pourquoi

La raison d’être d’une scène est de faire avancer votre intrigue. Si le pourquoi de votre scène ne fait pas avancer l’intrigue, supprimez là. Elle n’a rien à faire dans votre roman.
La scène a comme votre histoire un début, un milieu et une fin. Le début c’est le but du personnage principal. Le milieu c’est son développement avec un « conflit », ce conflit c’est quelque chose qui vient retarder ou compliquer la façon dont votre personnage principal va pouvoir atteindre son but. votre personnage va devoir réagir. Quant à la fin de la scène elle sert à introduire la suivante. le problème créé par l’obstacle n’est pas résolu et sa situation pour atteindre son objectif s’est même compliquée, le point central de la scène marque la frontière entre l’action et la réaction de votre personnage principal.
On retrouve dans la scène les grandes lignes de la structure du roman et toujours après une action suit une réaction. C’est parce que le chasseur voit le tigre bondir sur lui qu’il va se défendre. C’est cela qui va faire tourner les pages à votre lecteur qui veut savoir ce qui va se passer.
cordialement Camille

Publicités

incontournable

Le point central de votre roman se situe comme son nom l’indique à la moitié de votre roman. C’est un moment clé de l’intrigue, il est incontournable.
Certains auteurs commencent à réfléchir au point central avant de commencer à écrire la première ligne. C’est à partir de cet instant que le protagoniste commence réellement à combattre les forces de son adversaire. Il faut donc réfléchir à l’évènement qui va pousser le protagoniste à changer sa façon d’agir et à donner au roman une autre direction. C’est un moment capital dans votre récit. Le protagoniste sait à ce moment tout ce qu’il doit savoir pour affronter son adversaire avec succès. Un évènement nouveau, inattendu vient bouleverser sa façon de penser et d’agir, c’est parce que cet évènement lui apporte la « lumière » qu’il change sa façon d’agir ce qui va modifier l’intrigue.
cordialement Camille

C’est parce que le protagoniste a mis le revolver dans un tiroir plus tôt dans le récit qu’au moment de la résolution si le protagoniste le prend et s’en sert pour éliminer l’antagoniste votre lecteur trouvera que cette fin était inévitable.
C’est en combinant cette préparation anticipée avec suffisamment de complications dans la trame de l’histoire destinées à distraire le lecteur de ce qu’il attend que l’auteur peut leur offrir l’opportunité de fins multiples parce qu’alors il n’est jamais en mesure de prédire quelle fin sera la bonne. C’est délicat, mais, lorsque que c’est fait comme il faut, cela peut faire la différence dans le succès de votre livre.
cordialement Camille

Les points de confrontation

Il y en a deux qui se produisent dans la seconde partie du roman qui se divise en deux. L’un se produit au milieu de la moitié de la deuxième partie entre le début de la seconde partie et le milieu de la seconde partie (le point central qui précède le second point d’intrigue qui découle du point central et donne une nouvelle direction au récit). L’autre a lieu dans la seconde partie à la moitié de cette seconde partie entre le point central et le troisième élément d’intrigue qui conclut la seconde partie pour introduire le Climax.
Les points de confrontation, sont, l’occasion pour l’antagoniste de faire voir au lecteur sa puissance et sa capacité à mettre des bâtons dans les roues du protagoniste pour le faire échouer.
cordialement Camille

évolution

Les personnages de romans sont à l’image des êtres vivants, il n’aiment pas le changement et lui résistent. La lutte pour éviter le changement, va entrainer le personnage à franchir des obstacles et à trouver des solutions pour résoudre les conflits. C’est ainsi que l’intrigue s’impose. C’est une des multiples façons pour exprimer le lien qui lie d’une manière inextricable l’évolution du personnage à une intrigue. L’intrigue « extérieure » relate le parcours interne du personnage. L’intrigue est la manifestation simple du combat que livre le personnage pour atteindre son but. Il veut quelque chose, et, comme il ne peut pas l’avoir, il poursuit son effort et se bat pour arriver à ses fins.
cordialement Camille

préparer l’écriture d’une scène

Lorsque l’on se prépare à écrire une scène, la première question qu’il convient de se poser est : Pourquoi écrire cette scène ? Quel va être sa place dans l’histoire, et, contribue t’elle à faire avancer l’intrigue ?
Puis on détermine les éléments contenus dans la scène. Y a t’il un lien de cause à effet entre cette scène et celle qui précède ? Conduira t’elle le lecteur à la scène suivante de façon naturelle ?
Lorsque vous savez à quoi va vous servir cette scène, la question suivante à se poser est : Où est le conflit ?
Le conflit sera le véhicule pour en exprimer le bien fondé, et, la conduire à la scène suivante. il ne vous restera plus qu’à approfondir le sujet en explorant le contexte.
Cordialement Camille

Le thème

Le thème est un des éléments les plus importants dans une histoire. Comprendre les questions thématiques de votre histoire vous fournira les bases dont vous avez besoin pour prendre toutes les décisions pour choisir comment va se dérouler votre histoire.

Sans cette base, vous ne serez pas en mesure de rassembler les éléments disparates de votre histoire, de votre personnage et de votre thème dans un ensemble homogène et cohérent.

Les questions thématiques arrivent de suite après avoir déterminé les bases de l’intrigue.
Vous devez comprendre le cheminement interne de vos personnages pour avancer dans l’élaboration d’une intrigue externe qui va catalyser leur voyage intérieur.

Question n ° 1: Quel est le conflit externe de votre histoire?
Regardez l’intrigue que vous avez déjà imaginée. De quoi s’agit-il ? Quelle histoire se cache derrière cette structure ?
● Qu’est-ce que votre protagoniste essaie d’accomplir?
● Pourquoi essaie-t-il cela ?
● Qu’est-ce que l’antagoniste essaie d’accomplir?
● Pourquoi essaie-t-il cela ?
● Quels sont les enjeux (personnels et publics) en cas d’échec du protagoniste?
● Comment le protagoniste devra-t-il évoluer pour être en mesure de vaincre l’antagoniste et atteindre son but?
Vos réponses vont découler du thème de votre histoire.

Question n ° 2: Quel est le conflit interne que cache votre histoire?
En établissant le cadre du conflit externe de votre histoire, vous avez également brossé le cadre de son conflit interne. Le conflit interne de votre protagoniste est la base de son évolution.
● Votre personnage atteindra-t-il son objectif final? Pourquoi, ou pourquoi pas?
● Va-t-il finir en devenant meilleur ou sera t-il pire?
● Comment son changement lui permettra t-il d’atteindre son but?
● Comment ses désirs personnels et ses motivations peuvent-ils évoluer au cours de l’histoire?

Les conflits internes sont fondés sur deux objectifs opposés dans un personnage:
La chose que le personnage veut
● C’est l’objectif du parcours externe.
● C’est un désir conscient de la part du protagoniste.
● Est-ce un désir injustifié (soit parce que c’est un but final nuisible ou égoïste ou parce que le personnage croit aveuglément qu’il va résoudre ses problèmes intérieurs alors que ce ne sera pas le cas).
● est basée sur un mensonge.

La chose dont le personnage a besoin
● est un besoin thématique interne.
● Est souvent un désir inconscient de la part du protagoniste.
● Est un désir sain (qui mènera finalement à la santé, à l’épanouissement, mais, pas nécessairement à la gratification externe).
● Est basée sur une vérité.

Question n ° 3: Thème: Quel est le thème de votre histoire?
Si vous avez répondu aux deux questions précédentes, vous avez votre thème. Transformez le besoin conflictuel de votre personnage en : une thématique universelle.

Pensez à votre thème comme à une route avec un début et une fin bien définis.

Le besoin de votre personnage est la thématique de votre histoire. C’est le cœur de votre histoire.
Commencez à cartographier un moyen d’aider votre personnage à trouver son besoin ou à le rejeter dans la fin de votre histoire. Cela influencera toutes les décisions importantes que vous prendrez à partir de là.
Cordialement Camille

Les ébauches

Une ébauche correctement maniée peut être l’une des armes les plus puissantes dans votre arsenal d’écriture. Les ébauches assurent la cohésion et l’équilibre de l’histoire et vont vous permettre d’aller jusqu’au bout de votre histoire.
Elles évitent de gaspiller du temps à rechercher des idées sans issue, vous permettent d’élaborer de nouvelles idées et, surtout, de vous fournir une base de confiance et de motivation.

La première étape pour créer des histoires incroyables est donc d’utiliser des ébauches pour vous aider à réfléchir à de meilleures idées, et à écrire de meilleures structures d’intrigue.
Ces brouillons vites écrits sont la base d’une histoire bien structurée.

cordialement Camille