écriture assistée

écriture assistée
Celui qui veut faire et réussir une reliure commence par regarder comment elle a été faite pour être en mesure de la reproduire à l’identique. Il en va de même lorsque l’on écrit et que l’on rencontre des difficultés dans la construction d’une scène ou d’un chapitre. Le plus simple consiste à regarder comment des auteurs chevronnés qui ont traité la même problématique s’en sont tiré. Le peintre ne commence t’il pas par reproduire les tableaux des grands maitres ?
Comment s’y prendre en écriture?
Commencer par rechercher un auteur qui écrit dans le genre qui vous convient, puis, trouver un ouvrage où le problème qui vous préoccupe est traité.
Choisir un chapitre avant et un chapitre après celui qui vous intéresse.
Noter en quelques mots le déroulement de chaque scène exemple :
1. Les cambrioleurs forcent la porte d’entrée
2. Les cambrioleurs se dirigent vers le fond de la pièce
3. Les cambrioleurs découvrent le coffre
4. La lumière s’allume brutalement
5. Les cambrioleurs sont surpris…
Les séquences que vous notez sont l’exposition du récit ce qui vous donne le cheminement qu’a suivi l’auteur. En décalquant et en adaptant à votre récit ces séquences vous allez pouvoir écrire une scène ou un chapitre qui vous posait des problèmes
cordialement Camille

Publicités

La mécanique du roman

La mécanique du roman
La mécanique d’un roman ce sont les liens et les rapports qui régissent le fonctionnement des personnages entre eux.

L’intrigue découle directement de ces liens et rapports. Lorsque vous la bâtissez, c’est là que vous découvrez par rapport aux liens que vous avez établis entre les différents personnages de votre récit, s’il convient ou non de rajouter un personnage pour lisser votre récit.

Toute rupture dans ces liensentraine des difficultés de compréhension pour le lecteur qui risque de perdre le fil si ils sont mal ou insuffisamment précisés et définis. Il y a toujours un fonctionnement de cause à effet.

C’est parce que X est jaloux ou curieux ou amoureux… qu’il entreprend telle action particulière qui va contribuer à faire avancer le récit et va lui permettre de de découvrir telle autre chose.

Un récit est un ensemble où tout doit être clair et simple et surtout logique. Difficile d’être crédible en faisant chercher un restaurant à quelqu’un qui sort de table, sauf si …

Les personnages dans un récit sont liés par des rapports qui contribuent à l’intrigue.
On parle de la mécanique de certains auteurs où les actions s’enchainent si naturellement qu’elles semblent évidentes et que malgré tout nous sommes curieux de découvrir la suite, ce qui, entraine le lecteur de chapitre en chapitre jusqu’à la fin ou un lien ou une caractéristique annoncé et préparé bien avant et que l’on a oublié, vient, bouleverser cette enchainement qui change alors de direction pour surprendre le lecteur.
cordialement Camille

Les trois récits d’une histoire

Les trois récits d’une histoire

Dans une histoire l’auteur dispose de trois récits qui vont s’entremêler pour illustrer son point de vue sur le thème qu’il a choisi d’évoquer.

Ces trois récits sont l’histoire du changement du héros qui a trois problèmes à résoudre pour réaliser son évolution entre le début et la fin de l’histoire. Il a un problème personnel, qu’il doit résoudre, mais, également un problème professionnel et un problème privé.

Ces trois aspects de sa personnalité vont constituer le changement du protagoniste. Le fil conducteur de l’ensemble de l’histoire sera donné par l’objectif du protagoniste qui veut quelque chose qu’il obtiendra ou pas à la fin de l’histoire. Mais, au cours de l’histoire il devra franchir d’autres obstacles qui sont liés à ses problèmes professionnels, privés et personnels.

L’antagoniste représente l’obstacle majeur que le héros doit franchir et l’adjuvant , celui ou celle qui aide le héros à parcourir les différentes étapes de son changement. Cordialement Camille

Le chapitrage d’un roman

Le chapitrage d’un roman

Le pitch se décompose en une douzaine de chapitres qui chacun correspondent à une étape clef de la transformation du personnage.

dans chaque chapitre vous devez vous poser la question : Que veut mon protagoniste dans ce chapitre? Vous répondez à cette question en trouvant ce qu’il fait pour y arriver. Cette ou ces différentes actions seront les scènes de votre chapitre, et, vous aurez à définir avec précision la force qui s’oppose au succés de votre protagoniste.

Comme le pitch résume le roman on pourra résumer le chapitre en écrivant: Dans ce chapitre, le protagoniste veut atteindre tel objectif, pour cela il fait telle action, mais, tel obstacle s’y oppose.

Lorsque vous découpez votre récit pour le structurer comme pour n’importe quel projet, on part de la fin en supposant le problème résolu et l’on remonte palier après palier jusqu’au début du roman.

En supposant que le roman soit la lecture des lettres de l’alphabet de A à Z, on commence par Z et on se posera la question: quelle est la lettre par laquelle il faut obligatoirement passer pour atteindre A depuis Z. La réponse est facile c’est Y. Pour remonter à partir de Y on passe par X etc. C’est la méthode que vous utiliserez pour déterminer votre nombre de chapitre.

Cordialement Camille

Le travail des scènes

Le travail des scènes
Le travail des scènes est la base d’un roman, car, c’est la plus petite fraction du roman. L’addition des scènes constitue un chapitre et celle des chapitres une partie.

La scène se constitue comme le roman, c’est la même structure mais plus simple.
Le récit du roman va s’élaborer à partir du pitch, lui même se construit à partir de l’objectif du héros: le protagoniste veut ceci, mais cela vient lui mettre des bâtons dans les roues qui vont l’empêcher d’atteindre son objectif.

La scène si on la regarde de près, a également un objectif qui contribue à permettre au protagoniste de faire avancer l’histoire. Mais, le héros y rencontre un obstacle intérieur ou extérieur qu’il réussira ou non à franchir. Dans la scène la résolution est très brève et conduit à une transition vers la scène suivante.

Les actions de la scène traduisent les idées que l’auteur souhaite révéler dans sa scène.
Cette construction condensée du roman dans la scène contient un protagoniste qui a un objectif et qui se confronte à un antagoniste qui ne veut pas qu’il l’atteigne. L’issue de cette opposition est la résolution de la scène. Dans une scène deux tentatives du protagoniste échouent pour surmonter l’obstacle. C’est la troisième approche qui permet de surmonter l’obstacle.
cordialement Camille

Des outils pour écrire

Des outils pour écrire

1° L’annuaire du téléphone, source de noms, de professions, de communes …

2° Le calendrier des postes qui donne la liste des prénoms usuels ainsi que des repères chronologiques

3° Un manuel de cuisine pour composer les menus de votre héros

4° Des cartes et des guides touristiques pour décrire des lieux pittoresques et établir des trajets cohérents. Même lorsque l’on connait les lieux c’est pratique d’utiliser un guide et des plans.

5° Des catalogues de vente par correspondance comme la redoute ou les 3 suisses qui seront une mine d’or pour les objets, les vêtements, la mode …

6° Des journaux et des magazines pour constituer des dossiers thématiques, fichier de personnages à partir de photos, fichier de lieux à partir de reportages touristiques, fichier événements à partir d’articles historiques…

7° Des ouvrages spécialisés que l’on trouve en bibliothèque.

À cela rajoutez vos propres observations, sur les gens leurs gestes et leur manière de parler, les lieux, les événements de la vie que vous aurez notés dans vos carnets ainsi que les histoires d’autres qui vous ont racontés leurs expériences …

Ces outils indispensables pour écrire un roman dans le passé sont devenus moins indispensables au fur et à mesure du développement de l’internet car on trouve leur contenu sur des sites nombreux, mais l’idée reste la même.

Il n’est donc plus nécessaire de classer toute une masse d’informations dans des chemises de couleurs différentes qu’avec le temps on ne savait plus où stocker quand la cave était pleine. On peut aujourd’hui se contenter de faire une recherche précise pour trouver non seulement ce dont on a besoin mais également le superflu pour préciser un point particulier.

Les fiches de personnages et de lieux deviennent très faciles à constituer.

cordialement

Le point de vue

Le point de vue
Il illustre un thème. La difficulté consiste à matérialiser des idées contraires dans des personnages qui agissent pour démontrer et venir contrarier la thèse qui est développée par l’auteur.

Dans un roman, pas de demi-mesure, pas de oui mais, mais un engagement tranché. Le lecteur doit savoir à quoi s’en tenir. Ceci implique une résolution sans ambiguité.

Les fins ouvertes sont à proscrire si vous voulez que votre lecteur soit satisfait de ce qu’il a lu. La mécanique doit cependant rester discrète et s’effacer derrière le protagoniste.

Les rebondissements correspondent à des passages où une thèse en remplace une autre dans la seconde partie de votre roman.
Cette seconde partie se découpe en deux phases.

La première où le protagoniste découvre les différents aspects du thème, et la seconde où sa décision est prise, il prend le thème à bras le corps et agit pour arriver à la conclusion que vous avez choisie.

Si vous hésitez dans la conclusion et que vous laissez le choix, l’histoire n’est pas réellement terminée, et, c’est frustrant pour le lecteur. Or, vous ne voulez pas stresser votre lecteur, mais, le distraire en lui racontant une histoire.
cordialement