le projet

Quelques fois, j’ai envie d’écrire un roman à partir d’un projet qui m’a traversé l’esprit et de bâtir mon projet avec des personnages inventés.
Le protagoniste a envie de faire telle chose, comment va t’il s’y prendre pour mettre son projet en oeuvre, qu’est-ce qui dans son passé lui fait envisager ce projet, quels obstacles vont se dresser sur son chemin, comment va t’il les dépasser, quels aides doit il rechercher? où va t’il trouver l’information dont il a besoin? Quel est son point de départ, est-il seul? pourquoi se lance t’il dans ce projet? Combien cela va t-il couter, comment va t’il financer son rêve?
cordialement Camille

Publicités

Les faiblesses fatales

LES FAIBLESSES FATALES
Tous les protagonistes ont des faiblesses fatales suivant leur type. Si chacun de nous pouvait s’asseoir et écrire neuf livres où les héros et les héroïnes apprennent ces neuf choses:
Surmonter la colère avec de la tolérance,
Dépasser la fierté avec de l’abandon,
Triompher de la tromperie avec de l’honnêteté,
Dépasser l’envie avec une juste appréciation,
Remplacer l’avarice par le partage,
Dépasser la peur avec la prise de risque,
Remplacer la gourmandise avec de l’engagement,
triompher de la luxure avec des compromis
et transformer la paresse par de l’action
Nous aurions chacun des livres avec une fin heureuse différente. La plus grande valeur pour un écrivain est de laisser les types de personnalité, les sous-types et les défauts fatals inspirer des idées … c’est le plaisir de l’écriture. Vous trouverez les types de personnages et leur faiblesses fatales sur Amazon dans « comment créer un héros inoubliable » de Camille Saintonge.
Je souhaite ce genre de plaisir à chacun d’entre nous qui écrit et lire comment tous nos personnages ont surmonté leurs faiblesses fatales.
cordialement Camille

La page blanche

Il m’arrive d’écrire sans savoir les mots qui vont se présenter sous ma plume, mais, j’éprouve un besoin intense de coucher sur le papier mes pensées. Écrire, écrire jusqu’à ce que j’ai trouvé quelque chose à raconter. Ce sont mes moments d’humeur. Aujourd’hui c’est un de ces jours où je veux vous faire part et vous faire partager cette passion de l’écriture. C’est comme un rhume on n’y peut rien, vous avez le nez qui coule et vous attrapez ce que vous avez sous la main pour résoudre le problème, un mouchoir, un sopalin ou un kleenex pour vous moucher. Moi j’attrape mon ordinateur et j’écris pour me libérer de mon besoin d’écrire. Ceux qui ont peur de la page blanche devraient mettre en mots leurs craintes, car, elle n’existent pas vraiment. Nos pensées sont toujours actives et affluent en permanence dans notre tête. Alors si vous vous posez la question : ecrire, oui mais quoi ? Et bien mettez cela en mots et vous vous apercevrez que vous avez quelque chose à écrire, et, que le seul fait de matérialiser vos pensées du moment libère votre créativité.
Cordialement Camille

Libérez votre créativité

L’envie d’écrire peut se faire très intense alors que l’on ne sait pas toujours quoi dire. D’autres fois, les idées se bousculent dans votre tête, mais vous ne savez pas par où commencer. Il faut laisser parler votre créativité, la travailler et la libérer.
Pour écrire il faut savoir ce que l’on veut écrire. Voulez-vous écrire un roman, une nouvelle, un livre pour enfants…
Prenez un peu de temps pour créer vos personnages, créer et établir un plan, créer un dialogue. C’est utile pour donner de la vie à vos textes.
Maintenant, à vos plumes, n’hésitez pas plus longtemps, plongez-vous dans l’expérience fabuleuse de l’écriture.
cordialement Camille

Histoire, récit, intrigue

L’histoire, c’est ce qui s’est passé, dans l’ordre chronologique et avec tous les détails nécessaires à la description des causes et des effets.

Le récit : c’est ce que l’auteur veut bien montrer au lecteur dans l’ordre ou il veut bien le montrer. Certains détails, même très importants peuvent être omis.

L’intrigue : c’est la manière dont les faits, les événements constituant l’histoire s’enchaînent logiquement les uns par rapport aux autres. Décrire une intrigue implique souvent des retours sur les événements passés ou au contraire des sauts dans le futur de l’histoire.

Une ligne d’intrigue est une série de faits ou d’événements un cheminement, une petite histoire avec son début, son développement et sa conclusion, sans bifurcation vers une autre histoire.
Cordialement Camille

Les personnages

Roman : Les personnages
Un bon romancier sait nous faire aimer ses personnages. Mais, l’amour que l’on peut éprouver pour une femme qui partage sa vie n’est pas le même que celui que l’on peut porter à ses parents; qui est encore différent de l’amour que l’on peut avoir pour la littérature. Lorsque la même personne fait l’objet à la fois d’un amour sensuel, affectif et intellectuel, alors, c’est un amour passion.
Il en va de même pour les personnages de roman. Nous pouvons les aimer de façon pulsionnelle, affective et intellectuelle. Si ces trois aspects coïncident, nous pouvons tomber amoureux du héros. Cela se produit dans certains romans.
Dans un roman, il y a des chapitres qui se divisent en scènes. Chaque scène est caractérisée par un décor ou évoluent un nombre précis de personnages qui accomplissent une action dominante.
Chaque fois que l’on change de décor ou qu’un personnage entre ou sort ou que l’action change d’une façon radicale on change de scène.
Le portrait d’un personnage peut-être plus ou moins long. Le personnage peut être immobile ou en mouvement. Le romancier utilise les différents outils dont il dispose pour que ses lecteurs s’attachent à la personnalité de son héros. Descriptions, scènes d’action, dialogues.
Plus le romancier voudra toucher un public large, plus il utilisera les dialogues dans ses pages. Dans sa description des décors et des paysages, l’auteur fera voir à son lecteur, il le fera entendre, sentir, toucher. C’est en faisant appel aux cinq sens qu’il provoquera chez le lecteur une impression d’ensemble qui permettra à celui-ci de rentrer dans son histoire et de s’attacher plus ou moins au personnage du héros. Il fera pressentir au lecteur les sentiments éprouvés par ses personnages et les péripéties à venir.
cordialement Camille

le dialogue

Écrire : Le dialogue
Écrire : Le Dialogue
Dans un roman, trop de descriptions ennuient le lecteur. Il est donc indispensable de placer des dialogues, parce qu’ils plaisent et intéressent le lecteur.
Quels sont les trucs techniques à connaitre ?
Le dialogue permet de proposer au lecteur plusieurs points de vue qui correspondent aux différents personnages.

  • Comment achetez-vous un livre ?

Vous regardez la couverture, le titre, la jaquette arrière, puis vous l’ouvrez et le feuilletez. Si vous trouvez de longs paragraphes serrés, vous êtes moins enclin à choisir un tel livre. Vous lui préférerez un ouvrage aéré par de nombreux dialogues avec des retours à la ligne et des tirets.

  • Il faut écrire beaucoup de dialogues.

Les auteurs à gros tirage l’ont bien compris. Mais, le problème c’est qu’à l’école on apprend la narration et la dissertation, mais peu ou pas le dialogue ! Pourtant le dialogue est naturel et fait vrai.

  • Le dialogue favorise les rencontres.

Le romancier va faire se rencontrer des personnages et les faire dialoguer entre eux. Chaque nouvelle rencontre est l’occasion d’un dialogue.

  • Lisez beaucoup de pièces de théâtre, car elles ne sont que dialogues. Pas de longues descriptions, le décor les donnent.
  • Les oppositions entre personnages

Le dialogue n’est intéressant que si les personnages ne sont pas d’accord.

  • Les 3 facteurs auxquels il faut penser :

1° quels rapports entretiennent les personnages entre eux ?
2° Qui parle le plus, qui parle le moins ? Les dialogues ne doivent pas être de la même longueur.
3° Quel est le ton des personnages ?
Chaque personnage doit avoir sa propre voix et parler avec son langage reconnaissable pour le lecteur.

  • Laissez trainer vos oreilles dans les lieux publics et adoptez un style entre le français parlé et le style discours.
  • En pratique :

Définissez la nature de la relation entre les interlocuteurs
Les deux partenaires ont ils les mêmes connaissances ou pas ?
Qui questionne, qui répond
Qui affirme, qui nie
À la fin du dialogue a-t’-on :
Accord total
Accord moyen
Désaccord
Conflit violent.
RESUMÉ
1° faire souvent des dialogues
2° À chaque réplique mettre un tiret et aller à la ligne
3° Varier les verbes déclaratifs
4° Faire des répliques de longueurs inégales
5° Alterner dialogues et courtes descriptions
6° Adapter le vocabulaire, la syntaxe et le style de chaque réplique à l’âge, au sexe, à l’époque et à la classe sociale de l’interlocuteur.
7° Chercher pour chaque personnage une voix et un ton reconnaissable.
Étudier comment les bons auteurs s’y prennent. Relire  quelques romans d’Agatha Christie et se rendre compte comment elle utilise le dialogue. Ses romans sont presque du théâtre.
Suite dans d’autres articles
Cordialement