Les grands évènements

181904 – 39/193
Dans un roman, les grands désastres annoncent les tournants du récit. Dans l’histoire, ils précèdent les grands bouleversements.
Néron fait incendier Rome, ce qui a transformé le monde romain.
L’incendie du Reichstag a été le moyen pour les nazis de devenir une véritable force.
La cathédrale de Notre Dame de Paris en feu, nous annonce t’elle une dictature, une révolution… ?
Que ces tristes et douloureux évènements soient suscités ou non, ils servent toujours d’outils aux factions qui ont soif de pouvoir et qui profitent des émotions ressenties par le peuple.
Je ne regardais pas la télévision, car le discours présidentiel ne m’intéressait pas suffisamment pour que j’ai envie de regarder un montage supervisé par des professionnels veillant à ce que chaque geste soit à sa place et chaque intonation de voix résonne juste. Son contenu aurait été commenté par tous les médias, et je n’attendais selon son mode de fonctionnement habituel aucune mesure qui soit concrète ni immédiate.
Ma famille m’a appelé à l’annonce de l’incendie pour que je vienne regarder l’évènement à la télévision.
J’ai pu voir en direct notre dame se consommer, comme si sa structure était faite de paille bien sèche. Je n’ai pas compris comment l’incendie a pu se propager à une telle vitesse et avec une telle ampleur. Le feu était partout et d’une vigueur redoutable. La flèche de notre dame regardait Paris du haut de ses quatre vingt treize mètres et à cette altitude il n’y a pas de bon ni de mauvais vent, il souffle ou ne souffle pas. Ce jour là, il était modéré.
J’ai été surpris par la violence de cet incendie qui semblait normale aux commentateurs, car, aucun n’a cherché à savoir comment un édifice surveillé et protégé comme l’était ce chef d’oeuvre de notre patrimoine pouvait se consummer aussi vite. Une poutre même si elle date de Charlemagne ne s’enflamme pas comme de l’amadou ? Du moins, c’est ce que j’avais toujours cru avant de voir bruler Notre Dame. Mais, je ne connais rien à ce sujet et n’ai aucune expérience en matière d’incendie. J’en suis là dans ma réflexion, je me heurte à mon ignorance, mais je ne peux pas effacer de ma mémoire ce que mes yeux ont vu et je me vois obligé d’écrire : Ce que j’ai vu, je n’en croyais pas mes yeux. J’attend avec une certaine impatience que les « experts » viennent expliquer comment c’est possible. Comment une étincelle peut-elle embraser un édifice tout entier alors qu’il y avait 500 pompiers actifs qui sont arrivés dans l’heure. Certes, à 30 mètres de hauteur la tâche était plus que difficile…
Pas d’ouvriers sur le chantier qui s’était arrêté une heure avant la déclaration première du feu. De plus les ouvriers qui utilisent des moyens susceptibles de créer un feu s’arrêtent deux heures avant la fin du chantier par mesure de sécurité, au cas où. Et, il n’y en avait pas ce jour là a déclaré le responsable du chantier. Un court-circuit ??? le courant ne serait-il pas coupé en fin de chantier?
Cordialement Camille Saintonge

Publicités

La nuit, mode d’emploi

Jadis l’on se réunissait le soir autour de la lumière et de la chaleur d’un feu où l’on cuisait devant et gelait derrière en hiver. Le conteur, il y en avait toujours un, racontait une histoire qui avait pour but d’éduquer. Apprendre aux plus jeunes l’honneur, le respect de la parole donnée, la fidélité, le courage…
L’école s’est substituée aux conteurs et les histoires ont été remplacées par l’histoire où les récits des grands évènements du passé se voulaient éducatifs, on parlait alors des leçons de l’histoire.
Aujourd’hui la politique a perverti tout notre environnement, moral, psychologique etc. Les enfants s’agressent dans les écoles, le feu ou l’on se réunissait a été remplacé par la télévision, mais les conteurs n’ont plus les mêmes vertus.
cordialement Camille