la peur

Il y a de nombreuses années déjà, au cours d’un séjour au Liban pour des raisons professionnelles, c’était la guerre, il y avait des snipers, des bombes, des voitures piégées et autres douceurs. Ce qui m’avait étonné c’était les réactions et les pensées des habitants plongés dans cet univers violent.
Ils étaient capables de reconnaitre au bruit avant l’impact si cela allait tomber sur eux ou plus loin. Lorsque je dis plus loin cela veut dire à peine plus loin, peut-être à 200 mètres seulement de l’endroit où ils se trouvaient, au delà de cette distance cela n’inquiétait plus personne cela tombait ailleurs et ils vous disaient « oh c’est loin! » c’est pas pour nous. La vie continuait comme si de rien n’était, les jeunes sortaient au restaurant et en boite le soir sans que leurs parents ne s’inquiétent plus que des parents parisiens. Ils s’étaient habitués à vivre avec ces menaces qui demandaient des mesures particulières comme de dormir loin des fenêtres ou à festoyer dans les parkings… Mais ils n’avaient plus peur, ils étaient prudents c’était tout. Leur calme et leur détachement impressionnait le visiteur que j’étais et me rassurait, et sans doute par un phénomène d’osmose, je n’avais plus peur moi-même…
La peur est un moteur de manipulation efficace, mais, la nature humaine s’adapte vite et il arrive qu’elle se retourne contre ceux qui en abusent.
cordialement Camille

Publicités

prophéties

Nostradamus n’a pas donné de dates, rendant très imprécises et périlleuses les interprétations de ses « prophéties », personne n’a d’ailleurs jamais été en mesure de dire si oui ou non il a prédit quoique ce soit… Attentats, églises brûlées, viols, tout y est prédit, même La guerre civile pour 2018.
Ses prophéties s’étendent de 1557 à 2017.
2017 est donc la dernière année à déchiffrer et à observer. Les interprétations sont si nombreuses qu’il existe même des clubs de décodage ! Alors comment savoir si les interprétations sont justes ?
voici les 3 dernières :
10:98 La splendeur claire a pucelle joyeuse, Ne luyra plus, long temps sera sans sel: Avec marchans, ruffiens, loups odieuse, Tous pesle mesle monstre universelle.

10:99 La fin le loup, le lyon, beuf, et l’asne, Timide dama seront avec mastins, Plus ne cherra a eux la douce manne, Plus vigilance et custode aux mastins.

10:100 Le grand empire sera par Angleterre, Le pempotam des ans de trois cens: Grandes copies passer par mer et terre, Les Lusitains n’en seront pas contens.
bonne interprétation
cordialement camille

40 millions de personnes

L’histoire est écrite par les survivants et par les vainqueurs, ainsi si l’Allemagne écrasée et occupée en 1945 n’a pas eu d’autre choix que reconnaître les crimes nazis, ce sont les alliés qui ont écrit leur histoire officielle et ont minimisé leurs propres crimes et notamment les bombardements massifs sur les populations civiles des villes allemandes…

La délimitation précise de la notion de négation de crime contre l’humanité (au sens répréhensible du terme) est d’autant plus nécessaire que, prise au sens large, cette notion peut se heurter à deux valeurs reconnues dans la culture des pays qui condamnent le négationnisme: la liberté d’expression (qui ne peut être restreinte que pour des motifs exceptionnels et bien définis) et la recherche historique (qui par nature ne peut considérer aucune « vérité officielle » comme définitive).

Donc 70 ans après la seconde guerre mondiale on pourrait espérer pouvoir recueillir des informations libérées des lobbies. Or il n’en est rien, car, nous sommes toujours gavé en France par le problème juif qui occupe tout l’espace de la seconde guerre mondiale et nous empêche de nous occuper de nos morts à nous. Je rappelle ici que à la veille du conflit il y avait en France 300 000 juifs que 70 000 furent envoyés dans des camps, mais que tous n’y moururent pas et que à la fin du conflit les 2/3 ou les 3/4 (suivant les sources) de la population juive de France avait survécu. Alors un peu de place pour les 34 autres millions, de morts, ils ont aussi ont une âme.

La Seconde Guerre mondiale, coûta la vie à plus de 40 millions de personnes, dura six ans, du 1er septembre 1939, date de l’agression allemande contre la Pologne, au 2 septembre 1945, jour où le Japon capitula.
cordialement Camille

ide

Ide : désigne le 15 des mois de mars, mai, juillet, octobre et le 13 des huit autres mois.

Les Ides de Mars correspondent au 15 mars dans le calendrier romain. Jour festif dédié au dieu Mars.

Mars est le dieu de la guerre, Il est identifié à l’Arés des Grecs, c’est le plus important des dieux de la guerre honorés par les légions romaines. Son culte connaît deux moments forts, au mois de mars et en octobre, au début et à la fin de la saison guerrière.

Les Romains avaient nommé le premier mois de l’année en son honneur, qui coïncidait avec le retour des beaux jours et la reprise de la guerre après l’hiver.

Par la suite, janvier, mois d’élection des magistrats, a été convenu comme commencement de la nouvelle année. Mars est devenu le troisième, et c’est ainsi que décembre, étymologiquement le dixième mois, est devenu le douzième.

Jules César fut assassiné pendant les Ides de Mars en 44 avant jesus-Christ.
cordialement Camille

Au hasard de mes lectures

Je lis actuellement un ouvrage récent sur la vie de goering et je découvre des aspects de la seconde guerre mondiale qui n’auraient pas pu être écrit il y a ne serait ce qu’il y a vingt ans.

C’est interressant de découvrir un point de vue différent de ce que l’on a pu lire ces dernières années sur le sujet et d’avoir un éclairage lié à un personnage important du troisième Reich.

La personnalité de l’homme, les circonstances, les motivations, son environnement, sa façon de se comporter donnent un éclairage inhabituel sur les événements qui se sont déroulés durant cette période.

L’ascension d’un Hitler n’échappe pas à l’auteur qui fournit de très nombreux détails.
Cordialement Camille

Point de vue : sur le printemps arabe et la Syrie

Point de vue : sur le printemps arabe et la Syrie

La religion, la famille, l’honneur, l’abnégation, l’amour de la gloire et de la patrie … Sont les ressorts qui préparent les opinions et préparent les foules ou au moins le terrain dans lequel germeront les idées pour les manipuler. Les services des pays occidentaux ont envoyés depuis plus de dix ans en immersion profonde des agents pour semer des idées qui ont aboutis au printemps arabe.

Mais, les révolutions aussi sanglantes soient elles ne changent pas les institutions, elles n’en changent que les noms avec lesquels elles habillent les institutions du passé, mais le fond ne se modifie pas. Les peuples sont toujours dirigés en fonction de leurs origines.

On manipule l’âme des foules par des illusions et des mots. La puissance des mots est liée aux images qu’ils évoquent et est indépendante de leur sens réel, les foules les préfèrent aux vérités. Les meneurs agissent sur sur les sentiments inconscients. Mais le sens des mots varie d’un pays à l’autre et il faut savoir le sens qu’ils ont à un moment donné sur une foule dans un pays donné, d’où la nécessité de l’immersion profonde.

Les hommes d’état baptisent de mots populaires les choses que les foules ne peuvent supporter avec leurs anciens noms, car, il doivent créer «la foi».

Hier les images qui nous étaient diffusées sur la Syrie portaient sur les exactions de Bachar el Hassad, aujourd’hui on nous montre des factions djihadistes… L’objectif étant toujours de nous convaincre qu’il est nécessaire d’intervenir en Syrie d’une façon ou d’une autre, qu’il y a un danger qui couve dans ce pays contre nous, Mais …

Qu’en est-il réellement ? Je l’ignore, mais ce que je sais c’est qu’une foule fonctionne en primate, que l’homme le plus intelligent au milieu d’une foule devient un animal sauvage et que les manipulations ont besoin de temps pour atteindre leurs objectifs. Lorsqu’il s’agit de guerre et de paix où des hommes et des femmes meurent sans véritables raisons je reste d’une grande prudence.

cordialement

écrire : Dernier week-end de l’été

écrire : Dernier week-end de l’été

C’est fait, je rentre lundi à Paris, c’est décidé. J’ai organisé mes rendez-vous de la semaine prochaine en essayant de les regrouper un maximum. Peut-être mon emploi du temps me permettra t-il de revenir pour une semaine à la fin du mois.

J’aime le calme de cette maison qui me change de l’agitation parisienne qui ne m’apporte plus grand chose. Je vis ici simplement, je profite de l’absence de mon épouse et de ma fille pour m’habiller de vêtements que j’aime et qui ont échappés à leur vigilance avant leur départ. Elles ne supportent pas lorsqu’elle sont à mes côtés et organisent un tri pour donner aux associations caritatives tout ce qui ne leur convient pas que je mette. Ces vêtements ont fait leur temps, mais je suis bien dedans et je me moque de ce que peuvent penser les gens qui me voient ainsi vêtu quand je sors me balader avec ma petite boule de poils. Le paraître n’a pour moi aucun sens.

Je vais consacrer ce week-end à la fermeture de la maison. C’est quelque chose qui me déprime un peu. Ranger ce qui doit l’être, faire faire les dernières lessives, le ménage à fond, pour lorsque je reviendrai trouver une maison prête à m’accueillir, agréable à vivre.

Aujourd’hui comme hier, le ciel est gris, il tombe des gouttes de temps en temps. Ma petite boule de poils qui habituellement gambade d’une pièce à l’autre et arpente le jardin, est venue se blottir sur mes genoux à la recherche d’un câlin. Comme si elle comprenait la tristesse de mes préparatifs de départ.

J’ai bien travaillé cet été. J’ai écris environ 60 000 mots. J’en ai mis 4000 en ligne sur mon blog durant cette période. J’ai suspendu mes activités sur internet durant un mois et demi, en vadrouille ou occupé par la mer et les visites qui m’ont été faites.

Mon café est froid dans ma tasse, c’est le moment d’arrêter d’écrire pour me consacrer à des tâches qui me plaisent moins.

J’ai reçu un appel téléphonique ce matin, mon interlocuteur me demandait ce que je pensais de l’engagement de la France dans la guerre en Syrie. Les services y envoyant depuis au moins une quinzaine d’années de nombreux agents en immersion profonde, il me semble difficile de prendre pour argent comptant les informations que l’on nous diffuse.

Nous ignorons tout de ce qui se passe dans ce pays.

J’ai le souvenir de l’affaire roumaine où l’on nous fit voir à la télévision un charnier qui s’avéra quelque temps plus tard bidon. Même chose dans l’ex Yougoslavie, je conclurais par les manipulations du gouvernement Bush pour intervenir en Irak …

Dans ces conditions de désinformations, je fais un pas en arrière et reste un adepte de la paix.

Les mensonges permanents des élus de quelque bord qu’ils soient et que l’on découvre plus tard les privent pour moi de crédibilité. Je ne suis même pas comme saint Thomas qui ne croyait que ce qu’il voyait, car, dans cette époque d’imposture nous ne voyons que ce que l’on veut nous faire voir. Vérifier l’information est devenu trop couteux et le journalisme d’investigation a pratiquement disparu faute de moyens.

J’ai foi dans les valeurs universelles. Les autres varient en fonction de l’époque et des gouvernements.

Cordialement