pourquoi

La raison d’être d’une scène est de faire avancer votre intrigue. Si le pourquoi de votre scène ne fait pas avancer l’intrigue, supprimez là. Elle n’a rien à faire dans votre roman.
La scène a comme votre histoire un début, un milieu et une fin. Le début c’est le but du personnage principal. Le milieu c’est son développement avec un « conflit », ce conflit c’est quelque chose qui vient retarder ou compliquer la façon dont votre personnage principal va pouvoir atteindre son but. votre personnage va devoir réagir. Quant à la fin de la scène elle sert à introduire la suivante. le problème créé par l’obstacle n’est pas résolu et sa situation pour atteindre son objectif s’est même compliquée, le point central de la scène marque la frontière entre l’action et la réaction de votre personnage principal.
On retrouve dans la scène les grandes lignes de la structure du roman et toujours après une action suit une réaction. C’est parce que le chasseur voit le tigre bondir sur lui qu’il va se défendre. C’est cela qui va faire tourner les pages à votre lecteur qui veut savoir ce qui va se passer.
cordialement Camille

Publicités

utilisation des marqueurs

En utilisant les marqueurs vous balisez votre écriture et vous ne vous perdez pas dans votre récit. Vos personnages progressent plus facilement d’un chapitre à l’autre sans que vous perdiez le fil de l’histoire. Un roman faisant environ 80000 mots, chaque chapitre ne fait que 5000 mots et vous savez pour chaque marqueur ce qu’il doit contenir, le découpage d’un chapitre en plusieurs scènes devient plus simple. On compte pour un chapitre six scènes de 850 mots si l’on applique la structure technique de l’écriture d’une scène. C’est une petite séance d’écriture si l’on a pris l’habitude d’écrire régulièrement. Si vous appliquez pour écrire vos scènes la méthode d’écriture en continu, c’est à dire écrire un contenu sans revenir en arrière ni corriger vous produisez en les dictant environ 200 mots en cinq minutes. Le contenu de votre scène vous demandera donc une trentaine de minutes d’écriture qu’il vous faudra par la suite corriger et reécrire. Mais cette façon de procéder offre l’avantage d’avancer très rapidement dans la rédaction du premier jet de votre roman et de ne pas perdre votre motivation. Il est alors facile de restructurer et d’ajouter ce qui manque à vos chapitres.
cordialement Camille

augmenter votre production

Vous pouvez facilement écrire 5000 mots chaque jour avec un peu d’entrainement. Pour augmenter votre capacité à écrire il faut mesurer le nombre de mots que vous écrivez chaque jour.
combien de temps pouvez-vous consacrer chaque jour à écrire votre roman? La réponse à cette question va vous permettre de déterminer en combien de temps vous pouvez écrire le premier jet de votre roman d’environ 80000 mots.
Si vous écrivez durant une trentaine de minute chaque jour vous devez pouvoir écrire votre roman premier jet en un mois. Mesurez combien de mots vous écrivez à chaque fois que vous le faites, notez à quelle heure vous avez commencé et à quelle heure s’est terminé votre période d’écriture et surtout combien de mots vous avez écrits.
Pour augmenter votre cadence utilisez la méthode de production sans correction cela vous permettra d’écrire plus et petit à petit vous écrirez plus de mots. Pensez que si vous écrivez 250 mots en 10 minutes cela représente 1500 mots par heure, c’est environ le nombre de mots nécessaire pour écrire une scène.
L’avantage de cette méthode c’est d’arriver à écrire par scène puis par chapitre ainsi, vous restez motivé et vous avez une vue d’ensemble de votre roman dont vous ne perdez pas le fil. Vous effectuerez les corrections et les ajouts plus tard lors de la seconde phase lorsque vous réécrivez votre roman.
cordialement Camille

5000 mots

C’est la taille d’un chapitre pour un roman de 80 000 mots rédigé en 16 chapitres à raison de quatre chapitres pour la première partie, quatre pour la première moitié de la seconde partie, quatre pour la seconde moitié de la seconde partie et quatre pour la troisième partie. Un chapitre est composé de plusieurs scènes trois le plus souvent quatre voir d’avantage. Pour une moyenne de quatre scènes cela représente 1250 mots par scène. Ce nombre de mots à écrire en une seule scéance est suffisamment raisonnable pour être à la portée du plus grand nombre, c’est pourquoi prendre l’habitude d’écrire au moins 1500 mots chaque jour est important.
Si vous préparez bien l’écriture de vos scènes, l’exercice est relativement facile, résumez bien le pourquoi de la scène, pourquoi vous voulez l’écrire, que voulez vous dire dans votre scène, qui sont les personnages, où se déroule la scène, pourquoi dans ce lieu, quelle accroche allez vous choisir pour débuter votre scène, comment allez vous conclure la scène, qu’est ce qui va déterminer le lecteur à poursuivre sa lecture…
cordialement camille

Time line

Suivant le logiciel que vous utilisez pour écrire vos romans vous pouvez utiliser une time line pour vous rendre compte exactement du temps que vous avez mis pour écrire votre roman.
La plupart du temps, cette durée que vous attribuez à votre écriture est fausse, et si vous n’y prenez pas garde vous ne pourrez pas tenir les délais que vous vous êtes fixés pour votre écriture. Or, il est impératif de les tenir si vous ne voulez pas vous décourager et perdre votre motivation.
Personnellement pour chaque scène de roman je note la date, l’heure de début, l’heure de fin je rajoute la durée entre parenthèse, le nombre de mots écrits ainsi que le nombre de mots à l’heure. Je sais ainsi avec précision combien de temps j’ai mis réellement pour écrire mon roman. Il m’est ainsi beaucoup plus facile d’évaluer à quelle date sera terminé mon roman et également de savoir combien de temps chaque jour je consacre à son écriture et quelles sont mes heures les plus productives.
Cordialement Camille

Le récit de voyage

Les récits de voyage sont aussi anciens que la littérature. Déjà dans l’antiquité grecque Hérodote nous a apporté des témoignages qui nous permettent d’en savoir plus sur cette époque.
Les archéologues actuels qui veulent retrouver une cité perdue lisent ces textes de voyage…
Aujourd’hui le développement du film et de la photo numérique apportent un plus au récit de voyage.
Le récit de voyage doit aujourd’hui sortir des sentiers battus, il doit être personnel et vécu si l’on ne veut pas qu’il soit ennuyeux. Il faut décrire le pays, les monuments, la population, les villes, les sites, les coutumes… Il faut parler du pays et pas de soi se concentrer sur la vision externe: les sites, les monuments, les gens… Il faut apporter un complément en décrivant les atmosphères, les contacts avec les gens, les coutumes, les spectacles, les bruits, les odeurs les saveurs…
Le clair-obscur d’une ruelle, l’explosion de couleur d’un souk de teinturiers, l’odeur des épices… C’est parce qu’il est un être singulier affronté à une civilisation nouvelle que le voyageur-écrivain peut apporter un témoignage.
Il faut écrire par scènes, pour arracher un évènement à l’oubli et le faire revivre « au présent » devant les lecteurs. Le vrai visage de la vie n’existe que dans le présent. Une scène se déroule devant nous ici et maintenant. Il convient de rassembler ses souvenirs pour les rendre vivants. Une bonne scène est axée sur une péripétie, une découverte ou une révélation, un désastre ou un bonheur intense. À cela s’ajoute la surprise quand un élément imprévu survient et le suspense lorsque le but étant fixé le personnage ne sait pas s’il pourra l’atteindre à cause des obstacles qui s’accumulent sur sa route.
Entre ces éléments dramatiques un résumé dit de la voix du narrateur qui constitue un lien entre les scènes et donne au récit son unité et sa continuité
cordialement Camille

La vision externe

Un témoin objectif et détaché du récit raconte ce qu’il voit. il n’est pas impliqué, les détails ne l’intéressent pas, il ne peut ni juger ni faire de commentaires.
Cette façon de voir ne permet pas à l’auteur d’explorer les sentiments des personnages. L’action seule est détaillée, le lecteur doit laisser libre cours à son imagination pour comprendre ce qu’éprouvent les personnages. Ce type de récit est traité à la troisième personne. Les dialogues et les comportements prennent ici une place importante pour comprendre les émotions des personnages.
On retrouve souvent cette vision dans les romans d’aventure ou pour des intrigues simples. L’imagination du lecteur est sollicitée et il peut avoir sa propre perception des évènements.
Cordialement Camille