écriture

L’écriture d’un roman, est une activité passionnante où les mots doivent être capables de faire partager au lecteur les émotions qu’à voulu leur transmettre l’auteur.
Pour atteindre cet objectif, l’auteur ne doit pas oublier que tous les èvènements ont une cause et que toutes les causes entrainent des conséquences. Le chasseur voit le tigre qui se prépare à bondir sur lui, c’est parce qu’il remarque cela qu’un sentiment de peur lui traverse l’esprit avant d’agir et de s’emparer de son fusil pour tirer sur le fauve et de lui crier : je vais te tuer…
L’enchainement vue, réaction immédiate proche du réflexe puis action et parole est incontournable à tous les évènements que l’on veut décrire. L’ordre est imposé, de la réaction la plus rapide (la peur) à la plus lente (la parole) et doit être respecté pour que la description soit crédible.
On pose son doigt sur quelque chose de brulant, on ressent une douleur, on enlève son doigt et l’on crie sa douleur… Mais l’on ne crie pas sa douleur avant d’enlever son doigt.
cordialement Camille

Publicités

camping car

Je me suis souvent demandé pourquoi les personnes qui ont choisi de vivre en camping car changent pratiquement chaque jour de ville et passent une part importante de leur temps à rouler. Je crois avoir la réponse :

C’est que le stationnement gratuit ne pose pas de problèmes majeurs si le véhicule est immobilisé une journée mais au-delà cela devient plus compliqué, alors ils faut déplacer le camping car et trouver un autre emplacement gratuit pour stationner, mais , le nombre de places gratuites dans chaque ville est peu nombreux et surtout inférieur au nombre de véhicules qui cherchent une place.

De plus le budget des nomades de la route est souvent limité, il y a plus de jeunes sans ressources fixes à la recherche d’une activité mobile que de retraités disposant d’un revenu qui leur permet de fréquenter les aires aménagées dont le coût à la journée bien que modeste reste trop important pour des gens sans ressources fixes qui doivent se contenter d’y aller de temps en temps pour vider leurs eaux noires et grises et y trouver de l’eau, un branchement électrique…

Mais, c’est une hypothèse de ma part et peut être que c’est une frustration, un mal être qu’ils arrangent en se persuadant que c’est une envie de voir du pays qui les motivent à aller chaque jour ou presque dans un nouvel endroit sans vraiment prendre le temps de le découvrir.

Cette façon de voyager me fait penser à ces gens qui vous disent l’été dernier nous avons fait la grèce, mais, qu’en ont ils vu?
cordialement Camille

critique

Vous devez lire vos critiques cinq étoiles parce que cela vous met directement en contact avec le cœur et l’esprit de votre public cible.

Votre public cible c’est l’ensemble des personnes pour lesquelles vous avez écrit votre livre. Ce sont ceux et celles à qui vous essayez de plaire. Votre objectif principal en écrivant votre livre était de plaire à votre public cible.

Si quelqu’un vous écrit une critique cinq étoiles, c’est parce que votre livre lui a plu. Il y a de fortes chances pour que cette personne soit dans votre public cible.

Et vous devez savoir ce qu’il pense, pour plusieurs raisons.

D’abord, vous voulez savoir si votre livre lui plait de la façon dont vous le souhaitiez.
Disons que vous pensiez que vous écriviez des romans d’humour humoristiques et réconfortants. Vous lisez vos critiques et elles parlent de combien vos lecteurs aiment la romance dans vos histoires, et ils parlent du côté hot de vos romans, mais ils ne disent rien sur l’humour. C’est un avertissement. Peut-être que votre humour n’est pas à la hauteur de ce que vous croyiez.

Deuxièmement, vous voulez savoir si vous leur plaisez d’une manière que vous n’avez jamais prévue. Peut-être que vous continuez à voir les mots «profond» et «réfléchir» et «philosophie» dans vos critiques et que vous n’aviez aucune idée que vos livres étaient profonds ou stimulants ou philosophiques. Alors, allez voir ce que vous avez écrit. Cela devrait vous suggèrer que vous avez un talent dans un domaine que vous ne soupçonniez pas. Vous pourriez vouloir développer cela un peu. Pensez quelle profondeur vos romans pourraient avoir si vous essayiez. Pensez à quel point cela réjouirait encore plus votre public cible.

Troisièmement, vous voulez chercher des « gros mais ». Si à plusieurs reprises vos fans disent qu’ils ont aimé votre livre « mais je n’ai pas aimé le ______ ». Tout ce qui est dans cette espace vide vous prive de certains lecteurs et lectrices. Êtes-vous prêt à continuer à faire cela? Si oui, c’est votre choix et à l’avenir, vous allez le faire consciemment. C’est très différent que de le faire inconsciemment.

Quatrièmement, vous pouvez utiliser les mots de votre public cible dans votre texte d’annonce. Vous pouvez utiliser les mêmes mots pour décrire votre livre. Si ces mots sont très puissants, prenez-les et utilisez-les dans votre page de présentation. Utilisez-les dans le titre sur votre page Amazon. Utilisez-les sur votre site web. Vous pourriez vouloir les utiliser dans votre slogan. Ce sont les mots qui parlent à votre public cible.

Cherchez des tendances dans les critiques. Ce sont les choses qui reviennent encore et encore dans vos commentaires cinq étoiles. Ces choses valent de l’or.
Cordialement Camille

la motivation de vos personnages

la motivation de vos personnages
Pratiquement tout dans la fiction se résume finalement aux motivations de vos personnages. Le personnage principal de votre histoire veut quelque chose, une seule chose, mais il l’a veut vraiment.

Il est serait tentant de dire que la force de votre histoire est directement proportionnelle à la façon dont votre personnage principal ne veut qu’une seule chose.

Mais c’est inexact

Il faut qu’il soit à fond dans l’histoire. Quand vous êtes motivé à 100%, vous faites n’importe quoi, même si c’est fou, pour répondre à vos besoins.

Quand vous n’êtes pas à fond, quand vous êtes seulement à 99% de motivation, vous faites tout ce qui est pratique.

Vous devez écrire des histoires sur des personnages qui sont à fond dans leur histoire.

Des personnages comme Luke Skywalker, qui fera tout pour vaincre l’Empire du Mal.

Comme Lizzie Bennet, qui ne penserait jamais à épouser un homme à moins qu’elle ne l’aime à 100%…

Si votre personnage principal est à fond dans votre histoire, alors vos lecteurs le seront aussi.

Si votre personnage principal n’est pas à fond dans l’histoire, alors vous ne le serez pas non plus, et vos lecteurs non plus.

C’est comme ça que vous devez mesurer la motivation de vos personnages. à fond Ou pas. Il n’y a pas d’alternative.
cordialement Camille

L’art de comparer

Dans un récit, il est possible de parler d’une chose, ou d’une personne en utilisant des mots aussi justes que possible. Mais on peut aussi désigner cette chose ou cette personne par d’autres mots, qui vont lui ajouter une dimension, qu’elle n’aurait pas eue autrement.
La COMPARAISON consiste à utiliser le mot [comme], qui exprime précisément le lien entre le sujet et l’objet identique selon le narrateur : [Elle sentait bon comme une rose].
La métaphore est une forme de comparaison déjà moins évidente, car équivoque : dans [l’ange ouvrit les yeux], parle-t-on de la femme ou d’un ange véritable ? Toute comparaison repose sur la confusion du lecteur : par un effet de représentation factice – un tour de passe-passe, un jeu de miroir – deux objets sont confondus dans l’esprit du lecteur, comme deux lignes séparées qui n’en forment plus qu’une. Le récit change d’allure, le héros change de visage, le message se simplifie, ou au contraire il se brouille.
cordialement Camille

L’action

L’action dans un roman c’est le fruit de la combinaison de deux choses que l’on ne doit pas dissocier. Il y a ce que voit le personnage, et, sa réaction à ce qu’il voit.
C’est parce qu’il voit cet évènement qu’il va réagir dans un sens ou un autre. La combinaison de ces deux choses créent l’action dans la scène. Cette réaction est liée à la « personnalité » du personnage, elle nous renseigne sur lui. C’est un moyen pour l’auteur de faire voir au lieu de dire. Le personnage n’a pas faim, il voit un morceau de pain sur la table, il se précipite pour s’en emparer et sans même prendre le temps d’en découper une tranche il mord le morceau de pain à pleines dents avec avidité sans prendre le temps de respirer entre deux bouchées, au risque de s’étouffer dans sa précipitation…
cordialement Camille

échafaudage

À la lecture d’un roman que l’on a aimé on peut se demander comment cela a été construit, comment la trame at-elle été élaborée… Mais, lorsque l’on se promène dans notre vieille Europe et que l’on admire les nombreux édifices tous plus beaux les uns que les autres, on ne se pose pas la question : Comment ont-ils fait compte tenu des moyens techniques dont ils disposaient?
Pourtant lorsque l’on se pose la question, la réponse qui s’impose c’est : l’échafaudage, ces pièces de bois qui forment un plancher élevé. Les trous qui apparaissent parfois dans la construction lorsqu’ils n’ont pas été bouché ou que les intempéries les ont mis à jour servaient à encastrer les boulins dans l’édifice.
Aujourd’hui on utilise des structures tubulaires en acier ou en aluminium, mais le principe reste le même. L’échafaudage pour construire un roman est tout aussi important et obéit lui aussi à des règles qui n’ont pas varié depuis que l’on écrit et, les trous de boulins sont les étapes incontournables du roman.
cordialement Camille