Les trois désastres

161904 – 28/193
Un roman se divise en trois parties, et, le protagoniste dans un roman doit affronter trois catastrophes majeures au cours du récit.
Le premier désastre intervient à la fin de la première partie du roman. C’est le début réel de l’aventure pour le protagoniste qui vient de quitter son environnement et qui se trouve propulsé dans un cadre qu’il ne connait pas et qu’il doit découvrir, ce qui va le contraindre à réagir à sa nouvelle situation.
La seconde « catastrophe » se produit au milieu du roman. Le protagoniste a affronté les obstacles mis sur sa route par l’antagoniste pour l’empêcher d’atteindre son but et il a commencé à comprendre les véritables enjeux et dangers de ce nouvel environnement où il a été plongé depuis la fin de la première partie. De plus il a découvert à ses dépends les fausses croyances qu’il avait et se prépare à changer de méthode. Sa façon de se comporter et d’agir l’ont empêchés jusqu’à ce moment à réagir. Il a subi, mais il a également appris et est maintenant à même de passer à l’attaque. Il sait qu’il ne maitrise pas encore tout pour pouvoir vaincre son adversaire, mais, il est sur la bonne voie.
Le troisième « désastre » se produit à la fin de la seconde partie. Il a obtenu quelques succès, mais à la fin de la seconde partie alors qu’il croyait vaincre, ll subit son plus grave échec, on le croit perdu, il se croit lui même perdu, mais, il a redécouvert ses valeurs et est prêt à perdre la vie pour que son adversaire ne gagne pas. C’est le moment le plus sombre dans le roman pour le protagoniste…
Ces trois catastrophes sont des marqueurs importants dans un roman, et, certains auteurs bâtissent leur intrigue à partir de ces trois désastres.
C’est une méthode que vous pouvez essayer pour écrire votre prochain roman, peut-être que elle vous conviendra.
Il y a tant de façons de bâtir son intrigue et son roman que c’est ce que je trouve merveilleux dans l’écriture, on a jamais fini ni d’essayer quelque chose de nouveau ni d’apprendre.
Cordialement Camille Saintonge

Publicités

résumer

C’est seulement lorsque l’on a maitrisé la structure du roman et que l’on se l’est appropriée, que, l’on réalise que ce n’est pas suffisant pour faire un bon récit.
En effet structurer un récit obéit à des règles simples qu’il suffit de maitriser pour construire une histoire. D’ailleurs on peut voir au cinéma de très nombreux films tirés de romans bien structurés mais qui sont plats. Si vous vous demandez pourquoi, vous découvrirez que l’auteur lorsqu’il a rédigé son récit a bien mis tout ce qu’il fallait la où c’était nécessaire, mais malgré cela on ne s’intéresse que moyennement à son histoire, on ne rentre pas dedans, on est pas accroché. Simplement parce qu’il n’a sans doute pas fait avant de se lancer dans son récit un résumé plus ou moins détaillé pour en découvrir les faiblesses et y remédier. Après, il faudrait tout recommencer, alors autant écrire une nouvelle histoire.
cordialement Camille

Raconter

Beaucoup d’auteur se racontent leur histoire avant d’en établir la structure, ils s’endorment sur leur idée de roman se réveillent avec et toute la journée ils y pensent. Mais peu nombreux sont ceux qui racontent leur histoire sur le papier ou dans leur ordinateur.
Pourtant coucher « sur le papier ou dans un fichier » vos idées est un outil et une aide d’une rare efficacité. Sur le papier ou dans un fichier informatique vous pouvez décrire chaque scène comme elles vous vient, il ne vous restera plus ensuite qu’à les mettre dans un ordre qui vous convient. Vous aurez noté ce que vous voulez dire dans la scène, son objectif, le lieu ou elle se déroule, les personnages, le point de vue…
Il y a environ 80 scènes de 1000 mots dans un roman, en les ayant raconté et si vous avez noté vos observations vous aurez une vue globale de votre roman et vous saurez ce que vous devez améliorer et ou modifier
cordialement Camille

Les 7 passages incontournables

Les bases structurelles d’un récit sont les mêmes quelque soit le genre d’histoire que l’on écrit et quelle qu’en soit la taille, qu’il s’agisse d’une nouvelle ou d’un roman.
Que vous écriviez d’instinct ou que vous planifiez c’est la même démarche. C’est simplement plus facile si vous planifiez, ce qui ne vous empêche pas d’écrire à l’instinct à l’intérieur de cette base structurelle. Mais vous devez de toute façon savoir où vous en êtes dans votre roman.
Les sept passages incontournables dans la structure d’un récit :

  1. l’accroche
  2. l’incident déclencheur et l’évènement clé
  3. la période de réactions du héros
  4. le point central
  5. la période d’actions du héros
  6. le climax
  7. la résolution

cordialement Camille