semaine du 25 juin au premier juillet

Une adaptation des oeuvres de Stephen King qui s’annonce mystérieuse, Castle Rock c’est le nom de cette série, sera t’elle la plus intrigante de cet été? À la différence d’autres nombreuses adaptations des œuvres de Stephen King, cette série ne prend pas un ouvrage en particulier mais mêle les histoires dans la ville de Castle Rock, récurrente dans l’oeuvre de l’écrivain. Une série qui ravira les amateurs de cet écrivain « d’instinct » qui commence à écrire ses romans sans savoir comment ils vont se terminer. Ceci à la différence d’auteurs comme Ludlum qui lui écrit des scénarios d’une centaine de pages avant d’écrire la première ligne de son récit.
cordialement Camille

Publicités

brèves du lundi n°1403402

brèves du lundi n°1403402

Une maison d’écrivain dans le lot

un nouveau lieu de création littéraire pour les auteurs..

Piratage chez orange : DES RISQUES DE « PHISHING »

Les données piratées sont principalement les noms, prénoms et adresses postales de ces derniers. Mais les mots de passe de ces comptes n’ont pas été saisis, a assuré un porte-parole du groupe, expliquant que les services techniques avaient mis fin à cette intrusion et qu’Orange avait déposé plainte.

Ce vol de données est de nature à faciliter les attaques selon le procédé du « phishing ». Cette technique de piratage vise à recueillir des informations confidentielles via l’envoi de courriels.

Trompées par la qualité supposée de l’expéditeur et par les détails contenus dans ces messages, les victimes fournissent ensuite elles-mêmes leurs propres données personnelles en répondant à ces courriels.

Perdre du poids

Une des clés serait l’absorption d’antioxydant ???  si quelqu’un a essayé, un mail serait bienvenu 

Écrire : L’écrivain

Écrire : L’écrivain

Il y a deux types d’écrivain : L’écrivain éphémère et l’écrivain qui connait le succès sur la durée que j’appelle, l’écrivain au long cours.

L’écrivain au long cours sait qu’écrire demande beaucoup de travail et le goût d’écrire. Écrire est pour lui une activité qui l’occupe 24h sur 24. Lorsqu’il n’écrit pas, il observe, il écoute, ce qui se passe autour de lui, il prend des notes, il sait qu’il utilisera ce qu’il écrit à un moment ou à un autre. Quand il n’écrit pas, il réfléchit à une intrigue, à un personnage, à un lieux, il est toujours occupé par un projet d’écriture qu’il a en tête.

L’écrivain au long cours, lorsqu’il rencontre le succès est capable de recommencer encore et encore. Sa stratégie, c’est le savoir faire. Quand il se lance dans une création il sait que cela implique un travail qu’il est disposé à accomplir parce que ce travail est essentiel pour progresser dans son projet d’écriture.

L’écrivain éphémère est une étoile filante qui écrit un roman hors norme qui attire l’attention des éditeurs et vend quelques millions d’exemplaire, puis, est adapté au cinéma avant de tomber dans un oubli relatif après qu’il se soit enrichi copieusement pour avoir visé juste. Ce genre d’écrivain a toujours existé. Les rares créateurs de cette prose qui profitent de leur lancée n’hésitent pas trop souvent à ensuite bâcler le travail à partir d’une assez bonne idée mal réalisée, mais soutenu par de remarquables campagnes publicitaires menées à la perfection. Ils ont écrit un roman sans avoir la moindre idée de ce qu’ils faisaient et ils ont réussi leur coup. La plupart ne produisent plus rien après leur premier succès.

cordialement

Écrire : les études de cas

6 raisons pour lesquelles les études de cas sont un marché à ne pas négliger

La demande pour les auteurs d’études de cas est en plein essor. Pourtant, très peu de rédacteurs sont conscients de ce marché amusant et lucratif. je vous explique tout ci-dessous.

La première fois que l’on m’a demandé de rédiger une étude de cas. je me demandais de quoi il s’agissait et j’acceptais la mission, avant tout, pour rendre service à mon interlocuteur.

Je ne savais pas à quoi cela ressemblait. J’ai posé beaucoup de questions. Qu’est-ce que c’est qu’une étude de cas? Quel en est le format? Combien dois-je facturer ? …

Je n’avais aucun indice.

Maintenant, j’en sais beaucoup plus. En fait, j’écris des dizaines d’études de cas chaque année.

Je classe les études de cas en haut de ma liste de projets lucratifs. Je suis heureux d’avoir pu pendant toutes ces années en rédiger beaucoup.

Si vous n’êtes pas un familier des études de cas, ne vous inquiétez pas. C’est vraiment très simple. Une étude de cas c’est un nom de fantaisie pour raconter la success story d’un client satisfait et l’histoire heureuse de son expérience dans l’utilisation d’un produit ou d’un service.

De plus en plus d’entreprises ont besoin d’études de cas écrites, mais ont des difficultés à trouver des rédacteurs pour faire ce travail.

Ce sont des opportunités à saisir, pour vous et pour moi.

Pourquoi ? 

1. Les études de cas ne sont pas difficiles à rédiger.

elles sont semblables dans le style et le format à un article de bulletin. Donc, si vous êtes capable d’écrire un article, vous pouvez rédiger une étude de cas.

2. Les études de cas sont des histoires courtes

Habituellement d’une longueur d’environ 350 à 800 mots. Une fois que vous aurez acquis un peu d’expérience, vous serez en mesure d’en rédiger une en moins d’une journée.

3. Les formats sont standardisés

Contrairement aux annonces et aux lettres de vente directes, vous n’avez pas à vous stresser pour trouver un nouveau concept ou un titre qui accroche. La structure de base d’une étude de cas est remarquablement simple. Tout ce que l’on attend de vous, c’est d’accumuler des faits et d’en faire un article.

4. les auteurs d’études de cas sont dans un marché en demande.

Aujourd’hui les entreprises se bousculent pour obtenir des études de cas écrites comme jamais auparavant. Je ne peux pas vous donner un chiffre exact, mais, la demande d’auteurs d’études de cas a considérablement augmenté au cours de ces deux dernières années.

5. Il y a peu de concurrence.

Peu de rédacteurs s’intéressent à ce marché. Certains ne savent même pas qu’il existe. D’autres pensent à tort que les études de cas sont sans intérêt ou très technique. Ce n’est pas vrai, l’écriture d’une étude de cas n’est que de la narration. Et c’est plutôt amusant quand on aime écrire.

6. Les études de cas sont bien rémunérées.

Au début, vous n’obtiendrez pas les tarifs de superstar versés aux grands rédacteurs de vente directe. Mais la plupart des clients paient largement pour l’écriture d’une étude de cas. Facturer 100 € de l’heure est un tarif raisonnable pour un écrivain qualifié. Beaucoup de rédacteurs facturent beaucoup plus.

Actuellement, le marché de l’étude de cas est en plein essor. Pourquoi ne pas profiter de ce créneau et obtenir votre part des profits de ce marché ?

cordialement