la colère

La colère. C’est le défaut des perfectionnistes qui se fâchent quand eux-mêmes ou quiconque ne cherche pas la perfection. Imaginez un héros dont la vie a consisté à défendre ce qui est juste et bon, à respecter les normes les plus élevées possibles pour lui-même et pour tous ceux qui l’entourent, et qui devient furieux lorsque les gens ne respectent pas ses normes de perfection – il est particulièrement contrarié quand il ne respecte pas ses propres normes de perfection. Il va se fâcher contre lui-même lorsque cela se produira, et bien sûr, cela se produira. Donc, il ne grandira que lorsque qu’il réalisera (peut-être avec l’aide d’une héroïne, mais peut-être seul) qu’il doit abandonner sa colère et être plus tolérant, et pardonner l’imperfection qu’il porte en lui-même et celle de tous les autres.
cordialement Camille

Publicités

La colère

Il est facile de trouver des idées pour les « défauts fatals » que nos personnages devront surmonter, parce que chacun de nous porte en lui un « défaut fatal »
La faille fatale du perfectionniste est la colère. Les perfectionnistes se mettent en colère quand ils ne courent pas après la perfection. Imaginez un héros dont la vie a consisté à défendre ce qu’il croit être juste et bon, à maintenir les normes les plus élevées possible pour lui-même et pour tout le monde autour de lui, à être juste et furieux lorsque les gens ne respectent pas ses normes de perfection à lui.
Alors, quand il échoue, il se met en colère contre lui-même quand cela se produit, et bien sûr que cela va arriver dans un roman.
Il devra alors pour devenir une personne meilleure, pour changer, abandonner cette colère qui l’envahit, et, être plus tolérant, pardonner l’imperfection qui est non seulement en lui-même mais aussi dans toutes les autres personnes autour de lui.
cordialement Camille