le traumatisme émotionnel

Le traumatisme émotionnel est terrible à expérimenter, mais, le traumatisme lui-même n’est pas toujours le pire. . . c’est ce qui se cache à l’intérieur d’une souffrance : le défaut fatal (également connu sous le nom de fausse croyance).
le personnage essaye de comprendre ou de rationaliser son expérience douloureuse, seulement il en tire à tort la conclusion que cette faute se trouve en lui. Cela peut sembler mélodramatique, mais cette situation n’est pas unique à la fiction; C’est un reflet familier de la façon dont les gens traitent les événements douloureux dans la vie réelle. Quand quelque chose de mal arrive, quelque chose que nous ne comprenons pas, cela fait partie de la nature humaine d’essayer de donner un sens à cela.
Parce que le défaut fatal est lié à des croyances négatives (que le personnage est indigne, incompétent, naïf, défectueux, ou manque de valeur), cela ouvre un chemin de destruction dans son sillage. Le défaut fatal affecte le niveau d’estime de soi et la façon dont le personnage voit à la fois le monde et lui-même. Cela l’oblige à se retenir, et lui rend la vie difficile pour s’aimer et s’estimer, pour faire confiance ou pour vivre sa vie sans réserve.

Né de l’insécurité et de la peur, le défaut fatal est une force destructrice, et jusqu’à ce qu’il puisse être inversé, il continuera d’entraver le bonheur, l’épanouissement et la croissance intérieure du personnage. Ce défaut fatal sera souvent en conflit avec les efforts d’un protagoniste pour atteindre son but, car au fond de lui, il peut se sentir indigne de réussir. Ce n’est que lorsqu’il est capable de briser cette fausse croyance qu’il sentira vraiment qu’il mérite le but qu’il cherche à atteindre.
La fausse croyance qu’un personnage croit est essentielle à son changement parce qu’elle lui dicte ce qu’il doit apprendre pour parvenir à une vision équilibrée et saine de lui-même et du monde. Quand un personnage change la manière dont il se voit lui-même, il acquiert de nouvelles idées. Cela encourage non seulement son évolution personnelle, mais peut également souligner le thème de votre histoire.
Pour découvrir ce qui est le plus important pour votre personnage dans l’histoire, examinez l’événement passé qui l’a blessé. Y avait-il quelqu’un ou quelque chose que votre personnage essayait de protéger pendant cette période terrible? Qu’a-t-il perdu qui le traumatisait si profondément? Qu’est-ce qu’il sacrifie qui le laisse maintenant insatisfait?
cordialement Camille

Publicités

souffrance

Ma petite boule de poils est souffrante, ce qui compte tenu de mon attachement à ma petite Yorkshire m’a bouleversé. Neuf annés que nous ne nous quittons pas. Elle partage mes joies et mes peines, toujours de bonne humeur, douce et affectueuse, elle est mon bonheur quotidien.

Mes activités s’en sont trouvées perturbées. Demain reprise de mes activités.

cordialement

Écrire : Souffrance et bonheur

Écrire : Souffrance et bonheur

Dans un carnet de notes vieux d’une dizaine d’années, je tombais ce matin sur une note écrite sans doute en extérieur.

Une goutte de pluie s’était écrasée sur la page à mon insu, effaçant du même coup, dix ans après, une partie de ce que j’avais noté. Je ne suis donc pas en mesure de vous dire de quel ouvrage il était question, ni, qui en était l’auteur.

J’avais été interpellé par l’histoire d’une souffrance dont l’auteur ne parlait pas, mais, la description des manifestations était remarquable.

C’est l’histoire d’un couple d’une soixantaine d’années, mariés depuis trente ans qui prennent des vacances dans un hôtel aux Seychelles. La femme ne travaille pas, l’homme est cadre dans un établissement financier. Ils ne sont pas riches, mais pas pauvres non plus. Ils pourraient être parfaitement heureux.

Mais, la femme n’est jamais satisfaite, rien ne trouve grâce à ses yeux, dés qu’elle ouvre la bouche, c’est pour se plaindre, râler et agresser verbalement son mari à tout propos, elle le rabaisse et le dénigre en public … En quelques mots : c’est un personnage odieux que tout le monde trouve invivable. Personne ne comprend que son mari ne l’ai pas quittée depuis longtemps …

Ce qui est intéressant c’est le refus de cette femme à être heureuse. Elle souffre. Elle manifeste sa souffrance en agressant son époux sous n’importe quel prétexte et en l’accusant d’être le responsable de tous les évènements normaux de la vie qui la contrarient. Tout est l’occasion pour elle de rendre son mari responsable de quelque chose qui ne lui convient pas à elle.

L’explication c’est que lorsqu’elle agresse son époux c’est à elle même qu’inconsciemment elle en veut. De plus elle est manipulatrice et pour qu’il ne la quitte pas, elle pratique ce que les psychiatres appellent : «l’aspiration». C’est à dire que lorsqu’elle sent qu’il est à bout, elle lui témoigne et lui donne ce dont son être a besoin pour être en équilibre avec ses motivations. Puis, très vite elle repart dans son délire jusqu’à la prochaine aspiration.

On découvre au cours de l’histoire que le malheur de cette femme vient de son regret d’avoir épousé celui qui est son mari, au lieu d’avoir épousé un soupirant qu’elle n’a jamais bien connu. Elle souffre d’une histoire qui n’existe que dans son imagination et qui l’empêche d’être heureuse dans la réalité. Il suffirait qu’elle accepte la réalité pour trouver lez bonheur. Quelque soit sa vie, tant qu’elle n’aura pas accepté la réalité elle souffrira et ne pourra pas être heureuse.

Lui, de son côté a conscience de tout cela. Il sait que le seul moyen de mettre fin à ses tourments personnels est de la quitter. Mais il n’y parvient pas, jusqu’au jour où, par hasard, pendant ses vacances aux Seychelles il découvre la pêche au gros.

Il abandonnera tout à ce moment là, renverra sa femme en métropole et restera seul aux Seychelles. car, il a découvert une raison de vivre et le fond de sa personnalité. Il deviendra petit pêcheur et trouvera le bonheur.

voir également : apprendre à être heureux

cordialement