le nomade

Certains rêvent de partir, en bateau ou en camping-car ou autrement. Cependant ils oublient souvent que se déplacer d’un point à un autre peut-être très agréable, mais, car il y a un mais, cela est aussi très frustrant, car le plaisir de la découverte peut devenir lassant et fatiguant au bout d’un certain temps. Il faut faire des pauses et séjourner quelques part, de préférence dans un lieu où l’on se sent bien et y rester un peu, un mois, deux mois, trois mois, le temps de se faire quelques amis, de retrouver ses marques et d’être à nouveau prêt pour de nouvelles aventures. Ceux et celles qui sont parti et qui voyagent à l’année vous le diront, il faut avoir une base, un endroit pour se ressourcer, se retrouver. C’est indispensable pour conserver sa capacité d’émerveillement, son plaisir de la découverte. Il y a des coûts et des avantages dans une vie nomade, mais il y en a aussi dans une vie sédentaire. Ils sont différents et nous avons besoin des deux situations. Il est important de pouvoir se fixer quelque part pour un temps. Pouvoir combiner les deux est idéal.
cordialement Camille

Publicités

Changement

Quand l’envie de changement vous prend, faut-il hésiter ? Non, mais, changer pour vivre une expérience nouvelle n’implique pas de s’en aller en claquant la porte. Il faut se préparer si l’on veut réussir sa nouvelle expérience.

Lorsque l’on quitte une zone de confort ce n’est pas pour régresser, mais au contraire, pour rebondir, et, qui dit rebondir d’y aller plus haut.
Le départ quelqu’il soit doit être un tremplin pour sauter dans un nouvel environnement en exploitant au maximum les nouvelles opportunités qui se présentent.

Une seule action a le pouvoir d’en déclencher une multitude d’autres. Celui qui écrit sait qu’il n’y a pas d’effets sans causes. C’est cet enchaînement de cause à effet qui permet de progresser, de devenir meilleur…
cordialement Camille

Pourquoi partent t’ils?

Le nombre de personnes qui veulent quitter la France croit chaque jour d’avantage. Sont elles saturées des problèmes quotidiens qui se résolvent de plus en plus difficilement parce qu’il n’y a pas d’interlocuteur responsable ? N’acceptent elles plus ces abus permanents, mais légaux des grandes sociétés et de l’administration ? En ont elles assez des qualités de vie qui se dégradent chaque jour d’avantage ? La classe politique qui ne pense qu’à son enrichissement personnel est elle en cause ? La France qui l’est de moins en moins leur fait elle craindre pour l’avenir de leurs enfants ?

Toujours est-il que l’un se bat avec le fisc, l’autre avec sa banque, d’autres encore avec la sécurité sociale… La liste est sans fin comme celle des gens saturés.

Ils appartiennent à toutes les classes sociales, sont de tous les niveaux culturels, ce qui les distingue c’est qu’ils ne se contentent plus d’être saturés, mais, qu’ils cherchent des solutions pour aller vivre ailleurs.

Ils n’aspirent pas à la fortune, mais, seulement à moins de tracasseries et à vivre dans leur culture. Pour résumer en quelques mots, ils n’y croient plus, parce que trop c’est trop.

On les croise partout, il suffit d’ouvrir ses oreilles pour prendre conscience qu’ils deviennent chaque jour plus nombreux.
cordialement Camille