Une idée pour un roman

L’équinoxe du 23 septembre a annoncé l’automne et les feuilles tombent généreusement des arbres depuis quelque temps déjà. Nous sommes le 21 Octobre. Le chauffage est allumé, le thermomètre marque 7°C. À l’extérieur, le ciel est bleu, je ne vois aucun nuage, je sais que au soleil et à l’abri du vent, entre 11h et 15h la température va monter à au moins 25°c sur la terrasse. Durant ces quelques heures il me suffit de m’installer confortablement au soleil pour écrire et oublier que dans deux mois, le 21 décembre nous serons en hiver. C’est le côté magique des climats tempérés lorsque les saisons sont respectées. Mais, le dérèglement climatique que nous constatons, du, nous annonce-t’on au réchauffement de la planète, nous modifie nos saisons et entraine de plus en plus de catastrophes naturelles de grande ampleur. Je me pose parfois la question : Et si ces inondations, tremblements de terre, tsunamis, sécheresses… devenaient de plus en plus nombreux, plus fréquents, plus violents ? Serait-ce une façon de réduire la population humaine pour que les survivants puissent continuer à pouvoir se nourrir ? L’être humain est-il condamné à disparaitre comme les dinosaures ? Si c’était le cas, par quoi serait-il remplacé ? Les films catastrophes abondent, un évènement inquiétant se produit, l’auteur manipule les émotions du lecteur ou de la lectrice, puis vient la phase mentale qui explique et résout tout, mais, sommes nous capable d’accepter notre disparition et d’imaginer quelle nouvelle forme de vie pourrait prendre la place de l’être humain sur la planète ?
cordialement Camille

Publicités

tout change

lorsqu’il fait très chaud, on voudrait un peu de pluie pour rafraîchir l’atmosphère, mais lorsqu’il pleut on n’est pas satisfait. Il y a une trentaine d’années, la France était encore un pays tempéré avec des saisons prévisibles et bien marquées. L’automne succédait à l’été et les Français prenaient leurs vacances en grande partie entre le 15 juillet et le 15 Août, parce que la mi-aout était la période des grandes marées et que la température commençait à chuter annonçant déjà l’automne…
Aujourd’hui les Français n’ont plus les moyens de prendre un mois de vacances, beaucoup profitent de cette période pour visiter des amis ou des parents. Dans cette ambiance difficile à la température et au temps imprévisible ceux qui s’échappent prennent un avion pour rejoindre le soleil là où il est et prendre une détente et du changement sous d’autres cieux. Tout évolue très vite, il faut s’adapter à la pauvreté en pleine expansion et, à ce nouveau climat auquel on ne peut encore donner un nom et qui changera certainement de plus en plus nos habitudes de vie.
cordialement Camille

évoluer

C’est le jour de la fête de l’indépendance pour les américains et période de vacances pour les français. Mais cette année encore ces vacances se présentent sous la forme d’un bel automne, humide avec un ciel de toussaint.
Un été maussade qui n’en est pas un qui ne contribuera guère à nous remonter le moral avec une conjoncture astrale qui n’en finit pas de faire s’affronter les planètes et un second semestre qui devrait voir la situation s’améliorer modestement à partir du mois de septembre. Trop tard ce sera la rentrée, mais c’est toujours ça. Au milieu des catastrophes naturelles qui dressent leurs obstacles les uns après les autres tout au cours de l’année il nous faut évoluer et modifier nos habitudes et nos comportements pour nous adapter à cette nouvelles situation climatique qui ne compte plus quatre saisons.
Quant aux vacances, il faut les prendre lorsque nous en ressentons le besoin sans attendre ni faire des projets pour les beaux jours. Il faut maintenant partir quand on veut, et là ou il fait beau. Le prix des transports permet cela à notre époque où l’on peut faire le tour de la terre en 24 heures. Ce changement dans nos mentalités ainsi que le développement du travail à distance grace à l’internet devrait nous permettre de retrouver le sourire en nous offrant de nouvelles perspectives bien séduisantes.
cordialement Camille

Capacité d’adaptation

Capacité d’adaptation
Comme toujours le temps aux États-Unis se décalque sur la France quinze jours à trois semaines plus tard. Aucune surprise, ce qui est même plutôt surprenant c’est de constater que rien ne change dans ce cycle là, alors que la France connaît une débauche d’incidents climatiques que les anciens déclarent être du jamais vu.

Le réchauffement Climatique est-il en cause? Je l’ignore. En tout cas jusqu’à présent l l’homme a su s’adapter à son environnement même lorsque celui-ci changeait, c’est même cette capacité à s’adapter qui lui vaut sa longévité en tant qu’espèce.

Alors faut-il s’inquiéter des bouleversements qui sont à prévoir? Je n’en suis pas convaincu.

Si nous descendons du singe, nous avons perdu nos poils, nos bras se sont raccourcis, nos pieds sont devenus capables de marcher des kilomètres, en contrepartie beaucoup de nos sens perdu en puissance, Notre ouie ne nous permet plus d’entendre aussi finement, Notre odorat est loin de valoir celui du chien, Notre vue est meilleure, Notre goût s’est également développé, nous communiquons par la parole et l’écrit.

Alors cultivons nos capacités d’adaptation qui sont notre véritable atout.
Cordialement Camille