le conflit interne

Quel est le conflit interne du personnage principal?
Dans la plupart des romans cette question obtient une réponse très tôt lors de la mise en place de la structure. Car, ce conflit est l’un des fils conducteur de l’histoire. Il est important de connaitre le « paradoxe » de votre personnage avant de commencer à rédiger. C’est un élément qui va capter l’attention de votre lecteur dés la mise en place du pitch.
C’est une question implicite pour votre lecteur, comment ce personnage qui veut traverser la manche à la nage mais qui a peur de l’eau va t’il s’y prendre? Que va t’il choisir de faire? Comment va t-il combattre sa peur de l’eau, va t-il apprendre à nager… Plus la méthode qu’il choisira sera surprenante et inattendue, plus votre histoire aura d’intérêt pour votre lecteur. Rappelez vous que tous les effets ont une cause…
cordialement Camille

Publicités

première moitié

La première moitié de la deuxième partie est l’endroit où vos personnages trouvent le temps et l’espace pour réagir au premier point d’intrigue. Ce premier point force le personnage à une réaction irréversible. Cette réaction,conduira à une autre réaction et une autre et une autre, c’est le lancement de votre deuxième partie.
Pour la préparer faites une liste des réactions de votre protagoniste pour faire face au premier point d’intrigue qui vient de le jeter à l’aventure.
Comment votre protagoniste réagit-il pour faire face au nouveau contexte et à son nouvel environnement?
Quelle est sa réaction par rapport à son objectif avant qu’il ne soit lancé dans l’aventure par le premier point d’intrigue?
Son objectif s’est il modifié depuis qu’il a été précipité dans l’aventure?
Comment le protagoniste réagit-il maintenant à la pression de l’antagoniste?
De quelle manière le protagoniste est-il actuellement désavantagé dans son conflit avec l’antagoniste?
Comment l’antagoniste contrôle-t-il actuellement le conflit?
cordialement Camille

5000 mots

C’est la taille d’un chapitre pour un roman de 80 000 mots rédigé en 16 chapitres à raison de quatre chapitres pour la première partie, quatre pour la première moitié de la seconde partie, quatre pour la seconde moitié de la seconde partie et quatre pour la troisième partie. Un chapitre est composé de plusieurs scènes trois le plus souvent quatre voir d’avantage. Pour une moyenne de quatre scènes cela représente 1250 mots par scène. Ce nombre de mots à écrire en une seule scéance est suffisamment raisonnable pour être à la portée du plus grand nombre, c’est pourquoi prendre l’habitude d’écrire au moins 1500 mots chaque jour est important.
Si vous préparez bien l’écriture de vos scènes, l’exercice est relativement facile, résumez bien le pourquoi de la scène, pourquoi vous voulez l’écrire, que voulez vous dire dans votre scène, qui sont les personnages, où se déroule la scène, pourquoi dans ce lieu, quelle accroche allez vous choisir pour débuter votre scène, comment allez vous conclure la scène, qu’est ce qui va déterminer le lecteur à poursuivre sa lecture…
cordialement camille

Les points de confrontation

Il y en a deux qui se produisent dans la seconde partie du roman qui se divise en deux. L’un se produit au milieu de la moitié de la deuxième partie entre le début de la seconde partie et le milieu de la seconde partie (le point central qui précède le second point d’intrigue qui découle du point central et donne une nouvelle direction au récit). L’autre a lieu dans la seconde partie à la moitié de cette seconde partie entre le point central et le troisième élément d’intrigue qui conclut la seconde partie pour introduire le Climax.
Les points de confrontation, sont, l’occasion pour l’antagoniste de faire voir au lecteur sa puissance et sa capacité à mettre des bâtons dans les roues du protagoniste pour le faire échouer.
cordialement Camille

l’évènement clé

L’évènement clé suit l’incident déclencheur et précède le premier point d’intrigue. Ces trois marqueurs de la fin de la première partie d’une histoire sont intimement liés.
L’incident déclencheur fait démarrer votre histoire, l’évènement clé et le premier point d’intrigue sont deux moment qui rendent tout retour en arrière impossible pour votre protagoniste. Le fait de quitter une pièce et de pénétrer dans la suivante sont une même action, mais ce sont deux évènements distincts, l’un fait sortir le protagoniste de son monde normal et l’autre le fait rentrer dans le monde de l’aventure.
L’évènement clé se produit lorsque le protagoniste quitte son environnement habituel. Le protagoniste s’implique dans le « conflit ». Le premier point d’intrigue se produit lorsque le protagoniste penètre dans me monde de l’aventure de la seconde partie. Cette entrée dans « le monde de l’aventure », le protagoniste ne peut plus revenir en arrière il ne peut plus qu’avancer dans l’aventure et se confronter au conflit principal.
Cordialement Camille

le thème

le thème est une importante facette d’une histoire mémorable. Mais, nous lisons pour nous distraire, mais aussi pour apprendre, pour grandir, et pour ouvrir notre horizon. Alors n’imposez pas vos convictions violemment, restez ouvert à toute expérience humaine, apportez votre point de vue sur la façon dont vous voyez le monde qui nous entoure et essayez de le faire partager à vos lecteurs, mais, soyez honnête et ne préchez pas pour convaincre à tout prix vos lecteurs. produisez un message sans être pesant avec des arguments et des croyances. Contentez vous de donner votre vision du monde sans insister outre mesure. Ce n’est pas le rôle d’un ouvrage de fiction de vouloir démontrer quelque chose.
Le thème est la leçon que vos personnages vont apprendre ou n’ont pas appris à la fin de l’histoire.
cordialement Camille

intérieur et extérieur

Chaque scène doit inclure le combat « extérieur » (la réaction physique au conflit) et le combat « intérieur » ( la réaction psychologique et émotionnelle aux évènements).
En combinant le conflit interne et le conflit externe, vous apportez de la variation dans le conflit au sein de votre histoire, cela fait grandir les enjeux, et prépare à la résolution.
L’idéal c’est d’amener le conflit extérieur et le conflit intérieur à la phase du climax en même temps.
Commencez votre histoire avec un maximum de conflits possibles et d’obstacles ceci pour capter l’attention et l’intérêt de votre lecteur, puis continuez dans cette voie pour amener le lecteur à poursuivre sa lecture. Mais gardez des munitions pour la suite de votre récit. Conservez un bon équilibre, trouvez le bon niveau.
cordialement Camille