à vos plumes

Si les nappes phréatiques ne sont pas pleine c’est à désespérer, depuis quatre mois on passe du crachin à la trombe d’eau et dés qu’un coin de ciel bleu apparait cela devient un sujet de conversation général tellement c’est rare.
Heureusement j’aime écrire, derrière mon ordinateur, j’oublie tout, je suis dans ce que j’écris et je ne vois pas les heures passer. Mon environnement n’existe plus, seule mon imagination me guide, je peux être au soleil, nager dans une eau limpide, avoir chaud quand il fait froid, être gai, être triste, plus rien ne compte que mon récit, je suis plongé dans mon histoire.
Lancez-vous dans le monde imaginaire de l’écrit, il vous apportera les plus riches satisfactions et un bonheur extraordinaire.
cordialement Camille

Publicités

Les paroles

Dernièrement je me suis trouvé dans un salon d’attente où un téléviseur diffusait un film que je trouvais ennuyeux. Par habitude, je glisse toujours dans une de mes poches une boite de « bouchons d’oreilles » pour pouvoir m’isoler et me frotter à mes pensées en toute discrétion dans les environnements qui ne me sont pas agréables. j’ai bien enfoncé un bouchon dans chaque oreille. Je n’entendais plus rien, le son du téléviseur n’était pas en vérité très élevé. J’ai alors eu l’idée pour me distraire de m’amuser à imaginez des dialogues et des commentaires qui pouvaient correspondre aux séries d’images qui défilaient devant mes yeux.
C’est un exercice qui m’a procuré beaucoup de plaisir, et, surtout mon temps d’attente ne m’a pas semblé long.
L’imagination est extraordinaire, il suffit de la susciter dans un cadre et sur un sujet précis et elle se met immédiatement en marche. Très vite on est ailleurs, et, l’espace et le temps deviennent différents. Essayez c’est amusant.
cordialement Camille

toujours lire

Lire, lire, et encore lire, parce que c’est lorsque l’on est gourmand et que l’on aime manger que l’on devient cuisinier. Pour écrire, il faut aimer lire parce que ce que l’on lit, nourrit l’imagination, ce sont des leçons, et un apprentissage utile. Notez les idées qui vous viennent à propos de la façon de faire d’un écrivain ne peut qu’enrichir votre manière d’écrire. regardez ce qui vous a captivé et notez le. Observez comment l’auteur que vous lisez a bâti sa trame, si vous aimez, décortiquez la méthode, si cela ne vous plait pas, demandez vous pourquoi et notez le.
cordialement Camille

buchenwald

J’ai rencontré il y a longtemps un homme, intelligent, cultivé, maitrisant plusieurs langues étrangères, fin gourmet, plein d’humour et de joie de vivre, habitué des bonnes tables parisiennes qui avait passé quatre années dans le camp de concentration de Buchenwald et qui en était revenu en pesant 35 kilos comme tous les autres. Un jour que je lui demandais comment un bon vivant comme lui avait pu survivre dans ce camp avec la nourriture qui était donnée aux prisonniers, il me répondit :
– Nourriture, vous appelez nourriture un bol de soupe plus proche de l’eau claire que de la soupe s’exclama t’il en rigolant, je vais vous dire. Une fois que j’avais ma gamelle en main, je m’installais du mieux que je pouvais et je fermais un instant les yeux et je m’imaginais dans un de ces restaurants que j’affectionne, je prenais un peu de ce liquide en bouche et je me voyais en train de déguster un homard, une entrecôte, du poulet, des huitres, etc. toutes ces choses que j’aimais et qui me faisaient envie. Mon repas n’était pas meilleur que celui des autres, mais j’en profitais plus et mieux que ceux qui pestaient. J’ai fais durant ces années la même chose pour toutes les circonstances difficiles que j’ai traversé, et je suis revenu maigre, mais j’ai échappé au pire. Nos pensées sont la clef de la vie, si elles sont bonnes elles nous rendent la vie plus facile.
cordialement Camille

Voyages

Le voyage pour ceux qui aiment découvrir est un sujet où il y a beaucoup à dire et dans des domaines variés.
L’écriture est une forme de voyage, un voyage dans l’imaginaire, mais qui s’appuie sur des réalités.
J’ai de plus en plus envie d’en parler. J’ai parcouru pendant des années le monde, et ces expériences diverses ont fait de moi ce que je suis.
J’aime toujours voyager, rencontrer des gens différents, goûter de nouvelles saveurs, mais les fragrances du bougainvillier ne sont pas les mêmes à Abidjan qu’à Ouagadougou et les falaises du pays Dogon n’offrent pas au regard le même plaisir si l’on passe par Mopti au Mali que si l’on y va à partir du Burkina Faso. Le son du TAM TAM ne vous émeut pas de la même façon en brousse qu’en ville. Le poulet crapaudine (poulet grillé) est tellement différent si on le mange dans un village de brousse en Afrique ou dans une chaîne américaine à Paris. Tout est dans l’environnement et dans le trajet que l’on doit faire pour le découvrir.
L’avion est devenu le moyen populaire pour se rendre d’un endroit à un autre et tout est différent lorsque le trajet ne fait plus partie de la découverte. C’est comme si on n’avait pas mérité le plaisir d’être ailleurs. L’envie, l’attente, la surprise, les maladresses, les ennuis, les rencontres, l’imagination… Ont un rôle à jouer pour faire un voyage dont on se rappelle et qui vous marque.
Cordialement Camille

Le pouvoir est en nous

Le pouvoir est en nous, en chacun de nous.
Contrairement à ce que l’on enseigne, ce n’est pas notre volonté qui nous fait agir mais notre imagination. Toute idée que nous avons dans l’esprit devient vraie pour nous.

« Chaque fois qu’il y a conflit entre l’imagination et la volonté, c’est toujours l’imagination qui l’emporte, et dans ce cas nous ne faisons pas ce que nous voulons, mais nous faisons précisément le contraire de ce que nous voulons, et plus nous faisons d’efforts volontaires, plus nous faisons le contraire de ce que nous voulons. »
Par exemple : Plus l’on veut trouver un nom que l’on croit avoir oublié, plus il nous échappe. Il nous revient seulement quand on remplace dans notre esprit l’idée : « j’ai oublié » par l’idée « cela va me revenir ».
Les pensées malsaines sont l’abime de ceux qui ne savent pas s’y soustraire.
« Je désire telle chose et je suis en train de l’obtenir » et comme je ne fais pas d’efforts je vais réussir. »
L’esprit doit rester maitre de la carcasse.
cordialement Camille

vous avez dit : roman

Il y a une phrase dans la bible dont tous les apprentis romanciers peuvent tirer parti : « celui qui veut construire une maison doit commencer par s’asseoir et la dessiner dans le sable ».

Tournons nous vers les expressions populaires pour mieux appréhender ce qu’est un roman : « passionnant comme un roman » qui permet de se plonger et de se perdre dans un monde imaginaire plus captivant que le quotidien et l’autre expression : « c’est un vrai roman » pour dire que c’est inventé, c’est le côté péjoratif.

Pour certains comme Pascal, l’imaginaire est un maitre d’erreur et de fausseté, pour d’autres, c’est la source qui nous permet de décoller du monde pour pouvoir le changer. C’est la part la plus noble de l’esprit humain.

Le roman se trouve dans cette ambiguité depuis ses origines et sans doute jusqu’à la nuit des temps. Mais, il a bien fallu que l’homme imagine les voyages dans l’espace avant d’y aller…
cordialement Camille