les priorités

L’évolution du personnage passe par un changement dans ses priorités. À un moment de l’intrigue il prend conscience des causes et des raisons qui l’empêchent d’atteindre son but. Ce peut être parce qu’il s’aperçoit qu’il s’est trompé sur ce qu’il voulait vraiment, ou bien parce que ses méthodes ou sa morale pour atteindre son but ne sont pas adaptées à la situation.
Ne créez pas un problème à votre personnage principal qui n’a rien à voir avec votre histoire dans son ensemble afin de ne pas séparer le personnage de l’intrigue. Car, vous allez vous creuser la cervelle, pour en arriver à la conclusion que vous n’avez pas suffisamment creusé votre personnage. L’évolution de votre personnage est liée à l’erreur qu’il commet sur ses véritables besoins. Que sa vie soit horrible ou fantastique, le mal est profondément enfoui et il faut creuser sous la surface du personnage pour dénicher cette méprise qui l’empêche d’ateindre son but réel.
cordialement Camille

Publicités

vivant

écrire « machin » est un gentil garçon est moins intéressant et surtout nous apprend moins de chose que de lire: « machin » attrapa son porte monnaie dans sa poche et glissa plusieurs pièces dans la main du mendiant au coin de la rue.
Lorsque nous montrons un personnage en action le lecteur tire lui même sa propre conclusion et établit son propre jugement sur, qui est réellement le personnage. Cela lui permet de le visualiser, c’est donner de la vie à un personnage, une certaine personnalité, le faire respirer sur la page, c’est une façon de le faire réagir à une situation ou un évènement d’une façon palpable. Plus généralement d’en faire quelqu’un de vivant comme chacun de nous.
cordialement Camille

évolution

Les personnages de romans sont à l’image des êtres vivants, il n’aiment pas le changement et lui résistent. La lutte pour éviter le changement, va entrainer le personnage à franchir des obstacles et à trouver des solutions pour résoudre les conflits. C’est ainsi que l’intrigue s’impose. C’est une des multiples façons pour exprimer le lien qui lie d’une manière inextricable l’évolution du personnage à une intrigue. L’intrigue « extérieure » relate le parcours interne du personnage. L’intrigue est la manifestation simple du combat que livre le personnage pour atteindre son but. Il veut quelque chose, et, comme il ne peut pas l’avoir, il poursuit son effort et se bat pour arriver à ses fins.
cordialement Camille

un nom

Permettre à son public d’interagir avec une histoire, lui faire vivre un moment privilégié, pour favoriser le développement du capital sympathie du lecteur vis à vis de l’auteur pour créer un marché pour que le lecteur ait envie de partager l’auteur qu’il vient de découvrir avec ses amis ou ses proches est un premier pas pour développer le « bouche à oreille » dont rêve tous les auteurs.
Faites parler vos personnages, n’hésitez pas à leur demander : mais, quel est donc ton problème, que me caches tu? Ce simple questionnement à l’égard d’un personnage vous surprendra par les confessions que vous parviendrez à tirer du personnage. Ce genre d’outil peut faire des miracles en brisant les murs que rencontre un auteur face à ses personnages.
Un personnage qui se nomme polka offre des possibilités différentes par rapport à celui qui s’appelle dupont ou celui qui se nomme surrey, même si vous n’avez jamais évoqué ses origines ethniques. Soyez donc vigilant par rapport aux noms que vous donnez à vos héros.
cordialement Camille

action, inaction

Vos personnages se définissent par leurs actions. Ce n’est pas ce qu’ils sont réellement, mais leurs actions qui les précisent aux yeux des lecteurs.
c’est facile d’énoncer les intentions d’un personnage, aussi nous devons être vigilants de ne pas en abuser, car le lecteur n’est pas toujours interressé par un long détail pour planifier et expliquer ce que le héros a l’intention d’accomplir. Ce qui l’intéresse d’avantage, c’est ce qu’il fait dans l’instant, et, ceci parce qu’il est beaucoup plus captivant de voir comment il se sort d’un conflit délicat ou d’une situation périlleuse que d’écouter le récit d’un spectateur qui tranquillement assis en fait une analyse. L’action captive beaucoup plus que l’inaction.
cordialement Camille

persévérance

On parle peu de la persévérance et de la patience, cependant c’est essentiel. C’est l’addition des échecs qui crée la réussite. On apprend de ses erreurs en prenant de l’expérience, c’est pourquoi la « visualisation » de la réussite permet d’imaginer les étapes nécessaires au succès. Mais, rares sont ceux qui réussissent au premier essai, ce peut être le fruit du hasard, de la chance… Dans tous les cas pour durer, même dans les cas les plus favorables, il faut persévérer et ne pas redouter les traversées de désert, elles font partie du succès. La vie est un fleuve tranquille seulement pour celui qui aime se battre et cela à chaque instant de sa vie. Personnellement, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui voulait vraiment quelque chose et qui ne l’ait pas obtenu. La véritable difficulté c’est que beaucoup de personnes ne savent pas ce qu’elle veulent vraiment, ou, se trompent sur leurs véritables désirs. Nous voulons tous et toutes être heureux, mais chacun à sa façon. Dans un roman le héros au cours du récit va transformer son « défaut » pour en faire un outil pour atteindre son objectif final et, si il ne l’atteint pas dans cette histoire, il l’atteindra dans une autre… Mais, nous aimons tous et toutes les histoires qui finissent bien, alors terminons nos romans avec du bonheur.
Cordialement Camille

créer une communauté de lecteurs et lectrices

Lorsque le roman délivre des contenus informatifs, pratiques, utiles, divertissants… il construit une relation forte avec le lecteur, comme si il entrait en « conversation » avec lui. Or, bâtir et entretenir une relation sur le long terme, établir un lien plus profond, plus affectif, n’est-ce pas ce que recherche un auteur?
Tout ceci contribue à renforcer l’attractivité du roman et surtout à inciter le lecteur à ne pas quitter sa lecture. Cela crée également une véritable communauté qui se forme et se défait au gré des romans avec des lecteurs et des lectrices qui n’ont pas besoin d’entrer en contact physiquement les uns avec les autres.
cordialement Camille