le thème

le thème est une importante facette d’une histoire mémorable. Mais, nous lisons pour nous distraire, mais aussi pour apprendre, pour grandir, et pour ouvrir notre horizon. Alors n’imposez pas vos convictions violemment, restez ouvert à toute expérience humaine, apportez votre point de vue sur la façon dont vous voyez le monde qui nous entoure et essayez de le faire partager à vos lecteurs, mais, soyez honnête et ne préchez pas pour convaincre à tout prix vos lecteurs. produisez un message sans être pesant avec des arguments et des croyances. Contentez vous de donner votre vision du monde sans insister outre mesure. Ce n’est pas le rôle d’un ouvrage de fiction de vouloir démontrer quelque chose.
Le thème est la leçon que vos personnages vont apprendre ou n’ont pas appris à la fin de l’histoire.
cordialement Camille

Publicités

intérieur et extérieur

Chaque scène doit inclure le combat « extérieur » (la réaction physique au conflit) et le combat « intérieur » ( la réaction psychologique et émotionnelle aux évènements).
En combinant le conflit interne et le conflit externe, vous apportez de la variation dans le conflit au sein de votre histoire, cela fait grandir les enjeux, et prépare à la résolution.
L’idéal c’est d’amener le conflit extérieur et le conflit intérieur à la phase du climax en même temps.
Commencez votre histoire avec un maximum de conflits possibles et d’obstacles ceci pour capter l’attention et l’intérêt de votre lecteur, puis continuez dans cette voie pour amener le lecteur à poursuivre sa lecture. Mais gardez des munitions pour la suite de votre récit. Conservez un bon équilibre, trouvez le bon niveau.
cordialement Camille

les enjeux

Comment maintenir les enjeux à un niveau aussi élevé que possible?
Sauf dans le cas où vous organisez une période d’accalmie au milieu de la tourmente pour mieux amplifier les désastres, évitez les scènes paisibles où les personnages sont heureux et en paix, car, elles interrompent le flot dramatique et de surcroit elles deviennent vite ennuyeuses pour le lecteur.
Créez une timeline pour votre histoire. Même si votre héros a un but fort et puissant, car, le lecteur perdra sa motivation à lire si votre héros dispose de tout son temps, mettez lui la pression, donnez lui une date limite pour atteindre son but, et des conséquences graves si il n’est pas dans les temps. Accrochez vos lecteurs et gardez les motivés pour lire la suite de votre histoire. Vous pouvez même au cours du récit avancer la date pour atteindre l’objectif…
cordialement Camille

la base de la fiction

L’un des gros problèmes que rencontre un auteur qui éprouve des difficultés à se faire publier, c’est une abscence de conflit dans son récit.
Qu’importe que votre héros soit merveilleux, que votre intrigue soit remarquablement bien construite, que votre style soit brillant… Si vous ne voulez pas que vos lecteurs s’ennuient et s’endorment en lisant une fiction, il faut du conflit.
La base de la fiction c’est le conflit.
Les conflits alimentent la fiction et les « frustrations » nourrissent les conflits. L’auteur doit trouver les moyens de les faire dépasser par les personnages. Lorsque l’auteur trouve comment il va apporter des éléments pour faire perdre le héros, ce genre de frustration est indispensable pour les scènes d’action. Les personnages doivent être maltraités et subir une menace en permanence pour maintenir le suspense.
cordialement Camille

l’urgence

L’auteur doit contrarier le protagoniste en l’empêchant d’atteindre son but à toutes les étapes de l’histoire. C’est en dressant des obstacles encore et encore pour retarder le protagoniste dans sa quête que le lecteur continue à tourner page après page pour savoir si le héros va enfin réaliser ses objectifs et obtenir ce qu’il désire.
Une fiction est une aventure de 80 à 100000 mots avec une destination qui parait hors de portée, mais il faut qu’il y ait une urgence, le temps compte pour le héros et il ne doit pas trainer en route, c’est pourquoi les obstacles qui vont retarder le héros sont important et motivants pour le lecteur qui sait que si telle action n’est pas faite dans les temps les conséquences seront très graves. Ce sont les enjeux qui jouent un rôle capital dans le récit.
cordialement Camille

but et motivation

Si vous donnez à votre personnage une motivation la plus importante possible cela va lui inspirer un but qui va entrainer lui même un obstacle immédiat et doit créer un conflit interne. Cet enchainement d’éléments est vital pour votre roman.
Ce n’est pas suffisant de créer un personnage qui fait des choses interessantes, il doit aussi les faire pour des raisons pertinentes.
La motivation de votre personnage est ce qui nourrit son désir pour quelque chose, et, son désir est ce qui lui donne un but. Si nous décortiquons une fiction pour la réduire à l’essentiel, nous trouvons que ses fondements sont les désirs du personnage principal. Ce que veut votre protagoniste c’est ce qui l’amène page après page à franchir les obstacles qui se dressent sur sa route. Sans conflit pour progresser, il n’y a pas d’histoire, mais sans la compétence du protagoniste pour obtenir ce qu’il veut il ne peut pas y avoir de conflit. Votre héros doit vouloir quelque chose et le vouloir à tout prix. Sans cela, les lecteurs ne le trouverons pas assez intéressant pour poursuivre leur lecture. Il doit avoir un objectif qui découle souvent de l’incident déclencheur et qui est motivé par ses expériences passées. C’est pourquoi votre héros modifiera son but à un certain moment dans votre histoire.
cordialement Camille

facteurs clé

Lorsque votre structure commence à prendre forme, il est important de garder en tête cinq facteurs clé :
motivation, désir, but, conflit et thème.
Plus tôt vous les identifierez et serez en mesure de vérifier que votre intrigue correspond, plus facile sera votre travail d’écriture.
Motivation, désir et but
Les personnages dans un roman sont ce qu’ils font. comme les êtres humains dans la vie. Les lecteurs veulent comprendre vos personnages en découvrant ses actions, mais, c’est ce que veut un personnage qui est le plus important.
Les êtres humains ne sont pas toujours capables d’agir dans le sens de leurs intentions, que celles-ci soient bonnes ou mauvaises, mais ces intentions sont aussi puissantes et il convient de les définir car les actes entrepris par le personnage peuvent être plus ou moins bien interprétés. Un personnage est ce qu’il fait mais également ce qu’il veut faire.
cordialement Camille