préparation à la structure

Le premier pas pour découper votre récit consiste à déterminer sa structure globale. Vous allez mettre sur le papier toutes vos idées. Regarder ce qui correspond à l’histoire que vous voulez raconter et travailler sur les points de passage obligatoire de l’histoire et sur les questions qui vous viennent jusqu’à ce que vous puissiez voir émerger une histoire complète.

Il est vraisemblable que des scènes particulières vous viendront à l’esprit. Mais, c’est une manière de positionner vos personnages dans l’histoire, de vous demander qui est qui et qui fait quoi.

Voici quelques exemples de questions que vous pouvez vous poser durant cette phase de préparation :

        1. notez quatre ou cinq grands moments qui se dérouleront dans votre intrigue.

2. Pouvez vous penser à au moins deux complications pour chacun de ces moments?

3. Comment ces complications vont elles pousser les personnages de façon qu’ils en soient dérangés

4. Quels lieux vous faudra t’il ajouter pour ces complications

5. Quel personnage sera le protagoniste

6. Quel personnage sera le plus touché par l’incident déclencheur

7. Quels problèmes majeurs ce personnage a t’il dans sa vie, qui offrent le plus de potentiel pour des conflits et des drames

         8. En quoi ce problème affecte t’il les autres personnages
cordialement Camille

Publicités

d’où écrivez-vous?

J’écris de partout, une table dans un bistrot, dans le métro, le bus, dans une salle d’attente… Il me suffit d’un carnet pour prendre des notes, parfois d’un bout de feuille de papier, de mon ordinateur ou de ma tablette… J’ai besoin de peu d’espace, et, je me passe facilement d’une table ou d’un support, mais, j’ai impérativement besoin d’être assis, si il y a du bruit je ne l’entend pas je suis à ce que j’écris. Mais, j’ai un lieu préféré, la terrasse de mon appartement au bord de la mer, je m’y suis aménagé un petit coin, à peine installé je laisse les idées affluer, je perd la notion du temps et je suis toujours surpris par la durée de ma séance d’écriture non stop.
cordialement Camille

le fil conducteur

Le fil conducteur de votre roman c’est le pitch

le pitch est une synthèse de l’idée principale de votre roman. Il a pour but de répondre à la question “De quoi ça parle ?”, et non de résumer l’ensemble de l’histoire. En réalité, le pitch correspond à la synthèse de la première partie de votre roman. Si vous souhaitez écrire un pitch qui donne envie, je vous encourage à placer le conflit dramatique à la fin. L’idée est de pousser votre interlocuteur ou votre lecteur à se demander “Et ensuite… qu’est-ce qui se passe ?”. Lorsque vous en êtes la vous avez un bon fil conducteur et vous pouvez poursuivre avec cette idée.

cordialement Camille

le projet

Quelques fois, j’ai envie d’écrire un roman à partir d’un projet qui m’a traversé l’esprit et de bâtir mon projet avec des personnages inventés.
Le protagoniste a envie de faire telle chose, comment va t’il s’y prendre pour mettre son projet en oeuvre, qu’est-ce qui dans son passé lui fait envisager ce projet, quels obstacles vont se dresser sur son chemin, comment va t’il les dépasser, quels aides doit il rechercher? où va t’il trouver l’information dont il a besoin? Quel est son point de départ, est-il seul? pourquoi se lance t’il dans ce projet? Combien cela va t-il couter, comment va t’il financer son rêve?
cordialement Camille

trouver le bon pitch pour votre histoire

On a une idée, on la couche sur le papier en racontant ce que l’on sait de l’histoire, puis, il faut travailler l’idée.
Ainsi lorsque j’ai écris mon livre « l’or de Sihanouk » j’avais envie de raconter une histoire tirée de la réalité. Les personnages avaient existé, comme le fond de l’histoire, mais il me fallait les adapter à la fiction que je voulais écrire. Le personnage principal avait un but à atteindre, il portait en lui la source d’un conflit qui allait me permettre de le faire évoluer à la fin de l’histoire, j’avais des ennemis puissants prêts à lui mettre des bâtons dans les roue, il était motivé, l’enjeu était important, mais pour mettre tout cela en place dans une intrigue il me fallait renforcer mon histoire. C’est en me posant sans cesse la question : et si … que je suis parvenu à élaborer mon pitch.
cordialement Camille

comment retravaillez vos écrits

Faites une liste de vos idées, ensuite écrivez un permet jet qui sera le brouillon, relisez vous, et enfin réécrivez votre texte.
Mettez sur le papier ou sur votre ordinateur tout ce qui vous passe par la tête relatif à votre projet d’écriture. Puis, triez et rassemblez dans un plan qui fera coïncider l’ensemble.
L’étape de rédaction du brouillon vous permet de voir ce qui fonctionne, ce qui mériterait d’être modifié, ce qui est trop long ou pas assez détaillé.
La réécriture est l’occasion de donner de la force à votre intrigue.
C’est par ce biais que vous rencontrerez votre style, il va se forger avec le temps et l’expérience, il prend naissance dans vos envies, vos lectures, votre personnalité, vos expériences, vos rencontres… Il évolue et se peaufine, par la lecture vous le nourrissez. C’est en écrivant que l’on apprend à écrire.
Cordialement Camille

Libérez votre créativité

L’envie d’écrire peut se faire très intense alors que l’on ne sait pas toujours quoi dire. D’autres fois, les idées se bousculent dans votre tête, mais vous ne savez pas par où commencer. Il faut laisser parler votre créativité, la travailler et la libérer.
Pour écrire il faut savoir ce que l’on veut écrire. Voulez-vous écrire un roman, une nouvelle, un livre pour enfants…
Prenez un peu de temps pour créer vos personnages, créer et établir un plan, créer un dialogue. C’est utile pour donner de la vie à vos textes.
Maintenant, à vos plumes, n’hésitez pas plus longtemps, plongez-vous dans l’expérience fabuleuse de l’écriture.
cordialement Camille