être plus heureux

12002 – 32/197
Chacun de nous veut être heureux, c’est une aspiration légitime, mais tous, nous avons une conception différente du bonheur. Cependant, une chose est certaine, nous avons tous besoin de satisfaire nos besoins de base comme : manger, boire, dormir, être entouré d’affection, et, avoir une vie sociale. Au delà, c’est du domaine de chacun et nous aspirons une fois nos besoins de base satisfaits à nous réaliser et à jouir d’une certaine liberté.
Mais, avons nous réellement besoin pour être heureux de cette surconsommation qui caractérise notre société? J’en suis moins persuadé. Je me suis posé la question et j’ai décidé de vivre ‘une autre façon, de faire des choix qui me concernaient et qui étaient susceptibles de m’apporter plus de bonheur. J’ai ainsi supprimé ce qui encombrait ma vie d’obligations et de contraintes qui ne m’apportaient pas de bonheur, mais, répondaient à des désirs insufflés par les médias et le marketing et ne correspondaient pas à des besoins réels pour m’apporter du bonheur. J’ai fait ces changements au coup par coup, lentement, et je continue à les faire.
J’ai par exemple décidé de supprimer de ma vie des actions ou des choses qui à la réflexion remplissaient une grande partie de ma vie sans me rendre plus heureux. Comme, les sorties en compagnie de personnes qui ne m’intéressaient pas dans des lieux qui ne me procuraient aucun plaisir. Sortir oui, mais pas n’importe où, ni avec n’importe qui. Pourquoi perdre quelques heures précieuses pour se rendre dans un restaurant où la nourriture n’est pas à mon goût avec des gens qui m’ennuient? Passer une bonne soirée en compagnie d’un livre que je prend plaisir à lire m’apporte d’avantage…
Ai-je besoin d’acquérir le dernier Iphone alors que le mien fonctionne très bien? Etc.
J’élague ainsi beaucoup de choses dans ma vie qui ne contribuent pas à me rendre plus heureux et je m’en porte beaucoup mieux. L’abus de marketing et de propagandes ont tué chez moi le marketing qui vise à nous faire consommer toujours plus et la confiance en nos politiques qui veulent nous changer sans nous rendre plus heureux.
Cordialement Camille Saintonge

Le vieux sage

91907 – 38/195
Il était une fois dans un pays lointain un vieux sage qui se querellait avec les jeunes pour les convaincre de rester au village. Il vivait dans une case au milieu du village. Les jeunes autour de lui ne rêvaient que de la ville et des mirages de la civilisation. Dès qu’ils le pouvaient les jeunes partaient pour aller à la ville et travailler pour s’offrir une mobylette ou un transistor…
Certains après une longue absence revenaient et racontaient leurs aventures en ville et toutes les merveilles qu’ils avaient découverts. L’eau courante, l’électricité et les mille et une chose qu’apportait le monde moderne.
Au village il fallait aller chercher l’eau puisée dans un puits et la ramener au village. Le soir on palabrait autour du feu pour seul éclairage, en ville on appuyait sur un bouton et on y voyait comme en plein jour, on regardait la télévision, on allait au cinéma…
Alors se demandait le vieux sage pourquoi si c’était si bien en ville revenaient ils pour vivre au village. Après de nombreuses discussions avec ceux qui revenaient le vieux sage qui ne savait ni lire ni écrire, mais tenait tout ce qu’il savait des récits qu’il avait entendu de la bouche des vieux qui l’avaient précédés autour du feu en était arrivé à la conclusion que ceux qui partaient et revenaient ensuite étaient épris de liberté et préféraient les contraintes d’une vie simple à l’esclavage d’une vie moderne où ils n’étaient jamais ni satisfaits de leur sort, ni épanoui.
C’était pénible d’aller puiser l’eau au puits et de la ramener au village, mais, la tâche procurait la satisfaction d’être utile aux autres lorsque l’on l’avait accomplie. Et, même que plus il faisait chaud et plus c’était pénible, celui qui avait bien exécuté sa tâche n’en était que plus heureux…
Le bonheur des hommes viendrait il plus de leur épanouissement personnel et de la satisfaction de leurs besoins que de la satisfaction de leurs désirs?
Cordialement Camille Saintonge

Changer sa vie

201906 – 15/195
Je publiais il y a plus de vingt années maintenant sous un autre nom de plume un ouvrage sur les paradis fiscaux.
Il se vendit très bien, j’étais le premier à écrire ce genre d’ouvrage en français. Ce fut un succès qui m’apporta beaucoup de soucis et d’ennuis, mais également un courrier considérable pour l’époque : plus de mille lettres chaque semaine pendant plusieurs mois.
Je découvris à cette occasion que la plus grande part des candidats à l’évasion fiscale ne souhaitaient pas payer moins d’impôts par goût de l’argent, mais pour s’affranchir d’un système qui leur convenait de moins en moins.
Ce constat m’amena à écrire un autre ouvrage qui s’intitulait « le guide des activités portables ». J’y compilai un inventaire d’activités et j’expliquai quelles activités on pouvait pratiquer pour travailler de n’importe où dans le monde et profiter en toute légalité des paradis fiscaux lorsque l’on n’était plus résident français. Mais, il était trop tôt, les gens n’étaient pas prêts à partir à l’aventure, cela ne concernait qu’un tout petit nombre… Ce fut un échec.
Aujourd’hui les choses ont vraiment évolué. Il y a de plus en plus de candidats pour sauver la planète, l’écologie est à la mode, le bateau, le camion aménagé sont à la portée d’un grand nombre d’individus.
Mais, que cherchent les écologistes et les candidats au voyage si ce n’est de retrouver un environnement qui leur convient mieux. Je constate dans la démarche actuelle de tous les gens qui veulent du bio, moins de déchets, plus de liberté … la même motivation qu’avaient il y a plus de vingt années maintenant les candidats à l’évasion fiscale : Ils veulent un autre environnement, plus de liberté, une vie plus paisible et le respect de certaines valeurs …
En réalité les excès de la société de consommation et l’anéantissement des valeurs traditionnelles remplacées de plus en plus par « l’argent » est en train d’entrainer une prise de conscience d’un public de plus en plus large qui commence à faire la différence entre ses désirs manipulés par le marketing et ses besoins réels.
Dans un roman le déséquilibre du héros ou de l’héroïne entre ses besoins et ses désirs lui permet d’évoluer lorsqu’il en prend conscience et de devenir plus heureux.
cordialement Camille Saintonge

le mal être de votre héros

121905 – 90/193
Le mal être de votre héros
Chaque individu sur cette planète aspire au bonheur, mais il est différent pour chacun de nous.
Chacun a une idée de son bonheur par le truchement d’un univers qui lui est propre et qui domine ses pensées et, l’idée qu’il se fait de son bonheur.
Par exemple, celui qui veut être riche le veut, parce qu’il croit que son bonheur passe par une réussite financière. Toutes ses actions, toutes ses pensées sont dirigées vers un seul but : acquérir toujours plus pour être heureux.
Il va déployer tous les moyens qu’il aura à sa disposition pour accroitre sa fortune personnelle et sera prêt à négliger tout ce qui n’est pas en mesure de contribuer à cette ambition.
Mais, parfois, même souvent, l’individu se trompe, c’est la différence que l’on note entre ce que veut un individu et ce dont il a besoin.
Ce dont il a besoin, c’est son aspiration réelle, c’est ce qui est nécessaire pour qu’il soit heureux.
Ainsi, lorsqu’il se trompe, c’est le cas de tous les héros dans un roman qui ont toujours ce que l’on appelle « le défaut » du personnage. Alors, il croyait vouloir la fortune et a consacré tout son temps et toute son énergie pour posséder, et, brutalement au cours des évènements qui se passent dans un roman, il a « une révélation ». Il croyait que son bonheur passait par la fortune et ce dont il avait besoin en réalité c’était avoir beaucoup d’enfants. Parce qu’il a fait passer cette envie au second plan il a négligé les femmes qui auraient pu lui faire beaucoup d’enfants.
Lorsque il en prend conscience, au milieu du roman, ou bien il change et trouve enfin le bonheur, ou bien il refuse de changer et fonce droit vers son malheur.
Cette erreur qu’il commet dans son choix parce que ce n’est pas sa route pour trouver son bonheur, c’est le mal être du héros.
Cordialement Camille Saintonge

La pyramide des besoins de Maslow

Un outil pour les écrivains pour mieux comprendre et exprimer les besoins de leurs personnages est d’utiliser la pyramide des besoins de Maslow :
Les besoins physiologiques, les besoins primaires (manger, boire dormir se reproduire …)
Les besoins de sécurité (être dans un endroit sur, en bonne santé et être stable…)
Les besoins d’amour et d’appartenance (être aimé et aimer les autres…)
Les besoins d’estime et de reconnaissance (être valorisé, reconnu et estimé par les autres …)
Les besoins d’épanouissement (pouvoir réaliser son potentiel, atteindre ses buts, respecter ses valeurs fondamentales, ses croyances …)
Lorsque un besoin humain est diminué ou manquant, au point de perturber la vie d’un personnage, il devient une motivation profonde pour celui-ci. Privez vos personnages d’un besoin important pour lui et cela le fera agir.
cordialement Camille

blessures émotionnelles

Les désirs, les besoins, les valeurs et les émotions sont tous des secteurs à explorer pour le romancier, mais l’une des zones les plus captivantes concerne les blessures émotionnelles.
Depuis combien de temps ne parlez vous plus de vos objectifs ou pire refusez vous d’essayer de réaliser votre rêve parce que vous croyez que vous échouerez ?
C’est le fruit de vos blessures émotionnelles. Mais la vie est quelque chose de douloureux et toute les leçons qu’elle nous donne ne sont pas toutes positives. Les personnages dans les histoires ont eux aussi subi des blessures émotionnelles qui les ont traumatisé et qu’ils ne peuvent pas oublier. Ces expériences négatives causent des dégâts à un niveau psychologique. Ces blessures viennent souvent de l’environnement proche, un membre de la famille, un amant, une maitresse, un mentor, un ami…
Ces blessures ont des répercussions qui font évoluer les individus. Les personnages de romans subissent les mêmes épreuves difficiles et eux aussi évoluent . Les gens sont le résultat de leur passé et si nous voulons que nos personnages soient réalistes pour nos lecteurs nous avons besoin de connaitre leur passé.
cordialement Camille

les secrets de Rédaction

La Source de tous les secrets de Rédaction : La bible

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles la Bible reste le numéro un des best-sellers, année après année. Hormis son côté religieux, c’est un grand manuel de vente qui mérite qu’on le regarde avec un oeil curieux…

Qu’est-ce que je veux dire par là?

Toutes les stratégies de rédaction se trouvent dans la Bible. Cela peut sembler être une déclaration un peu excessive, mais jetons un oeil à cinq principes de rédaction, je vais vous montrer qu’ils sont aussi vieux que les Ecritures. Cet article ne vise pas à vous «convertir» mais à lire les grands écrits du passé avec un esprit ouvert … prêt ? Allons-y.

1. Soulignez les avantages.

Nous sommes dans le jardin d’Eden. Le serpent s’approche d’Eve et veut lui faire prendre le fruit défendu.

Est-ce qu’il s’extasie sur la couleur du fruit, sur son goût, sa texture ? Non, il vend à Eve des avantages : «Vos yeux s’ouvriront, vous serez comme Dieu … » (Genèse 3:4). Et Eve va t’elle tomber dans le panneau ? Elle l’a sûrement fait.

Et dans le livre de l’Apocalypse qu’est-ce qui est promis au « vainqueur » ? La vie éternelle, la santé, la reconnaissance, la richesse et des demeures sans hypothèques.

2. Utilisez beaucoup de témoignages.

Les évangiles de Matthieu, Marc et Luc composent les quatre premiers livres du Nouveau Testament. Ils couvrent le même terrain et partagent de nombreuses histoires communes. Alors, pourquoi aurions-nous besoin de quatre personnes différentes pour nous dire pratiquement la même chose, si ce n’est pour nous apporter des témoignages ?

Ils voulaient tous raconter leur histoire sur Jésus-Christ. Ainsi, les auteurs de ces histoires (les clients satisfaits) commentent le changement de vie qu’ils ont rencontré.

L’ensemble de la Bible rapporte les histoires des peuples qui ont rencontré le surnaturel et comment cela a affecté leur vie. En fait, Jésus lié à ses disciples après sa résurrection miraculeuse confirme que tout l’Ancien Testament était vraiment de lui.

3. « Créer un aveu compromettant et exprimer des défauts ouvertement

Si vous admettez ouvertement les inconvénients de votre offre, votre crédibilité augmente instantanément vis à vis du client. Par exemple, si votre prix est plus élevé que celui de vos concurrents vous pourrez dire : « Si vous cherchez à économiser un peu d’argent, alors vous pouvez trouver de nombreuses autres sociétés qui seront prêtes à vous donner quelques« solutions rapides ». Mais nous vous fournissons un service très approfondi et expert, d’où le prix élevé  »

Vous admettez que vous êtes cher, mais en montrant pourquoi – le client reçoit un service de qualité supérieure.

Dans les évangiles, nous voyons beaucoup de disciples potentiels qui voulaient suivre Jésus et il leur a dit ouvertement que c’était une promenade sacrificielle. Il leur a dit en termes non équivoques qu’il s’agissait d’une « croix », laissant le père et la mère derrière, la mort était même possible – mais vous gagnerez la vie éternelle dans le processus.

4. Placez une limite à votre offre afin de motiver les procrastinateurs.

C’est un élément très important de l ‘«appel à l’action» de toute lettre de vente. Les êtres humains sont naturellement procrastinateurs. Nous remettons toujours ce qui doit être fait maintenant à un «plus tard» qui n’arrive jamais. C’est pourquoi le rédacteur doit démontrer que les stocks sont limités ou l’offre spéciale n’est valable que pour un « temps limité seulement.

Dans de nombreux «appel à l’action» des sections de la Bible, nous voyons le même avertissement aux procrastinateurs. « Aujourd’hui, si vous entendez ma voix n’endurcissez pas votre coeur .. » (Hébreux 3:7). Jésus a raconté l’histoire du fermier avare qui a construit de plus grandes granges pour stocker ses grains ne sachant pas que la mort viendrait frapper à sa porte le soir même.

Jésus n’a jamais renvoyé un de ses auditeurs en lui disant de s’en aller et d’y réfléchir. il dit Aujourd’hui … Maintenant, lorsque quelqu’un reçoit son message c’est pour «AGIR MAINTENANT! »

5. La recherche de vos clients potentiels nécessite de connaître leurs problèmes et leurs besoins.

Toute l’histoire de Noël au sujet de Jésus est d’entrer dans la peau – littéralement – de la clientèle. L’auteur Hébreux dit que Jésus est touché par nos sentiments et nos infirmités. Il est devenu comme l’un de nous, afin qu’il puisse comprendre mieux «le client». C’est pourquoi il pouvait parler aux besoins du cœur humain avec une telle autorité, parce qu’il savait se mettre dans les chaussures des autres.

Nous venons brièvement de regarder 5 principes de rédaction, mais cela s’applique à tous les niveaux. Tous les principes sont là.

cordialement