la résolution

C’est toujours un peu triste, car, c’est la touche finale du récit, c’est aussi la fin de tout le plaisir que vous avez pris pour rédiger votre roman. Vous devez dire au revoir à vos personnages ainsi qu’à votre lecteur.
Elle intervient après le climax jusqu’à la dernière page de votre roman. Vous pourriez arrêter votre roman à la fin du climax, mais, votre lecteur serait déçu. Après l’intensité du climax, le lecteur a besoin de se détendre. Il veut savoir ce qui va arriver au protagoniste dans le futur après son évolution, après l’avoir vu changer et s’être intéressé à lui, bien que tout soit résolu, elle va vous permettre de laisser au lecteur un sentiment de satisfaction en lui laissant un sentiment de réalisme, l’imagination du lecteur va lui permettre d’imaginer la suite de l’histoire.
Ce n’est pas seulement la fin de votre roman, mais le début de l’histoire que vos personnages vivront une fois que le lecteur aura refermé le livre, c’est la promesse que la vie de vos personnages va continuer dans l’imagination du lecteur.
cordialement Camille

Publicités

Le climax

Depuis le troisième point d’intrigue, L’action s’accélère et devient toujours de plus en plus intense. C’est le moment ou les deux trains roulant à grande vitesse, l’un conduit par le protagoniste, l’autre par l’antagoniste, vont entrer en collision.dans une scène unique et inoubliable. Ce chapitre met fin au conflit primaire que le protagoniste gagne ou perde.
Le moment climatique suit le climax il arrive juste avant le dénouement. Il révèle tout ce qui doit l’être, c’est la fin du récit, c’est un moment de révélation pour le protagoniste qui va pouvoir « changer de vie » après avoir compris son évolution physique ou spirituelle, ou les deux.
Il est important d’avoir quelque chose de particulier en réserve avant d’écrire le mot fin. Si vous n’avez pas déçu le lecteur qui a tourné les pages jusque là cela vous permettra de gagner des lecteurs pour vos autres livres. Chaque histoire est différente et chaque climax est différent, mais, faites pour le climax des scènes courtes, des paragraphes courts, créez une urgence soyez pressé d’écrire le mot fin. Cette série de scènes doit enflammer le lecteur, surprenez le, par un dernier combat sur un train en marche, une déclaration d’amour en pleine soirée, essayez d’éviter d’être étiqueté comme mélodramatique à cause d’une fin dramatique, tenez vos promesses aux lecteurs…
cordialement Camille

l’anticipation

C’est parce que le protagoniste a mis le revolver dans un tiroir plus tôt dans le récit qu’au moment de la résolution si le protagoniste le prend et s’en sert pour éliminer l’antagoniste votre lecteur trouvera que cette fin était inévitable.
C’est en combinant cette préparation anticipée avec suffisamment de complications dans la trame de l’histoire destinées à distraire le lecteur de ce qu’il attend que l’auteur peut leur offrir l’opportunité de fins multiples parce qu’alors il n’est jamais en mesure de prédire quelle fin sera la bonne. C’est délicat, mais, lorsque que c’est fait comme il faut, cela peut faire la différence dans le succès de votre livre.
cordialement Camille

incontournable

Le point central de votre roman se situe comme son nom l’indique à la moitié de votre roman. C’est un moment clé de l’intrigue, il est incontournable.
Certains auteurs commencent à réfléchir au point central avant de commencer à écrire la première ligne. C’est à partir de cet instant que le protagoniste commence réellement à combattre les forces de son adversaire. Il faut donc réfléchir à l’évènement qui va pousser le protagoniste à changer sa façon d’agir et à donner au roman une autre direction. C’est un moment capital dans votre récit. Le protagoniste sait à ce moment tout ce qu’il doit savoir pour affronter son adversaire avec succès. Un évènement nouveau, inattendu vient bouleverser sa façon de penser et d’agir, c’est parce que cet évènement lui apporte la « lumière » qu’il change sa façon d’agir ce qui va modifier l’intrigue.
cordialement Camille

C’est parce que le protagoniste a mis le revolver dans un tiroir plus tôt dans le récit qu’au moment de la résolution si le protagoniste le prend et s’en sert pour éliminer l’antagoniste votre lecteur trouvera que cette fin était inévitable.
C’est en combinant cette préparation anticipée avec suffisamment de complications dans la trame de l’histoire destinées à distraire le lecteur de ce qu’il attend que l’auteur peut leur offrir l’opportunité de fins multiples parce qu’alors il n’est jamais en mesure de prédire quelle fin sera la bonne. C’est délicat, mais, lorsque que c’est fait comme il faut, cela peut faire la différence dans le succès de votre livre.
cordialement Camille

une scène vivante

Fermez les yeux et visualisez la scène que vous voulez écrire, quelles couleurs se dégagent et s’imposent, que sentez-vous, que ressentez-vous physiquement, qu’entendez-vous… C’est une méthode qui vous permettra d’apporter des détails utiles et pertinents pour donner de la vie à votre scène. Écoutez vos bons instincts et laissez vous aller. Cette scène a un objectif c’est votre fil. Les personnages qui y participent ont chacun un but, mais il est différent et cela va entrainer un conflit. Sans conflit votre scène est sans intérêt, mettez le en évidence avant de résoudre le problème qui se pose, comment va t’il se résoudre? qui gagne, pourquoi, comment…
cordialement Camille

une idée de départ

En écrivant votre idée de départ : nom du personnage principal, que fait il, un trait de sa personnalité (paradoxe), quel est le conflit central, pour quelle intrigue. (que se passerait-il si? qu’attend votre lecteur? Que n’attend pas votre lecteur?)
Avec ces éléments de départ, vous allez écrire le fil conducteur pour mener à bien votre histoire. Vous allez alors voir s’imposer à vous des questions qui ont besoin de réponses.
Apportez y des réponses courtes et simples et choisissez celles qui offrent des possibilités de développement juteuses.
Utilisez un « mind map » pour trouver de nouvelles idées et de nouvelles réponses. Ne vous censurez pas, laissez faire votre créativité il sera toujours temps de supprimer plus tard tout ce qui ne tient pas la route.
cordialement Camille

préparation à la structure

Le premier pas pour découper votre récit consiste à déterminer sa structure globale. Vous allez mettre sur le papier toutes vos idées. Regarder ce qui correspond à l’histoire que vous voulez raconter et travailler sur les points de passage obligatoire de l’histoire et sur les questions qui vous viennent jusqu’à ce que vous puissiez voir émerger une histoire complète.

Il est vraisemblable que des scènes particulières vous viendront à l’esprit. Mais, c’est une manière de positionner vos personnages dans l’histoire, de vous demander qui est qui et qui fait quoi.

Voici quelques exemples de questions que vous pouvez vous poser durant cette phase de préparation :

        1. notez quatre ou cinq grands moments qui se dérouleront dans votre intrigue.

2. Pouvez vous penser à au moins deux complications pour chacun de ces moments?

3. Comment ces complications vont elles pousser les personnages de façon qu’ils en soient dérangés

4. Quels lieux vous faudra t’il ajouter pour ces complications

5. Quel personnage sera le protagoniste

6. Quel personnage sera le plus touché par l’incident déclencheur

7. Quels problèmes majeurs ce personnage a t’il dans sa vie, qui offrent le plus de potentiel pour des conflits et des drames

         8. En quoi ce problème affecte t’il les autres personnages
cordialement Camille