nostradamus

Je viens de tenter de lire les prophéties de Nostradamus dans le texte d’origine. Heureusement que le titre en était prophéties parce que pour le reste ? j’ai été incapable de situer aussi bien les époques que de retrouver les grands évènements de l’histoire.
Curiosité aidant j’ai consulté ce que disent certains décripteurs des prophéties de Nostradamus pour 2017. Ils sont loin de partager tous la même interprétation. Mais j’ai retenu qu’à partir de septembre nous nous préparions à trois mois de bouleversements sismiques, cyclones, ouragans, tempêtes d’une rare violence et autres calamités. Difficile après les 3 cyclones des Antilles et le tremblement de terre du Mexique de dire que cette prévision est le fruit d’une pure imagination. Alors nous en avons peut-être jusqu’à la fin de l’année avec des sujets de violentes contrariétés.
cordialement Camille

Publicités

un incident clef

L’incident déclencheur
Il faut qu’un événement arrive qui change les choses. Très souvent cet « évènement » est extérieur au personnage principal. Il se produit et implique le héros qui va ressentir une émotion forte, de la rage, de la terreur, des désirs ou autre chose.
Cet « évènement » est appelé l’incident déclencheur. Toutes les histoires ont besoin d’un incident déclencheur. Il peut se produire au début de l’histoire ou même avant, mais il est indispensable qu’il fasse avancer le héros dans l’histoire.
Exemple : Le parrain
Le Parrain est un gros roman au sujet d’un personnage, don Corleone le parrain d’une famille mafieuse.
L’histoire commence par le mariage de la seule fille du parrain. Beaucoup de choses se passent qui seront pertinentes plus tard dans l’histoire. Mais, en réalité l’histoire n’a pas encore commencé. En fait le parrain est plutôt en bonne position. Il dispose de nombreuses sources de revenu, il est considéré dans son milieu, et il a plusieurs juges aux ordres dans ses poches. Son regret persistant est de n’avoir aucun de ses fils capable de prendre sa place de parrain, mais ce n’est pas urgent. Il est en bonne santé et a apparemment de nombreuses années devant lui.
Peu de temps après, il rencontre un jeune gangster nommé Sollozzo. Sollozzo travaille avec une famille rivale, et il veut commencer à importer une nouvelle drogue qui représente un énorme profit potentiel : l’héroïne. Sollozzo a besoin de l’aide du parrain pour obtenir des protections légales. Ses hommes seront arrêté de temps en temps. Il sera alors crucial qu’il puisse soudoyer les juges que le parrain a dans sa main.
Le parrain refuse. Non pas par ce qu’il se soucie des dommages causés aux personnes qui prendront de l’héroïne. Il pense que les drogues sont trop compromettantes et que ses juges se déroberont, et que cela causera des préjudices à son empire. Alors il refuse de coopérer.
Mais le parrain a un fils irresponsable Sonny qui déclare à Sollozzo verbalement qu’il est interréssé.
Sollozzo quitte la réunion et ordonne que l’on tue le parrain. Il y parvient presque. Don Corleone est gravement blessé et son empire est désorganisé.
Le roman c’est l’histoires de Don Corleone à la recherche d’un succésseur. Quelqu’un de suffisamment solide pour redonner à la famille corleone le standing de première famille de la mafia. Et suffisamment impitoyable pour obtenir une revanche impitoyable et éblouissante sur Sollozzo et ses hommes de mains.
Rien de ceci n’aurait eu lieu sans l’incident déclencheur : Le rendez vous initial entre le parrain et Sollozzothe.
Exercice pratique
        1        Connaissez vous l’incident déclencheur de votre roman ?
2        Si oui, commence t’il aussi près que possible du début de l’histoire ?
3        Si non, pouvez vous imaginer une scène au début de votre roman qui pourrait servir d’incident déclencheur ?
4        Quelle force extérieure déstabilise votre personnage principal ?
5         Votre personnage principal a t’il le choix après l’incident déclencheur ? Si oui, qu’est ce qui va pousser votre personnage principal à entrer dans l’histoire que vous voulez raconter ?
cordialement Camille

Histoire, récit, intrigue

L’histoire, c’est ce qui s’est passé, dans l’ordre chronologique et avec tous les détails nécessaires à la description des causes et des effets.

Le récit : c’est ce que l’auteur veut bien montrer au lecteur dans l’ordre ou il veut bien le montrer. Certains détails, même très importants peuvent être omis.

L’intrigue : c’est la manière dont les faits, les événements constituant l’histoire s’enchaînent logiquement les uns par rapport aux autres. Décrire une intrigue implique souvent des retours sur les événements passés ou au contraire des sauts dans le futur de l’histoire.

Une ligne d’intrigue est une série de faits ou d’événements un cheminement, une petite histoire avec son début, son développement et sa conclusion, sans bifurcation vers une autre histoire.
Cordialement Camille

une nouvelle par semaine

Et si vous écriviez une nouvelle chaque semaine ? Ne serait-ce pas un bon entrainement ? La nouvelle ou histoire courte compte moins de 7500 mots. Si vous écrivez 1500 mots chaque jour, c’est l’affaire de cinq jours maximum. Certaines nouvelles ne dépassent pas cinq cent mots… Il y en a dans tous les domaines, dans tous les genres. Une nouvelle possède plusieurs caractéristiques qui poussent à sa brièveté.

  • Contrairement au roman, elle est centrée sur un seul événement.
  • Les personnages sont peu nombreux et sont moins développés que dans le roman.
  • La fin est souvent inattendue, et prend la forme d’une « chute » parfois longue de quelques lignes seulement.

cordialement Camille

 

4 Août

La nuit du 4 août 1789 l’assemblée constituante met fin au système féodal. C’est l’abolition de tous les droits et privilèges féodaux ainsi que de tous les privilèges des classes, des provinces, des villes et des corporations, à l’initiative du Club breton futur Club des Jacobins.
Hans-Christian Andersen est mort le 4 août 1875 à Rolighed (Danemark)
Le conteur Hans Christian Andersen est l’un des auteurs les plus lus du monde et à coup sûr le Danois le plus célèbre…
Barack Obama, Louis Vuitton, sont nés un 4 Août
Jeanne Calment la doyenne de l’humanité est descédée un 4 Août à l’âge de 122 ans.
cordialement Camille

la matière des histoires

Chaque jour dans notre vie courante, un évènement, une situation surviennent susceptibles de faire l’objet d’une petite histoire. Ce sont ces éléments qui régulièrement alimentent nos conversations.
– Tu ne sais pas ce qui m’est arrivé ce matin en promenant Médor le chien?
Ou : Quelle ambiance hier soir au bar des tordus, il faut que je te raconte ça…
Plus fréquent encore le genre voisin : La voisine du dessous s’est fait refaire le nez as tu vu sa tête… suivent tout un tas de considérations sur avant et après etc.
Il y a les peurs, les craintes, les joies, les surprises et les mille et une chose qui nous arrivent au cours d’une journée et qui sont en mesure d’alimenter le début d’une histoire.
cordialement Camille

Pourquoi utiliser des archétypes

Les archétypes sont un guide pour décider de la réaction de chaque personnage face à un même évènement et des conséquences de cet évènement sur le comportement du personnage dans les scènes à venir dans votre récit.

Ci-dessous, huit archétypes d’après Le Seyne:
Le colérique (émotif, actif, extraverti)
Le passionné (émotif, actif, introverti)
Le versatile (émotif, prudent, extraverti)
Le sentimental (émotif, prudent, introverti)
Le réaliste (calme, actif, extraverti)
Le flegmatique (calme, actif, introverti)
Le nonchalant (calme, prudent, extraverti)
Le sage (calme, prudent, introverti)

Quels sont les comportements :
émotif : le personnage ressent l’émotion au moment de l’action
calme : le personnage ressent l’émotion après l’action
actif : le personnage agit avant de réfléchir
prudent : le personnage réfléchit avant d’agir
extraverti : Le personnage est tourné vers l’extérieur. Il dit ou montre ce qu’il pense ou ressent
introverti : Le personnage est tourné vers lui même, ne dit pas, ne montre pas ce qu’il pense ou ressent.
cordialement Camille