personnages

Les personnages doivent avoir une certaine épaisseur si vous souhaitez que le lecteur s’intéresse à eux. Ce qu’ils pensent est aussi important que ce qu’ils font, car cela permet au lecteur de comprendre pourquoi ils agissent d’une manière plutôt que d’une autre. Savoir qui ils sont et comment ils réagissent permet au lecteur de mieux comprendre comment ils fonctionnent et d’anticiper leurs réactions. Connaitre les liens qui les unissent ou les éloignent des autres va également contribuer à donner de la profondeur à votre récit et ainsi éviter qu’un récit bien structuré ne se déroule comme un gentil nuages qui passe dans le ciel, même si l’on sait qu’il est susceptible d’apporter de la pluie.
cordialement Camille

Publicités

une bonne fin

C’est un exercice difficile de bien réussir sa fin. Souvent l’auteur est content de terminer son récit, il en a assez, et comme il a envie de taper le mot fin, il néglige de s’attarder sur la fin de son récit, c’est une erreur.
Rédigez plusieurs fin possibles, et, soumettez les à vos lecteurs types, donnez leur la possibilité de choisir la fin qui leur convient. Il n’est pas toujours facile de choisir la meilleure fin possible, celle qui va faire plaisir à votre lecteur. Regardez comment une autre fin peut impacter votre récit de façon différente, vous serez surpris de ce que cette façon de faire va vous apporter. Les tests vous aideront, prenez du recul pour faire le bon choix. Dans tous les cas la première alternative c’est : fin triste ou heureuse. Personnellement je préfère les histoires qui se terminent bien, c’est le cas de la majorité des histoires. Mais la mort du héros peut ajouter un pouvoir insoupçonné à votre histoire, la faire passer d’une histoire ordinaire à un récit extraordinaire, mais, c’est à vous de choisir.
cordialement Camille

l’urgence

L’auteur doit contrarier le protagoniste en l’empêchant d’atteindre son but à toutes les étapes de l’histoire. C’est en dressant des obstacles encore et encore pour retarder le protagoniste dans sa quête que le lecteur continue à tourner page après page pour savoir si le héros va enfin réaliser ses objectifs et obtenir ce qu’il désire.
Une fiction est une aventure de 80 à 100000 mots avec une destination qui parait hors de portée, mais il faut qu’il y ait une urgence, le temps compte pour le héros et il ne doit pas trainer en route, c’est pourquoi les obstacles qui vont retarder le héros sont important et motivants pour le lecteur qui sait que si telle action n’est pas faite dans les temps les conséquences seront très graves. Ce sont les enjeux qui jouent un rôle capital dans le récit.
cordialement Camille

la lisibilité

Choisissez d’écrire pour être lu par un maximum de personnes, ce qui implique d’être lisible.

Les 3 règles de base de la lisibilité d’un texte.

1° faire des phrases courtes. La phrase lisible s’établit en moyenne à un maximum de17 mots. Elle convient à 75% de la population. Plus vous allongez vos phrases plus vous perdez de lecteurs. Donc à vous de choisir.

2° Choisir des mots simples courts et concrets qui font image, plutôt que des mots longs. Utiliser des verbes actifs avec un complément d’objet direct.

3° Jouer sur l’intérêt humain. Cela veut dire : Mettez des personnages dans votre texte. C’est présenter votre sujet à travers un point de vue humain.
cordialement Camille

Proverbe

Proverbe

Les allemands ont un proverbe que j’aime beaucoup et que voici en français : « Aucun savant n’est encore tombé du ciel » dans cette phrase on pourrait remplacer le mot savant par celui d’auteur.

C’est en travaillant que l’auteur progresse. Il y a la phase d’apprentissage nécessaire à tout auteur, celle où il lui faut apprendre les règles. Cette phase vous allez l’acquérir en suivant et en lisant « je veux réussir ma nouvelle ou mon roman » et en lisant le bulletin gratuit « Au Fil de la Plume » (www.camillesaintonge.com  ). Inscrivez-vous si vous ne l’avez pas encore fait.

Une fois que vous aurez acquis les règles il faut écrire encore et encore. Puis vient la phase suivante. Celle où vous ne trouvez plus rien d’écrit en standard qui vous permette de progresser. C’est la phase de votre vie de romancier qui ne s’arrêtera plus jamais tant que vous écrirez.

C’est celle où vous progresserez grâce à vos lecteurs et à vos lectrices. Ce sont elles et eux qui vous feront progresser. Les échanges que vous aurez avec eux sont essentiels. Ils vous diront ce qu’ils aiment, ce qu’ils préfèrent, ce qui les dérange. Il vous suffira alors d’améliorer ce qu’ils aiment et de diminuer ce qu’ils n’aiment pas. Ce sera aussi une façon de découvrir votre lecteur ou lectrice type. Ainsi lorsque vous écrirez et que vous aurez un doute, vous penserez à lui et à elle  ce qui vous mettra sur la bonne voie.

cordialement

faites relire vos textes par vos lecteurs

faites relire vos textes par vos lecteurs

Vos lecteurs et coq lectrices sont utiles pour vous aider à progresser. Ceux qui aiment ce que vous écrivez parce que c’est le genre de lecture qu’ils aiment et ceux qui n’aiment pas ce que vous écrivez.

Ceux qui aiment vont rentrer dans la catégorie du lecteur type, vous diront ce qui leur a plu, ce qui a retenu leur attention. Ce sont les parties qu’il vous faudra développer et multiplier pour leur plaire encore d’avantage.

Ceux qui n’aiment pas parce qu’ils vous diront ce qui les dérange et vous pourrez améliorer votre façon de faire.

Communiquer avec ses lecteurs et ses lectrices est essentiel pour un auteur.

Mais, comment établir un lien avec ses lecteurs ? Dans le passé, avec les livres papiers, les salons où l’auteur dédicaçait ses livres étaient pratiques pour cela. Mais la tâche de l’auteur y était compliquée, car, il devait écouter et ensuite prendre quelques notes pour se rappeler ce que lui avait confié son interlocuteur ou son interlocutrice.

Aujourd’hui avec internet c’est beaucoup plus facile. Il vous suffit d’offrir gratuitement ce que vous avez écrit et de demander à votre lecteur ou à votre lectrice ce qu’il en pense. En général il vous le dira.

Cette partie de l’écriture pour un écrivain est capitale. Ces premiers lecteurs sont des perles rares pour un écrivain. Constituez-vous au fil de vos rencontres ou de vos échanges un collier de ces perles rares. Et n’hésitez pas pour les remercier de leur offrir un cadeau. Ce sont eux et grâce à eux que vous progresserez. N’oubliez jamais : il faut donner pour recevoir.

« Au Fil de la Plume » www.camillesaintonge.com

cordialement