le conflit interne

Quel est le conflit interne du personnage principal?
Dans la plupart des romans cette question obtient une réponse très tôt lors de la mise en place de la structure. Car, ce conflit est l’un des fils conducteur de l’histoire. Il est important de connaitre le « paradoxe » de votre personnage avant de commencer à rédiger. C’est un élément qui va capter l’attention de votre lecteur dés la mise en place du pitch.
C’est une question implicite pour votre lecteur, comment ce personnage qui veut traverser la manche à la nage mais qui a peur de l’eau va t’il s’y prendre? Que va t’il choisir de faire? Comment va t-il combattre sa peur de l’eau, va t-il apprendre à nager… Plus la méthode qu’il choisira sera surprenante et inattendue, plus votre histoire aura d’intérêt pour votre lecteur. Rappelez vous que tous les effets ont une cause…
cordialement Camille

Publicités

calibrer son roman

Lorsque l’on écrit un roman, une fois que l’on a l’idée et que l’on a rédigé un pitch qui convient, il est important de savoir quelle longueur on va donner à son roman. Voici pourquoi.
La longueur d’un roman, c’est le point de départ de la réflexion sur l’écriture. Un roman en trois partie, en réalité en comporte quatre, la partie centrale étant divisée en deux. Première partie, présentation des personnages mise en place et préparation de l’intrigue. première moitié de la seconde partie, la phase d’apprentissage du protagoniste. Seconde moitié de la deuxième partie, le combat. Troisième partie le climax et la résolution. Ces quatre morceaux du roman sont d’une longueur égale. Encore faut-il connaitre le nombre de mots que va comporter le roman entier pour pouvoir calibrer la longueur de chacune des parties et en élaborer le contenu.
cordialement Camille

la clef du roman

Le pitch est le fil conducteur de votre roman. Pour écrire un pitch, il vous faut savoir quel genre de Roman vous souhaitez écrire, et, à qui il s’adresse.
Il faut ensuite une idée : c’est histoire de… qui, fait telle chose, mais, un obstacle se dresse sur sa route. Alors, il doit faire ceci ou cela pour résoudre son problème.
Le personnage a un rôle important à jouer. Si, il a un Paradoxe votre personnage n’en sera que plus intéressant. Lorsque vous le présenterez dans le pitch vous en parlerez. Mais, comme il n’y a pas de roman sans conflit, un antagoniste est donc nécessaire.
Ce ne sera pas l’histoire de Pierre Paul ou Jacques, mais celle d’un homme qui a peur de l’eau qui veut traverser la Manche à la nage. On voit donc dans cet exemple que grâce au paradoxe on est interpelé. Comment va-t-il faire si il a peur de l’eau pour traverser la manche à la nage ? Va-t-il vaincre sa peur et apprendre à nager…
L’antagoniste va dresser tout au long du récit des obstacles pour encore compliquer la tâche du protagoniste.
Il serait aussi intéressant de savoir quelle est la motivation du protagoniste, pourquoi alors qu’il a peur de l’eau veut-il traverser la Manche à la nage qu’est-ce qui le pousse à se lancer dans cette aventure? Comment va-t’il se lancer, quel incident va le contraindre à se lancer dans cette aventure, que se passera t-il si il échoue… Et, votre antagoniste, que veut-il, pourquoi le veut-il…
La résolution de tout ces problèmes va vous permettre de constituer une première trame de votre roman, ce qui vous permettra d’améliorer votre pitch.
Vous n’aurez pas terminé pour autant, mais, vous aurez déjà bien avancé.
cordialement Camille

votre lecteur potentiel

Bien déterminer son lecteur ou sa lectrice cible est indispensable lorsque l’on veut écrire un roman, car un auteur n’écrit que pour son lectorat, et, pour bien le définir il faut choisir le genre de livre que l’on veut écrire. Le lectorat devra connaitre ce choix immédiatement au même titre qu’un libraire doit connaitre le « genre » du livre qu’il reçoit pour le ranger dans le bon rayon de sa librairie.

Mais connaitre le genre n’est pas suffisant pour déterminer un lecteur potentiel à lire votre livre. Le lecteur doit également savoir de quoi il est question.

Pour inciter un lecteur à lire votre roman, vous devez en connaitre les détails et être en mesure de raconter l’histoire en une courte phrase d’une trentaine de mots maximum. Ainsi celui ou celle qui achète votre livre saura si oui ou non l’histoire l’intéresse, et cela vous permettra de déterminer votre lecteur cible.

Pourquoi vouloir vendre un repas à celui qui sort de table, vendez le plutôt à quelqu’un qui a faim. Telle doit-être la démarche de l’auteur.
lire : « comment réussir son roman en 10 étapes simples » de camille saintonge
cordialement Camille

réflexions sur le pitch

Réflexions sur le Pitch
Le pitch doit se résumer en une seule phrase. Le Pitch reprend le paradoxe de l’histoire.
L’objectif de votre personnage c’est le fil conducteur, c’est la ligne directrice dramatique, l’objectif du personnage, c’est ce qu’il veut.
L’utilisation du paradoxe éveille l’intérêt du lecteur et l’interpelle. On formule les prémisses de l’histoire sous une forme paradoxale et on utilise également ce qui empêche le protagoniste d’atteindre son objectif
Le protagoniste est………………. mais il veut …………………..
exemple : le protagoniste à peur de l’eau mais il veut traverser la manche à la nage…
La formulation ne doit demander aucune explication, elle va utiliser des personnages simples, précis et concrets. Il doit y avoir une opposition évidente entre le personnage et son objectif qui va intriguer le lecteur.
La phrase du pitch comprend le personnage et son objectif.
il a peur de l’eau mais il veut traverser la manche à la nage
il a la phobie des insectes pourtant il se lance dans une aventure dans la brousse africaine
il a le vertige pourtant il se lance dans l’ascension de l’Everest
il déteste la solitude pourtant il va accepter de passer six mois sur une ile déserte
il a le mal de mer pourtant il décide de vivre sur un bateau …
cordialement Camille

les archétypes

les archétypes

Notre mémoire ancestrale, héritée des plus anciens aïeux de notre espèce, garde au tréfonds d’elle-même des images comme modèle (cf Young). Utilisons donc des archétypes pour démarrer nos personnages dans leurs grandes lignes et ensuite améliorons les en nous éloignant des modèles. Regardons comment ils réagissent entre eux dans les conflits, dans les relations positives … Et comment ils peuvent évoluer.

Il est plus facile d’arriver à la fin d’une histoire sans qu’elle nous échappe en connaissant les limites et le fonctionnement des personnages.

Prenons par exemple un dictateur, si son comportement n’est pas celui du stéréotype du dictateur les différences seront autant d’obstacles internes susceptibles de contribuer à le faire tomber de son piédestal que vous pourrez utiliser. Il en va de même pour tous les archétypes. En les modifiant vous créez des paradoxes qui vont donner de l’intérêt et une certaine épaisseur à vos personnages.

Entrainez vous à Définir des archétypes masculins et féminins pour des types de personnages différents : héros et méchants, et utilisez les pour votre travail préparatoire pour créer une histoire.

Votre écriture en sera grandement facilitée. Il n’est pas nécessaire qu’ils soient très fouillés pour écrire des nouvelles, mais, bien développés pour construire un roman et respecter votre Pitch. Vous éviterez ainsi beaucoup de travail de réécriture et surtout votre histoire se tiendra et gagnera en crédibilité. Vos personnages auront l’âme qui leur correspond.

Si vous restez dans les stéréotypes vous écrirez des histoires tranchées avec des bons et des méchants bien distincts. Cela marche très bien, c’est le modèle anglo-saxon de beaucoup de succès. Mais c’est moins riche et moins intéressant que des personnages avec un bon et un mauvais côté. C’est histoire de goût personnel.

Abonnez-vous au bulletin gratuit « Au Fil de la Plume » http://www.camillesaintonge.com vous y trouverez parmi beaucoup d’autres choses des exemples de stéréotypes biens développés qui vous aideront pour écrire plus vite votre histoire.

cordialement camille

Avez-vous préparé le pitch de votre récit? n°30

Avez-vous préparé le pitch de votre récit? n°1405101

Vous avez envie de raconter une histoire bien déterminée qui vous trotte dans la tête depuis un certain temps, mais, vous n’y arrivez pas. Avez-vous choisi un thème pour votre histoire, si ce n’est pas le cas, il vous faut en trouver un, cela va vous donner un angle pour aborder votre récit.

C’est l’histoire de … qui veut faire telle chose. Le pourquoi c’est votre thème. Votre protagoniste veut trouver quelque chose, échapper à quelqu’un, se venger … Aidez-vous pour cela des 36 situations dramatiques d’un récit.

J’ai écrit un article sur ce sujet en reprenant les 36 thèmes principaux que l’on rencontre dans un récit que vous trouverez sur ce blog.

Vous avez maintenant un point de départ pour bâtir votre pitch. Adaptez tout cela à l’histoire que vous voulez raconter et poursuivez votre recherche et votre réflexion pour vous aider à construire votre pitch. Il doit en quelques lignes résumer votre récit et contenir une question sou-jacente : Comment le protagoniste va t’il s’y prendre, que va t’il faire pour atteindre son objectif.

Si la rédaction en un maximum de trois ou quatre lignes de votre pitch ne vous interpelle pas, c’est que vous devez repenser votre histoire.

Le pitch est important, c’est votre fil conducteur, c’est lui qui va vous permettre de vous demander avant d’avoir écrit une ligne comment va se terminer votre récit.

Une fois que vous savez comment se termine votre récit et que vous avez votre pitch, il est facile de déterminer comment va commencer votre récit. il ne vous restera plus qu’à baliser votre écriture en une quarantaine ou cinquantaine de points de passages obligatoires et de vous lancer dans la rédaction. Ecrivez le plus vite possible pour ne pas perdre le fil et notez ce qui doit être précisé ou éclairci.

cordialement