l’escalier

On peut voir un roman comme un escalier dont les marches seraient les buts poursuivis par les personnages de vos scènes. On passe ainsi marche après marche d’un but à un autre pour finalement arriver à l’étage.
Un but conduit à un résultat qui entraine un nouveau but et ainsi de suite.
Si nous construisons notre escalier c’est pour arriver à l’objectif principal qui est le but suprême. Mais l’histoire débute obligatoirement avec un but principal.
Par exemple, peut-être que votre héros veut que le chien de la voisine cesse de piétiner ses fleurs. Alors il sait qu’il doit prendre langue avec elle pour la convaincre de faire quelque chose, puis il découvre qu’elle est particulièrement séduisante et s’aperçoit qu’il a envie de sortir avec elle, alors il sait qu’il doit dépasser la mauvaise impression initiale qu’il avait d’elle à cause de son chien, puis il pense qu’il devrait lui offrir des fleurs…
Avant de mettre en oeuvre les buts de toutes ces petites scènes, vous savez qu’elles doivent conduire votre héros àu but principal : que le chien de la voisine cesse de piétiner ses plates-bandes.
Le plus important est de garder présent à l’esprit au fur et à mesure que vous identifiez chaque scène c’est qu’elles doivent être pertinente pour lui permettre d’atteindre le but principal.
cordialement Camille

Publicités

au fil de la plume

J’ai écris mes premiers romans « au fil de la plume », c’étaient des premiers jets, qui ne me prenaient que le temps pour écrire ou dicter, je partais d’une histoire que j’avais envie de raconter sans trop savoir comment j’allais m’y prendre. Les histoires étaient interressantes car, je m’appuyais sur des réalités. Mais, c’était seulement la base d’une matière à exploiter. Ces centaines de milliers de mots dorment dans des fichiers dans un disque dur d’autres ont été perdus. Tous ces textes nécessitent un long travail de mise en forme de restructuration et plus… avant même d’envisager d’être réécrits.
Je m’en servirai sans doute un jour. L’important à l’époque était pour moi de me libérer du besoin d’écrire qui me titillait.
Au fur et à mesure que l’on écrit on avance dans le processus créatif et on progresse dans son écriture, mais, il faut de plus en plus de temps pour écrire un récit. L’écriture est un long travail, mais comme c’est passionnant.
cordialement Camille

pourquoi

La raison d’être d’une scène est de faire avancer votre intrigue. Si le pourquoi de votre scène ne fait pas avancer l’intrigue, supprimez là. Elle n’a rien à faire dans votre roman.
La scène a comme votre histoire un début, un milieu et une fin. Le début c’est le but du personnage principal. Le milieu c’est son développement avec un « conflit », ce conflit c’est quelque chose qui vient retarder ou compliquer la façon dont votre personnage principal va pouvoir atteindre son but. votre personnage va devoir réagir. Quant à la fin de la scène elle sert à introduire la suivante. le problème créé par l’obstacle n’est pas résolu et sa situation pour atteindre son objectif s’est même compliquée, le point central de la scène marque la frontière entre l’action et la réaction de votre personnage principal.
On retrouve dans la scène les grandes lignes de la structure du roman et toujours après une action suit une réaction. C’est parce que le chasseur voit le tigre bondir sur lui qu’il va se défendre. C’est cela qui va faire tourner les pages à votre lecteur qui veut savoir ce qui va se passer.
cordialement Camille

l’idée de départ

L’idée de départ va vous permettre de bâtir le premier aspect de votre trame. Mais vous allez devoir l’adapter et la modifier pour exprimer votre thème, et, servir de fil conducteur pour construire votre intrigue.
Le point central de votre roman sera un tournant dans votre récit. Le héros ou l’héroïne aura tâtonné jusqu’à ce point central pour trouver des réponses et va avoir « une révélation » qui va lui permettre d’évoluer. Cette révélation est souvent la réponse au paradoxe personnel du personnage principal qui commence à réaliser sa fracture et décide de changer.
En changeant il sera en mesure de répondre à la question principale qui a été posée dans la première partie du roman et pourra dans la troisième partie donner sa réponse au thème choisi en montrant qu’il a évolué.
cordialement Camille

Le thème

Indissociable du roman, le thème c’est le sujet dont parle votre roman, et, votre roman c’est la réponse ou pas que vous apportez à votre thème.
Pour cela vous faites un « casting » et vous allez mettre en scène des personnages taillés pour vivre l’aventure qui va tout au long de votre récit leur permettre de chercher des réponses.
Vous devrez choisir un personnage principal qui à partir d’une idée de départ va évoluer pour être en mesure d’apporter une réponse sur le thème choisi.
votre rôle d’auteur n’est pas de convaincre ni d’imposer votre réponse, mais, d’offrir des réponses tout au long de votre écriture et d’apporter votre solution sans en douceur, sans insister.
cordialement Camille

Les 7 passages incontournables

Les bases structurelles d’un récit sont les mêmes quelque soit le genre d’histoire que l’on écrit et quelle qu’en soit la taille, qu’il s’agisse d’une nouvelle ou d’un roman.
Que vous écriviez d’instinct ou que vous planifiez c’est la même démarche. C’est simplement plus facile si vous planifiez, ce qui ne vous empêche pas d’écrire à l’instinct à l’intérieur de cette base structurelle. Mais vous devez de toute façon savoir où vous en êtes dans votre roman.
Les sept passages incontournables dans la structure d’un récit :

  1. l’accroche
  2. l’incident déclencheur et l’évènement clé
  3. la période de réactions du héros
  4. le point central
  5. la période d’actions du héros
  6. le climax
  7. la résolution

cordialement Camille

la résolution

C’est toujours un peu triste, car, c’est la touche finale du récit, c’est aussi la fin de tout le plaisir que vous avez pris pour rédiger votre roman. Vous devez dire au revoir à vos personnages ainsi qu’à votre lecteur.
Elle intervient après le climax jusqu’à la dernière page de votre roman. Vous pourriez arrêter votre roman à la fin du climax, mais, votre lecteur serait déçu. Après l’intensité du climax, le lecteur a besoin de se détendre. Il veut savoir ce qui va arriver au protagoniste dans le futur après son évolution, après l’avoir vu changer et s’être intéressé à lui, bien que tout soit résolu, elle va vous permettre de laisser au lecteur un sentiment de satisfaction en lui laissant un sentiment de réalisme, l’imagination du lecteur va lui permettre d’imaginer la suite de l’histoire.
Ce n’est pas seulement la fin de votre roman, mais le début de l’histoire que vos personnages vivront une fois que le lecteur aura refermé le livre, c’est la promesse que la vie de vos personnages va continuer dans l’imagination du lecteur.
cordialement Camille