action, inaction

Vos personnages se définissent par leurs actions. Ce n’est pas ce qu’ils sont réellement, mais leurs actions qui les précisent aux yeux des lecteurs.
c’est facile d’énoncer les intentions d’un personnage, aussi nous devons être vigilants de ne pas en abuser, car le lecteur n’est pas toujours interressé par un long détail pour planifier et expliquer ce que le héros a l’intention d’accomplir. Ce qui l’intéresse d’avantage, c’est ce qu’il fait dans l’instant, et, ceci parce qu’il est beaucoup plus captivant de voir comment il se sort d’un conflit délicat ou d’une situation périlleuse que d’écouter le récit d’un spectateur qui tranquillement assis en fait une analyse. L’action captive beaucoup plus que l’inaction.
cordialement Camille

Publicités

critique

La critique est facile, ne nous en privons pas. On voit facilement chez les autres les erreurs à ne pas commettre, c’est à dire ce que nous n’avons pas aimé et pourquoi.
En faisant cette analyse, nous apprenons ce qu’il ne nous faut pas faire pour plaire à notre lecteur cible.
À nous de nous appliquer pour éviter cette catastrophe
C’est en relisant et en pratiquant la réécriture que nous pouvons corriger nos propres erreurs. Ce sont souvent de petites choses qui font la différence.
Parfois nous découvrons un univers qui ne nous convient pas chez des auteurs très connu, mais en réfléchissant un peu on peut également utiliser ces méthodes en les transformant pour les adapter à notre goût.
cordialement Camille

La trame d’andereggen

La Trame d’analyse d’Andereggen

I. Identification

Titre; auteur; date (de la publication originale si l’on la sait, ou de la publication du recueil); circonstances significatives de la composition ou de la publication, s’il y en a.

II. Matériaux

A. Personnages:

1. principaux;

2. accessoires; anonymes.

B. Scène: la scène géographique; le décor précis (ou les décors).

C. Époque

D. Action (ce qui se passe): un très bref résumé en deux ou trois phrases objectives, sans commentaire.

III. Thème (la signification de ce qui se passe)

A. Thème dans un sens très large: par exemple, le thème de Madame Bovary, dans ce premier sens, c’est l’adultère en province; le thème de Macbeth, c’est l’ambition; le thème de Candide, c’est l’optimisme.

B. Thème dans un sens plus précis: le thème dans ce sens peut être une idée, une pensée, une morale, ou quelque chose de moins précis: un sentiment, une impression, un effet dominant (le thème de Madame Bovary, dans ce deuxième sens, c’est la lutte entre la réalité et l’imagination chez une femme de province, qui, à force de vouloir imposer sa vision sur les données plates et ennuyeuses de son existence, finit par sombrer dans la désillusion et dans la mort).

C. Y a-t-il des motifs subordonnés assez importants à noter?

IV. Technique

A. Construction:

1. Point de vue (« optique », perspective, éclairage); par quels yeux le lecteur voit-il l’action, le sujet? Y a-t-il une voix qui domine?

2. Introduction (s’il y en a une): comment l’auteur entre-t-il en matière? Y a t-il un « cadre » comme chez Giovanni Boccace, Geffroy Chaucer ou Marguerite d’Angoulême?

3. Exposition: la partie qui présente les faits qu’il faut savoir pour suivre l’action; où commence et où finit l’exposition? Marquez pages et lignes avec le plus de précision possible.

4. Action ascendante: où commence-t-elle? Où finit-elle?

5. Point culminant (climax): le point le plus intense, le plus dramatique de l’action ascendante; marquez l’endroit.

6. Dénouement: la partie où le problème ou le dilemme, posé au début, est résolu, dénoué.

7. Conclusion (s’il y en a une): l’auteur dégage-t-il une conclusion, une morale, explicitement, ou se contente-t-il de la suggérer? Laquelle?

B. Peinture ou manière de présenter les personnages: Quelle(s) technique(s) l’auteur emploie-t-il pour montrer leur caractère, leur motivation (leur psychologie)?

C. Peinture du décor, de la toile de fond de l’action; « l’atmosphère » créée, s’il y en a une.

D. Style (étude fondée sur le texte, non pas sur les manuels):

1. Détails significatifs ou révélateurs (évitez de vous perdre dans les détails; cherchez à en dégager les plus importants). Voici quelques aspects du style à étudier:

a. vocabulaire, choix des mots, association des mots;

b. y a-t-il des mots qui reviennent, des mots clefs? Lesquels?

c. images (comparaisons, métaphores); lesquelles vous semblent les plus significatives?

d. syntaxe, rythme des phrases: y a-t-il un rythme caractéristique?

e. sons, sonorités, musique de la prose; l’auteur est-il sensible à ces effets auditifs? Quels passages valent surtout d’être lus à haute voix? Quels effets produisent-ils?

2. Caractérisation générale du style de l’auteur: un bref résumé; choisissez un passage qui donne le cachet de l’auteur, et d’après lequel on pourrait identifier un texte comme étant de lui.

V. Conclusion

1. À quelle(s) tradition(s) ce texte se rattache-t-il?

2. Quel est l’apport original de l’auteur? Sous quels rapports ce texte est-il caractéristique de son auteur?

3. Critique: dans quelle mesure l’auteur a-t-il réussi dans le but qu’il s’est proposé?

4. Jugement personnel: que pensez-vous de ce texte? Qu’est-ce qu’il vous a apporté personnellement? La réponse sera forcément subjective, mais elle ne doit pas être vaguement impressionniste; elle aura une plus grande valeur si elle est fondée sur une connaissance exacte et une interprétation fidèle du texte.

cordialement

Trame d’analyse d’Andereggen

Trame d’analyse d’Andereggen

I. Identification

Titre; auteur; date (de la publication originale si l’on la sait, ou de la publication du recueil); circonstances significatives de la composition ou de la publication, s’il y en a.

II. Matériaux

A. Personnages:

1. principaux;

2. accessoires; anonymes.

B. Scène: la scène géographique; le décor précis (ou les décors).

C. Époque

D. Action (ce qui se passe): un très bref résumé en deux ou trois phrases objectives, sans commentaire.

III. Thème (la signification de ce qui se passe)

A. Thème dans un sens très large: par exemple, le thème de Madame Bovary, dans ce premier sens, c’est l’adultère en province; le thème de Macbeth, c’est l’ambition; le thème de Candide, c’est l’optimisme.

B. Thème dans un sens plus précis: le thème dans ce sens peut être une idée, une pensée, une morale, ou quelque chose de moins précis: un sentiment, une impression, un effet dominant (le thème de Madame Bovary, dans ce deuxième sens, c’est la lutte entre la réalité et l’imagination chez une femme de province, qui, à force de vouloir imposer sa vision sur les données plates et ennuyeuses de son existence, finit par sombrer dans la désillusion et dans la mort).

C. Y a-t-il des motifs subordonnés assez importants à noter?

IV. Technique

A. Construction:

1. Point de vue (« optique », perspective, éclairage); par quels yeux le lecteur voit-il l’action, le sujet? Y a-t-il une voix qui domine?

2. Introduction (s’il y en a une): comment l’auteur entre-t-il en matière? Y a t-il un « cadre »  comme chez Giovanni Boccace, Geffroy Chaucer ou Marguerite d’Angoulême?

3. Exposition: la partie qui présente les faits qu’il faut savoir pour suivre l’action; où commence et où finit l’exposition? Marquez pages et lignes avec le plus de précision possible.

4. Action ascendante: où commence-t-elle? Où finit-elle?

5. Point culminant (climax): le point le plus intense, le plus dramatique de l’action ascendante; marquez l’endroit.

6. Dénouement: la partie où le problème ou le dilemme, posé au début, est résolu, dénoué.

7. Conclusion (s’il y en a une): l’auteur dégage-t-il une conclusion, une morale, explicitement, ou se contente-t-il de la suggérer? Laquelle?

B. Peinture ou manière de présenter les personnages: Quelle(s) technique(s) l’auteur emploie-t-il pour montrer leur caractère, leur motivation (leur psychologie)?

C. Peinture du décor, de la toile de fond de l’action; « l’atmosphère » créée, s’il y en a une.

D. Style (étude fondée sur le texte, non pas sur les manuels):

1. Détails significatifs ou révélateurs (évitez de vous perdre dans les détails; cherchez à en dégager les plus importants). Voici quelques aspects du style à étudier:

a. vocabulaire, choix des mots, association des mots;

b. y a-t-il des mots qui reviennent, des mots clefs? Lesquels?

c. images (comparaisons, métaphores); lesquelles vous semblent les plus significatives?

d. syntaxe, rythme des phrases: y a-t-il un rythme caractéristique?

e. sons, sonorités, musique de la prose; l’auteur est-il sensible à ces effets auditifs? Quels passages valent surtout d’être lus à haute voix? Quels effets produisent-ils?

2. Caractérisation générale du style de l’auteur: un bref résumé; choisissez un passage qui donne le cachet de l’auteur, et d’après lequel on pourrait identifier un texte comme étant de lui.

V. Conclusion

1. À quelle(s) tradition(s) ce texte se rattache-t-il?

2. Quel est l’apport original de l’auteur? Sous quels rapports ce texte est-il caractéristique de son auteur?

3. Critique: dans quelle mesure l’auteur a-t-il réussi dans le but qu’il s’est proposé?

4. Jugement personnel: que pensez-vous de ce texte? Qu’est-ce qu’il vous a apporté personnellement? La réponse sera forcément subjective, mais elle ne doit pas être vaguement impressionniste; elle aura une plus grande valeur si elle est fondée sur une connaissance exacte et une interprétation fidèle du texte.

cordialement