le pouvoir des mots

Ils servent à raconter des histoires ambitieuses, qui incitent l’homme à aller de l’avant, à se dépasser, pour réenchanter la communication. Aujourd’hui notre morale est de moins en moins sociale, de plus en plus méfiante à l’égard des lois de la société, des discours du pouvoir, des préjugés par lesquels chaque groupe protège sa supériorité ou sa différence. Capter l’attention avec une accroche qui pose une question implicite ou pas et qui expose la problématique et l’intrigue, puis, poursuivre l’histoire avec sa situation initiale, ses personnages, ses rebondissements… pour convaincre et terminer par des éléments plus rationnels et une « morale » de fin.
cordialement Camille

Publicités

le lecteur type

L’environnement donne le lieu, et l’époque, on sait quand se déroulent les évènements et où ils vont avoir lieu. Autant d’informations qui en quelques mots nous éclairent pour nous donner une idée de l’histoire et nous dire si cette histoire est pour nous ou pas, grace aux précisions sur ce que veulent le protagoniste ainsi que son antagoniste.
Le thème, les faiblesses du héros, les enjeux et la motivation complètent dans le tout début de l’histoire les informations nécessaires au lecteur.
Inutile de lire plus loin si ce premier condensé d’informations ne vous convient pas. Un auteur n’écrit que pour son lecteur type. Il faut donc connaître les goûts de son lecteur type et dans les premières pages les rappeler pour que le lecteur-type se reconnaisse.
cordialement Camille

la place du thème

Quelle place occupe le thème dans un récit?
Lorsque vous écrivez un roman, un essai ou n’importe quoi d’autres, dans ce que vous créez apparait une conviction. Que vous les vous vouliez ou non c’est ainsi. Vous pouvez lire n’importe quelle écrit à deux niveaux, Au premier niveau vous voyez les images qu’il génère dans votre esprit, au second niveau vous analysez les motifs symbolique, les rapports humains, les valeurs morales qui sont mises en avant dans le texte. Vous pouvez de même découvrir l’ensemble des idées qui sont illustrées et défendues par le texte.
Ce phénomène est inévitable car la personnalité des auteurs transparaît dans les textes qu’ils écrivent.
Par exemple si vous écrivez une histoire plus ou moins policière où le héros traque les assassins de sa famille, vous reprenez les motifs classiques du genre, mais vous faites aussi l’apologie de la vengeance. En créant un héros qui est par essence un personnage auquel le lecteur est encouragé à s’identifier, et en le faisant gagner et se venger à la fin, la morale implicite de l’histoire c’est que la vengeance est quelque chose de légitime et de bien…
cordialement Camille