Écriture et politique

61904 – 10/193
J’entendais dernièrement le maire de la ville de Lyon dire : « Ce que veut le président Macron c’est que les entreprises françaises soient compétitives. »
Le but me semblait louable, mais, la question qui me venait à l’esprit était : Oui, mais comment veut-il faire cela?
Sa méthode déclenchait un conflit social grave : le mouvement des gilets jaunes.
Ma question suivante était : ce conflit sur la méthode pour atteindre son objectif n’est-il pas en train de tourner en catastrophe nationale?
Quelles réactions cela va t-il entrainer dans le pays?
N’y a t-il pas matière à hésiter, à réfléchir à nouveau, à poser le problème d’une façon différente?
Quelles décisions faudrait-il prendre pour résoudre le conflit et atteindre l’objectif sans troubles ? Car il n’est pas question bien sur dans une démocratie de s’attaquer à masquer le phénomène par de la répression comme c’est l’usage dans les dictatures.
Ces quelques lignes pour appliquer la méthode d’écriture à la politique et donner un exemple concret de l’utilité de l’écriture dans un domaine où elle pourrait ne pas avoir sa place.
Lorsque j’étais étudiant j’ai appris que pour résoudre un problème, la première question à se poser est : Quelles sont les causes du problème?
Une fois les réponses trouvées à cette question on se demande: quelles sont les solutions possibles?
On en fait une liste détaillée et on poursuit en annonçant clairement la solution que l’on choisit sans oublier de préciser les avantages et les inconvénients d’un tel choix et son pourquoi.
L’on soumet ensuite ce choix aux participants qui acceptent ou non ce choix délibéré.
Cordialement Camille Saintonge

Publicités

Le secret pour montrer au lieu de raconter

291903 – 104/191
Soyez aussi précis que possible, pour cela interrogez votre histoire et découvrez ce qui est particulier à votre récit, ce qu’elle a de typique, de caractéristique. Qu’est-ce qui l’empêcherait d’exister si cela n’existait pas. L’inconvénient dans une histoire courte c’est que lorsque l’on montre, le texte se rallonge beaucoup. Mais, cela fait partie de ce qui est indispensable à un récit.
Une histoire, c’est comme un accordéon, on peut rallonger à l’infini. Lorsque l’on voit un mur, il peut rester un mur ou être un mur en briques rouges sur lequel court une branche de lierre verte et être percé par une fenêtre à petits carreaux etc.
Il vous faudra donc couper tout ce qui n’ajoute rien à votre récit et ne lui est pas indispensable. Votre travail d’écrivain consiste à choisir les détails les plus caractéristiques qui sont le plus important. Soyez précis, mais n’ennuyez pas le lecteur.
Parfois cette recherche peut causer un bloquage pour dans la majorité des cas, des raisons puériles : on vous a fait une remarque déplaisante sur votre récit, on vous a dit qu’il restait encore beaucoup à faire pour que cette histoire soit captivante…
Pris l’un après l’autre, ce genre de remarque ne prête pas à conséquence, mais un cumul désagréable peut vous mettre le moral dans les chaussettes, et, si c’est un mauvais jour vous pouvez vous trouver devant un blocage. Si cela vous arrive, et cela arrive à tout le monde, acceptez de reconnaître que vous avez à faire face à un blocage et le meilleur moyen de le dépasser c’est de vous permettre d’écrire la plus mauvaise phrase qui puisse exister.
Alors, mettez vous devant votre clavier d’ordinateur et préparez vous à écrire la phrase la plus pourrie. Je vous assure ça marche parce que vous libérez votre esprit, vous faites un lâcher prise sur le perfectionnisme qui vous habite et vous êtes libéré de ce blocage. Vous allez peut être écrire la phrase la plus géniale de votre livre parce que en vous autorisant à ne pas être bon vous serez peut-être génial.
Cordialement Camille Saintonge

écriture et cinéma

Vous l’avez souvent constaté, le nombre de films que l’on appelle « des navets » fleurit à la télévision, il n’y a que l’embarras du choix. Ce qui est intéressant c’est de prendre la peine et surtout le temps de les regarder. On ne sait pas toujours lorsque l’on choisit un film qui semble nous convenir dans le genre, l’environnement… Que, ce que l’on va regarder est sans saveur et offre peu d’interêt sinon celui de nous faire nous poser une question :
Pourquoi ce film qui nous semblait prometteur est-il aussi mauvais? En se posant la question on se demande qu’est-ce qui est loupé? On constate que ces films quelque soit le genre ont un enjeu limité, que le personnage principal manque de paradoxe et d’épaisseur, que les obstacles sont cousus de fil blanc, les lieux interchangeables sans préjudice pour le récit… Regardez les et demandez vous ce qu’il faudrait pour que ce film soit un film qui vous plaise. C’est un bon moyen pour apprendre à écrire.
cordialement Camille

Le dernier jour

Vers la fin du roman, lorsque tout bascule, votre héros croit qu’il vit le dernier jour du reste de sa vie. Mettez vous à sa place et demandez-vous ce que vous feriez si vous viviez le dernier jour de votre vie?
Votre héros, lui, va vouloir vivre cette journée pleinement et faire des choix par rapport à ses convictions profondes. Sa confiance en lui va devenir inébranlable et sa voie sera toute tracée, il va choisir des valeurs qui sont importantes pour lui et rien ne pourra l’arrêter. Il sait ce qu’il veut vraiment. Ses actions vont être capitales et vont lui permettre de transformer sa déroute et ses déboires en une éclatante victoire.
cordialement Camille

la clé du récit

certains aiment faire un plan, d’autres enchainent les scènes les unes derrière les autres, d’autres encore ne se lancent qu’à la condition de connaitre la fin de l’histoire… Mais, la clé d’une histoire c’est l’évolution du personnage principal. C’est décider quelle mort votre héros va devoir affronter, mort physique, mort professionnel ou mort psychique. À partir de ce choix vous allez pouvoir lui créer dés le début de votre récit un passé qui le conduira à se remettre en question pour faire sa transformation et devenir quelqu’un d’autre.
par exemple, s’il s’agit d’une mort professionnelle l’incident déclencheur qui le lancera dans l’aventure sera lié à la peur de perdre son emploi qui le contraindra à faire quelque chose qu’il a du mal à accepter et qui ne lui convient pas. Il sera mal jusqu’à ce qu’il se remette en question et accepte de perdre son emploi pour retrouver des valeurs qui sont importantes pour lui, ce sera sa transformation.
cordialement Camille

Le Choix

Le choix
J’avais intitulé un précédent article changer de vie. Mais, pourquoi changer de vie? Simplement parce que l’on n’est pas satisfait de la vie que l’on mène.

Beaucoup de personnes Font des choix de vie qui ne sont pas les leurs. Alors, par la force des choses ils ne sont pas satisfaits de leur vie. C’est que Peut-être il font tel métier parce que un de leurs parents aurait voulu le faire et inconsciemment les a orienté pour qu’ils l’exerce à leur place, mais, ce n’est pas du tout ce qu’ils aiment ni ce qu’ils voudraient au fond d’eux mêmes faire.

Il y a ceux qui n’ont pas vraiment eu le choix et qui ont saisi l’opportunité d’une porte qui s’ouvrait à eux pour faire leur métier etc.

Les raisons de faire un mauvais choix de vie sont multiples. Mais, l’important c’est avant tout de savoir ce que l’on veut.

Et vous, le savez-vous vraiment? ou vous trainez-vous du matin au soir dans une vie qui n’est pas la vôtre ?
Cordialement Camille