Renaissance

261905 – 106/193
Il y a une expression populaire qui dit: « renaitre c’est mourir un peu ».
La renaissance du protagoniste intervient au début de la troisième partie. C’est le moment où il s’interroge sur ce qu’il veut vraiment.
C’est un tournant dans l’histoire. Il doute de sa capacité pour atteindre son but. De cette réflexion va sortir une décision qui va changer sa vie. Il va être confronté au prix à payer pour atteindre son but. Sa réflexion doit concerner son besoin vital dont il va prendre réellement conscience et poursuivre son changement et son but à atteindre.
Son changement va le pousser vers le combat final contre son adversaire et à être prêt à mourir pour empêcher l’antagoniste d’atteindre son but.
Il vient de sortir des griffes de l’antagoniste et se croyait perdu, ce qui, l’a fait réfléchir sur ses motivations, ses valeurs, ses besoins, l’enjeu que représente son but et, il fait son choix à mesure de sa prise de conscience qui annonce son changement final.
Dans le chapitre suivant, il va affronter dans un combat à mort son adversaire, c’est le moment le plus intense de votre roman: le climax.
Il va soit gagner soit perdre et après cette « lutte » votre roman est terminé. Il ne vous reste plus qu’à apaiser votre lecteur et à lui donner une ouverture sur ce qu’il va advenir à votre héros et à expliquer tout ce qui a besoin de l’être, tous les détails un peu obscurs de votre récit. Tout doit être résolu.
Cordialement Camille Saintonge

Publicités

l’escalier

On peut voir un roman comme un escalier dont les marches seraient les buts poursuivis par les personnages de vos scènes. On passe ainsi marche après marche d’un but à un autre pour finalement arriver à l’étage.
Un but conduit à un résultat qui entraine un nouveau but et ainsi de suite.
Si nous construisons notre escalier c’est pour arriver à l’objectif principal qui est le but suprême. Mais l’histoire débute obligatoirement avec un but principal.
Par exemple, peut-être que votre héros veut que le chien de la voisine cesse de piétiner ses fleurs. Alors il sait qu’il doit prendre langue avec elle pour la convaincre de faire quelque chose, puis il découvre qu’elle est particulièrement séduisante et s’aperçoit qu’il a envie de sortir avec elle, alors il sait qu’il doit dépasser la mauvaise impression initiale qu’il avait d’elle à cause de son chien, puis il pense qu’il devrait lui offrir des fleurs…
Avant de mettre en oeuvre les buts de toutes ces petites scènes, vous savez qu’elles doivent conduire votre héros àu but principal : que le chien de la voisine cesse de piétiner ses plates-bandes.
Le plus important est de garder présent à l’esprit au fur et à mesure que vous identifiez chaque scène c’est qu’elles doivent être pertinente pour lui permettre d’atteindre le but principal.
cordialement Camille

l’urgence

L’auteur doit contrarier le protagoniste en l’empêchant d’atteindre son but à toutes les étapes de l’histoire. C’est en dressant des obstacles encore et encore pour retarder le protagoniste dans sa quête que le lecteur continue à tourner page après page pour savoir si le héros va enfin réaliser ses objectifs et obtenir ce qu’il désire.
Une fiction est une aventure de 80 à 100000 mots avec une destination qui parait hors de portée, mais il faut qu’il y ait une urgence, le temps compte pour le héros et il ne doit pas trainer en route, c’est pourquoi les obstacles qui vont retarder le héros sont important et motivants pour le lecteur qui sait que si telle action n’est pas faite dans les temps les conséquences seront très graves. Ce sont les enjeux qui jouent un rôle capital dans le récit.
cordialement Camille

but et motivation

Si vous donnez à votre personnage une motivation la plus importante possible cela va lui inspirer un but qui va entrainer lui même un obstacle immédiat et doit créer un conflit interne. Cet enchainement d’éléments est vital pour votre roman.
Ce n’est pas suffisant de créer un personnage qui fait des choses interessantes, il doit aussi les faire pour des raisons pertinentes.
La motivation de votre personnage est ce qui nourrit son désir pour quelque chose, et, son désir est ce qui lui donne un but. Si nous décortiquons une fiction pour la réduire à l’essentiel, nous trouvons que ses fondements sont les désirs du personnage principal. Ce que veut votre protagoniste c’est ce qui l’amène page après page à franchir les obstacles qui se dressent sur sa route. Sans conflit pour progresser, il n’y a pas d’histoire, mais sans la compétence du protagoniste pour obtenir ce qu’il veut il ne peut pas y avoir de conflit. Votre héros doit vouloir quelque chose et le vouloir à tout prix. Sans cela, les lecteurs ne le trouverons pas assez intéressant pour poursuivre leur lecture. Il doit avoir un objectif qui découle souvent de l’incident déclencheur et qui est motivé par ses expériences passées. C’est pourquoi votre héros modifiera son but à un certain moment dans votre histoire.
cordialement Camille

facteurs clé

Lorsque votre structure commence à prendre forme, il est important de garder en tête cinq facteurs clé :
motivation, désir, but, conflit et thème.
Plus tôt vous les identifierez et serez en mesure de vérifier que votre intrigue correspond, plus facile sera votre travail d’écriture.
Motivation, désir et but
Les personnages dans un roman sont ce qu’ils font. comme les êtres humains dans la vie. Les lecteurs veulent comprendre vos personnages en découvrant ses actions, mais, c’est ce que veut un personnage qui est le plus important.
Les êtres humains ne sont pas toujours capables d’agir dans le sens de leurs intentions, que celles-ci soient bonnes ou mauvaises, mais ces intentions sont aussi puissantes et il convient de les définir car les actes entrepris par le personnage peuvent être plus ou moins bien interprétés. Un personnage est ce qu’il fait mais également ce qu’il veut faire.
cordialement Camille

les priorités

L’évolution du personnage passe par un changement dans ses priorités. À un moment de l’intrigue il prend conscience des causes et des raisons qui l’empêchent d’atteindre son but. Ce peut être parce qu’il s’aperçoit qu’il s’est trompé sur ce qu’il voulait vraiment, ou bien parce que ses méthodes ou sa morale pour atteindre son but ne sont pas adaptées à la situation.
Ne créez pas un problème à votre personnage principal qui n’a rien à voir avec votre histoire dans son ensemble afin de ne pas séparer le personnage de l’intrigue. Car, vous allez vous creuser la cervelle, pour en arriver à la conclusion que vous n’avez pas suffisamment creusé votre personnage. L’évolution de votre personnage est liée à l’erreur qu’il commet sur ses véritables besoins. Que sa vie soit horrible ou fantastique, le mal est profondément enfoui et il faut creuser sous la surface du personnage pour dénicher cette méprise qui l’empêche d’ateindre son but réel.
cordialement Camille

objectif et besoin

Le besoin de votre personnage principal est différent de son objectif. Son but c’est ce qu’il croit vouloir pour vivre heureux.
Il peut penser que si il change son sac et ses clubs de golf tout ira bien, que en courant les soirées il va rompre sa solitude etc. Mais en réalité est-ce bien cela qu’il veut ? Sa stratégie ne le fait-elle pas poursuivre un but qui le rend esclave de son erreur sur lui même ?
Il doit plonger profondément au fond de son âme pour trouver ce qui correspond à son besoin. C’est cela, comme pour chacun de nous dans la vie réelle qu’il veut réellement, pour ne pas passer à côté de sa vie.
En un mot cesser de se tromper sur lui même. Car la réalité est la seule possibilité pour trouver la satisfaction, l’épanouissement et le bonheur. Sans cela tous ses efforts seront vains et, il va courir à l’échec. C’est le cas dans les histoires qui se terminent mal. Le héros n’a pas trouvé ce qu’il voulait réellement ou le découvre trop tard…
cordialement Camille