. De préférence des critiques parfaitement justifiées à nos yeux.

Comme nous sommes des êtres d’émotion mus par notre orgueil et par notre amour-propre cette méthode devrait nous garantir un superbe échec relationnel.

Alors, en ne critiquant personne en ne condamnant personne et en ne se plaignant pas, et au contraire en disant du bien sur tout le monde je crois que l’on aurait plus de chance d’être apprécié de ses voisins et de ses relations.

Si en plus on essayait de comprendre les gens, et de découvrir les mobiles de leurs actions. On irait forcément de l’avant.
cordialement Camille

Publicités

Le monde à l’envers

En zappant à la télévision je suis tombé sur des images du Liban dans les intempéries. Vent 110km/h, pluies intenses, neige sur les hauteurs…

L’hiver qui habituellement à Beyrouth sévit autour de 14°c devient un hiver comme nous n’avons plus en France où la température se promène autour des 7 à 10º en attendant la vague de froid qui va nous venir des usa dans les quinze jours.

Le monde est décidément perturbé. Assassinats d’une brochette de dessinateurs d’un journal satyrique âgé de plus De 70 ans ainsi que de journalistes… Pourquoi? Au nom de quelle folie à t’on pu commettre cet acte? Quel obsession maladive a animé l’âme de ces détraqués
Cordialement Camille

Saltimbanque

Saltimbanque
Une vocation loupée

Ce matin en ouvrant la télévision pour regarder les évènements en cours, je fais cela seulement deux à trois fois par semaine, j’ai eu la surprise d’entendre qu’un individu avait changé…

Bien sur, cela m’a interpellé, car, heureusement ou malheureusement les changements réels que l’on peut constater avec le temps sur un individu quel qu’il soit, sont peu pertinents sur le fond. Seule l’apparence extérieure, avec l’âge ou suite à un travail de composition peu modifier l’apparence qu’il veut donner de lui. Mais, il reste ce qu’il est et ce qu’il a toujours été au fond de lui même.

Les présentateurs sont plus choisis pour leur souplesse et leur obéissance que pour leurs connaissances et leurs compétences, mais là, c’était trop. Comme les médias sont couteux, il convient de se demander qui paye la facture de ce plan de communication qui ne s’embarrasse guère de vérité. Je n’ai pas encore la réponse, mais en me posant la question, j’ai échappé à ce mensonge que manifestement les médias n’ont pas fini de nous rabâcher.

C’est surprenant ce côté acteur de certains personnages qui pour atteindre leur but n’hésitent pas à faire écrire une pièce qu’ils jouent et rejouent devant un public choisi pour lui faire croire que c’est à la vie comme sur la scène. Mais, lorsque le spectacle est terminé, il faut enlever le maquillage et remettre les talonnettes pour paraitre plus grand. La réalité est parfois amère, attention au réveil…
cordialement Camille

Regardez-vous la télévision ?

Regardez-vous la télévision ?

Personnellement oui. Mais, j’ai la chance de ne pas avoir le goût des émissions de télé réalité, des jeux, des variétés, ni du sport.

Les chaînes que je regarde le plus souvent sont la cinq et la sept. Les informations à 6h00 du matin me prennent quelques minutes, et, une fois que j’ai entendu les titres de l’actualité je coupe, car, le développement des titres ne m’intéresse pas.

Mon ordinateur affiche dans mon calendrier la météo de l’endroit où je me trouve, et, mon téléphone m’envoie des messages qui me prennent que quelques secondes à lire et m’informent sur les événements de la journée. Je reste donc informé sans avoir à subir des commentaires qui n’engagent que leurs auteurs, de la publicité et des images choisies pour orienter mes pensées. 

Les catastrophes rabâchées ne viennent pas perturber ma façon de penser, et, j’ai suffisamment de maturité pour penser par moi-même. Je déteste les émissions ou les intervenants se coupent la parole et défendent « leurs opinions » avec mauvaise foi en niant les évidences… J’aime «c’est dans l’air» lorsque le sujet m’intéresse, la  bibliothèque Médicis et beaucoup d’autres émissions qui m’amènent à me poser des questions ou qui m’apportent une connaissance sur un sujet particulier. En fait je regarde la télé un maximum de trois à 4h00 par semaine.

Cordialement

Le sport à la télé m’ennuie

Le sport à la télé m’ennuie

Le sport à la télévision m’ennuie. Pratiquer un sport oui, mais s’extasier derrière un écran sur l’activité physique déployée par d’autres ne m’intéresse pas.

L’effort physique personnel procure des satisfactions, mais, j’ai beaucoup de difficultés à comprendre le plaisir que prennent ceux qui ne pratiquent pas et se complaisent à siroter une bière entre deux bouchées de pizza et à s’exclamer devant un écran, calés dans un fauteuil confortable, ou avachis sur un canapé.

Mais, il faut de tout pour faire un monde, et cela remplit copieusement les programmes d’informations. Parfois, je me demande si cet engouement pour les activités passives favorise le sport. En tout cas il doit faire recette, car il est impossible d’allumer son poste de télévision sans tomber sur un reportage sportif.

Cela éloigne probablement les gens des réalités du quotidien. Et, si ils sont derrière leur écran de télé, ils ne pensent pas aux mille misères du quotidien.

Nous sommes passé des jeux sanglants dans l’arène à des jeux moins violents, mais tout aussi inutiles pour les spectateurs enthousiastes qui semblent ne pas s’en lasser.

Sans doute s’agit-il d’un phénomène de transposition. Le spectateur s’imagine à la place de son équipe favorite et gagne ou perd la partie.

J’ai le souvenir d’un évènement dont j’ai été le témoin lors d’un séjour professionnel au Maroc. C’était à l’époque où Hassan II dirigeait le Maroc. Le conflit dans le sud marocain saignait le pays qui devait consacrer à cette guerre la majeure partie de ses ressources avec 50% de sa population âgée de moins de 20 ans.

Les gens y étaient très pauvre. Nous étions en Août, il faisait une chaleur accablante, je séjournais à Marrakech.

C’était la fête du mouton et Hassan II dans une allocution destinée au pays avait déclaré quelque chose comme cela :

C’est la fête du mouton, comme je sais que tous vous ne pouvez pas acheter un mouton pour le manger, je vais, moi, le manger pour vous, pour que vous aussi vous soyez de la fête.

Mon propos ici ne reflète pas les paroles du Roi que j’ai oubliée, mais l’esprit de son allocution que j’ai retenu parce que à l’époque cela m’avait marqué. J’avais alors trouvé cela «gonflé».

Aujourd’hui je comprend, et cela, me fait penser aux spectateurs d’un match de foot qui prennent plus de plaisir à regarder le match qu’à jouer au football avec leurs copains.

cordialement

Lire et écrire

Lire et écrire

Parce que le roman est un condensé de vie, parce que le roman est une succession de conflits  où s’affrontent des personnages différents dont il faut comprendre le fonctionnement, il me passionne…

La vie elle même est une course d’obstacles et chacun porte un sac à dos quelque soit sa position sociale ou sa culture. Ce sac à dos est le fardeau du protagoniste dans un roman. Il est unique et le fruit du passé du personnage.

La littérature, c’est l’ensemble des oeuvres écrites auxquelles on reconnait une valeur esthétique, elle est le reflet d’une époque, d’un genre … C’est le fruit du travail d’un écrivain. Il n’y a pas de mauvaise littérature. Il y a ce que l’on aime et le reste. La littérature au sens large est un outil formidable dans la recherche du bonheur, elle ouvre des pistes, elle permet de se poser des questions et parfois d’y répondre, de rire, de pleurer, de nous distraire …

C’est aussi le moyen de faire avancer les choses de la vie de tous les jours. Encore plus à notre époque que dans le passé. Parce qu’aujourd’hui on ne peut plus dire : C’est vrai, je l’ai vu de mes propres yeux. Car, les images qui nous sont diffusées en continu par les chaines de télévision ne sont que ce que l’on veut bien nous montrer pour nous convaincre d’accepter quelque chose ou nous forcer à faire quelque chose. Il est donc important de pouvoir réfléchir sur un sujet autrement qu’avec des images imposées.

La pensée des peuples évolue dans le temps et suivant les époques et les manipulations dont ils sont victimes. Hier on fumait dans les restaurants et personne n’y trouvait à redire, aujourd’hui, c’est un délit. Cet exemple que tous les plus de dix ans ont en mémoire est pour moi la démonstration des manipulations que nous subissons.

Notre société évolue très vite au gré des pouvoirs et des progrès. Il ne reste que la littérature pour apporter des thèses et des antithèses sur notre société.

Alors, lisons tout ce que nous pouvons pour nous forger notre opinion. Pas seulement sur internet qui est un outil merveilleux, mais attention, de ne pas être victime des «mouvements de foule» que sont les réseaux sociaux, comme l’ont très bien compris les politiques qui utilisent des centaines de sympathisants pour véhiculer à leur profit des sentiments et des émotions.

cordialement