les bases d’une intrigue

Comment construire une intrigue ?
Le secret d’une intrigue bien menée repose sur 8 éléments de base. Avant de vous lancer dans la rédaction de votre roman, vous devez déterminer ces huit éléments pour offrir une intrigue bien ficelée à vos lecteurs.
Ces choix et le plan qui en découlera peuvent s’établir en moins d’une heure
Détaillons chacun de ces 8 éléments.
a/ Si vous travaillez déjà sur votre roman, Voyez si chaque élément se retrouve dans votre histoire.
Vous pouvez reprendre votre histoire et la revisiter en vous basant sur cette technique. Elle vous permettra soit de renforcer votre intrigue soit de trouver de nouvelles pistes à exploiter en incorporant un des éléments que vous auriez négligé.
b/ Si vous n’avez pas encore d’idée de roman, faites appel à votre imagination.  Et si l’idée qui vous vient n’est pas très bonne, ce n’est pas grave. Considérez cette démarche comme un exercice, vous aurez tout le temps d’exploiter cette technique plus tard.
1/ Le but de l’histoire
Le premier élément à considérer dans votre intrigue, c’est le but de votre histoire. L’intrigue d’une histoire est une suite d’événements qui tournent autour d’un problème à résoudre ou d’un objectif à atteindre.
Les questions à se poser sont:

  • Quel objectif mon personnage veut il atteindre ?
  • Quel problème veut-il résoudre ?

Après avoir défini un but à l’histoire, nous construisons un monde autour de notre protagoniste où toutes les perspectives viennent perturber son but.
Le choix du but de l’histoire est important. Car il est le premier à intervenir dans la construction du plan
2/ La conséquence de l’histoire
Une fois que vous avez le but de l’histoire, l’étape suivante consiste à vous demander :
Quel désastre surviendrait si le but n’était pas atteint ?
Ou si le problème n’était pas résolu ?
La réponse à ces questions constitue la conséquence de l’histoire.
Ce risque à lui seul justifie l’effort exigé pour atteindre le but.
La combinaison du but et de la conséquence crée la tension dramatique principale de votre intrigue.
Dans certains récits, le protagoniste décide de résoudre un problème ou d’atteindre un objectif.  Cet objectif prend toute son importance quand il découvre quelle conséquence terrible va se produire s’il échoue.
Dans d’autres récits, le protagoniste trouve la motivation d’agir parce qu’il est menacé par un terrible événement. Il doit donc trouver le moyen de l’éviter.
3/ Les conditions
Le troisième élément de votre intrigue décrit ce qui doit être accompli pour atteindre le but. Vous pouvez imaginer une liste de diverses conditions à réaliser pour atteindre le but que le protagoniste s’est fixé. Les conditions créent le suspense dans l’esprit du lecteur car il espère la réussite du protagoniste.
4/ Les obstacles
Les obstacles sont des avertissements qui sont la contrepartie des conditions. Tandis que les conditions font progresser l’histoire vers l’accomplissement du but, les avertissements sont les événements qui poussent vers la conséquence et donc l’échec.
Le but de l’histoire et les conséquences créent la tension dramatique, les conditions et les avertissements plongent le lecteur dans une tension émotionnelle qui oscille entre l’espoir de la réussite et la crainte de l’échec.
Si vous structurez bien les obstacles, vos lecteurs vont: tourner les pages pour connaître la suite.
5 / les coûts
Pour augmenter la tension dramatique de votre histoire, il faut que votre protagoniste souffre ou accepte de faire des sacrifices pour atteindre son but et se confronter aux obstacles. Ces sacrifices sont le coût.
Les coûts peuvent prendre de nombreux aspects. On peut demander aux protagonistes de renoncer à leur fierté, au respect de soi, à l’argent, la sécurité, leurs idées, à la vie d’un ami, ou toute autre chose qu’ils leur sont chers. Plus le prix à payer sera dur à affronter, plus le lecteur estimera que le protagoniste mérite d’atteindre son but.
6/ les dividendes
L’élément qui équilibre des coûts dans votre intrigue, ce sont les dividendes. Ils sont la récompense que les personnages reçoivent durant le chemin qui les mène à leur but.
Contrairement aux conditions, les dividendes ne sont pas nécessaires à la réalisation du but. Ils peuvent même être sans rapport direct avec lui.  Mais ils n’existeraient pas si les personnages n’avaient pas cherché à résoudre leur problème ou à atteindre leur but.
7/ Les incontournables
Ce sont les événements qui doivent arriver pour que les Conditions se réalisent. Ils sont une couche supplémentaire de défis dans votre plan et dans l’intrigue.
Quand les conditions et les incontournables sont respectés, le lecteur sent peu à peu le protagoniste approcher de son objectif ou sur le point de résoudre son problème.
8/  Les conditions préalables
Le dernier élément pour équilibrer votre intrigue et établir votre plan: les conditions préalables. Ce sont de petits obstacles saupoudrés dans l’intrigue. Ce sont des conditions imposées par le ou les personnages
Comment organiser son plan ?
Une fois que vous avez choisi vos huit éléments, réalisez un résumé de votre intrigue. Tant que les huit éléments sont présents, l’ordre n’a aucune importance.
Ces huit éléments sont les bases de toutes les intrigues.

Renaissance

261905 – 106/193
Il y a une expression populaire qui dit: « renaitre c’est mourir un peu ».
La renaissance du protagoniste intervient au début de la troisième partie. C’est le moment où il s’interroge sur ce qu’il veut vraiment.
C’est un tournant dans l’histoire. Il doute de sa capacité pour atteindre son but. De cette réflexion va sortir une décision qui va changer sa vie. Il va être confronté au prix à payer pour atteindre son but. Sa réflexion doit concerner son besoin vital dont il va prendre réellement conscience et poursuivre son changement et son but à atteindre.
Son changement va le pousser vers le combat final contre son adversaire et à être prêt à mourir pour empêcher l’antagoniste d’atteindre son but.
Il vient de sortir des griffes de l’antagoniste et se croyait perdu, ce qui, l’a fait réfléchir sur ses motivations, ses valeurs, ses besoins, l’enjeu que représente son but et, il fait son choix à mesure de sa prise de conscience qui annonce son changement final.
Dans le chapitre suivant, il va affronter dans un combat à mort son adversaire, c’est le moment le plus intense de votre roman: le climax.
Il va soit gagner soit perdre et après cette « lutte » votre roman est terminé. Il ne vous reste plus qu’à apaiser votre lecteur et à lui donner une ouverture sur ce qu’il va advenir à votre héros et à expliquer tout ce qui a besoin de l’être, tous les détails un peu obscurs de votre récit. Tout doit être résolu.
Cordialement Camille Saintonge

l’escalier

On peut voir un roman comme un escalier dont les marches seraient les buts poursuivis par les personnages de vos scènes. On passe ainsi marche après marche d’un but à un autre pour finalement arriver à l’étage.
Un but conduit à un résultat qui entraine un nouveau but et ainsi de suite.
Si nous construisons notre escalier c’est pour arriver à l’objectif principal qui est le but suprême. Mais l’histoire débute obligatoirement avec un but principal.
Par exemple, peut-être que votre héros veut que le chien de la voisine cesse de piétiner ses fleurs. Alors il sait qu’il doit prendre langue avec elle pour la convaincre de faire quelque chose, puis il découvre qu’elle est particulièrement séduisante et s’aperçoit qu’il a envie de sortir avec elle, alors il sait qu’il doit dépasser la mauvaise impression initiale qu’il avait d’elle à cause de son chien, puis il pense qu’il devrait lui offrir des fleurs…
Avant de mettre en oeuvre les buts de toutes ces petites scènes, vous savez qu’elles doivent conduire votre héros àu but principal : que le chien de la voisine cesse de piétiner ses plates-bandes.
Le plus important est de garder présent à l’esprit au fur et à mesure que vous identifiez chaque scène c’est qu’elles doivent être pertinente pour lui permettre d’atteindre le but principal.
cordialement Camille

l’urgence

L’auteur doit contrarier le protagoniste en l’empêchant d’atteindre son but à toutes les étapes de l’histoire. C’est en dressant des obstacles encore et encore pour retarder le protagoniste dans sa quête que le lecteur continue à tourner page après page pour savoir si le héros va enfin réaliser ses objectifs et obtenir ce qu’il désire.
Une fiction est une aventure de 80 à 100000 mots avec une destination qui parait hors de portée, mais il faut qu’il y ait une urgence, le temps compte pour le héros et il ne doit pas trainer en route, c’est pourquoi les obstacles qui vont retarder le héros sont important et motivants pour le lecteur qui sait que si telle action n’est pas faite dans les temps les conséquences seront très graves. Ce sont les enjeux qui jouent un rôle capital dans le récit.
cordialement Camille

but et motivation

Si vous donnez à votre personnage une motivation la plus importante possible cela va lui inspirer un but qui va entrainer lui même un obstacle immédiat et doit créer un conflit interne. Cet enchainement d’éléments est vital pour votre roman.
Ce n’est pas suffisant de créer un personnage qui fait des choses interessantes, il doit aussi les faire pour des raisons pertinentes.
La motivation de votre personnage est ce qui nourrit son désir pour quelque chose, et, son désir est ce qui lui donne un but. Si nous décortiquons une fiction pour la réduire à l’essentiel, nous trouvons que ses fondements sont les désirs du personnage principal. Ce que veut votre protagoniste c’est ce qui l’amène page après page à franchir les obstacles qui se dressent sur sa route. Sans conflit pour progresser, il n’y a pas d’histoire, mais sans la compétence du protagoniste pour obtenir ce qu’il veut il ne peut pas y avoir de conflit. Votre héros doit vouloir quelque chose et le vouloir à tout prix. Sans cela, les lecteurs ne le trouverons pas assez intéressant pour poursuivre leur lecture. Il doit avoir un objectif qui découle souvent de l’incident déclencheur et qui est motivé par ses expériences passées. C’est pourquoi votre héros modifiera son but à un certain moment dans votre histoire.
cordialement Camille

facteurs clé

Lorsque votre structure commence à prendre forme, il est important de garder en tête cinq facteurs clé :
motivation, désir, but, conflit et thème.
Plus tôt vous les identifierez et serez en mesure de vérifier que votre intrigue correspond, plus facile sera votre travail d’écriture.
Motivation, désir et but
Les personnages dans un roman sont ce qu’ils font. comme les êtres humains dans la vie. Les lecteurs veulent comprendre vos personnages en découvrant ses actions, mais, c’est ce que veut un personnage qui est le plus important.
Les êtres humains ne sont pas toujours capables d’agir dans le sens de leurs intentions, que celles-ci soient bonnes ou mauvaises, mais ces intentions sont aussi puissantes et il convient de les définir car les actes entrepris par le personnage peuvent être plus ou moins bien interprétés. Un personnage est ce qu’il fait mais également ce qu’il veut faire.
cordialement Camille

les priorités

L’évolution du personnage passe par un changement dans ses priorités. À un moment de l’intrigue il prend conscience des causes et des raisons qui l’empêchent d’atteindre son but. Ce peut être parce qu’il s’aperçoit qu’il s’est trompé sur ce qu’il voulait vraiment, ou bien parce que ses méthodes ou sa morale pour atteindre son but ne sont pas adaptées à la situation.
Ne créez pas un problème à votre personnage principal qui n’a rien à voir avec votre histoire dans son ensemble afin de ne pas séparer le personnage de l’intrigue. Car, vous allez vous creuser la cervelle, pour en arriver à la conclusion que vous n’avez pas suffisamment creusé votre personnage. L’évolution de votre personnage est liée à l’erreur qu’il commet sur ses véritables besoins. Que sa vie soit horrible ou fantastique, le mal est profondément enfoui et il faut creuser sous la surface du personnage pour dénicher cette méprise qui l’empêche d’ateindre son but réel.
cordialement Camille