Les personnages

L’écrivain manipule à son gré les personnages de son histoire. Concevoir les personnages d’une histoire est une tâche longue mais c’est probablement aussi la plus passionnante.
Trouvez comment chaque personnage doit se comporter et réagir : adolescent, adulte, enfant, … suivant son passé, son éducation, l’époque où il vit, ses traits de caractère, … Pour cela vous devez bien choisir les mots et sa façon de parler.
Un héros doit être intéressant, sympathique et conflictuel (tiraillé entre ses forces et ses faiblesses). Introduisez le désir ardent du héros dès le premier chapitre, transformez le héros en une personne meilleure tout au long du livre. Donnez lui un désir ardent, une grande faiblesse, et une qualité essentielle
Ne mentionnez jamais directement l’âge des personnages, faites-le déduire par le lecteur
Un bon héros a de bonnes intentions, est respectueux et a de l’empathie. Poussez le héros à reconnaître, à identifier et à accepter sa principale faiblesse et sa principale force
cordialement Camille

Publicités

La recherche

Si vous voulez une histoire crédible et réaliste, un travail de recherche est indispensable. Cela est aussi très utile si vous voulez instaurer une ambiance particulière (évènement historique, particularités d’une époque, …) dans l’œuvre.
N’hésitez pas à Interviewez des experts pour vos recherches, conservez ses dans des dossiers et notez bien les sources.
Les recherches servent à rendre une histoire riche et crédible. On n’écrit jamais un roman « par hasard ». Derrière l’ouvrage, il y a une idée, une envie, un désir de forte intensité. Seulement, il arrive qu’on soit confus, troublé, hésitant sur ce qu’on va écrire aussi, écrivez sur ce que vous connaissez : un genre de personnage, un environnement particulier où l’histoire se déroule, un sujet autour duquel l’histoire est bâtie, …
cordialement Camille

paradoxe

Le paradoxe, que l’on découvre dans la personnalité d’un protagoniste est un élément essentiel dans un roman. Le héros poussé par l’incident déclencheur se jette dans l’aventure pour résoudre la question principale du roman.
Mais cette contradiction qui fait partie de sa personnalité laisse au protagoniste un mal être, et au fil des pages du roman il va découvrir que l’aventure dans laquelle il s’est engouffré et dont il cherche à trouver la solution n’est pas ce qui compte vraiment pour lui. Il va prendre conscience que ce qui est vraiment important pour lui, c’est de résoudre son problème personnel.
Lorsque le problème de cette contradiction sera résolu au cours du roman le protagoniste aura changé. c’est la résolution. Peut-être aura t’il trouvé la solution posée par le problème principal ou pas.
cordialement Camille

connaitre son audience

Le facteur nostalgie (revivre l’adolescence ou l’enfance, revivre un souvenir particulier, …) a une certaine importance pour les lecteurs. C’est pourquoi les adultes lisent aussi des histoires comme Harry Potter ou Le Seigneur des anneaux.
Lisez beaucoup d’œuvres dans le genre que vous écrivez pour essayer de vraiment « sentir » et connaître votre audience.
Les lecteurs veulent être le plus proche possible de l’action. Ils veulent entendre directement les personnages, il faut donc mettre le lecteur au cœur de l’action en sollicitant ses sens plutôt que de le placer en simple spectateur.
Soyez le plus possible imprévisible dans le déroulement de l’histoire. Préparez beaucoup de surprises pour le lecteur.
cordialement Camille

photo de vacances

Cet été vous avez pris des photos pendant vos vacances ! Parce que tous les prétextes sont bons pour écrire, c’est le moment d’en choisir une au hasard dans votre collection et de vous en servir pour faire un exercice de créativité.
Décrivez ce que vous voyez sur cette photo, soignez les détails, puis maintenant, passez à ce que l’on ne voit pas, racontez ce qu’il y a derrière cette image, ce que l’on ne voit pas. L’histoire derrière cette photographie, c’est ce qui c’est passé avant où après la prise de vue, ce que l’image ne montre pas physiquement, des enfants qui crient, une engueulade avec votre épouse…
cordialement Camille

Sacha Guitry

Durant le mois d’Août j’ai relu quelques pièces de théâtre de Sacha Guitry, je les avais toutes vues dans mon adolescence avec beaucoup de plaisir.
Elles sont d’une autre époque, mais, les monologues de Sacha Guitry restent légers et agréables.

À la fois auteur, comédien, réalisateur, Sacha Guitry a réalisé 36  films (dont 17 sont tirés de son théâtre et 19 réalisés à partir de scénarios originaux) et 124 pièces de théâtre en 56 ans de vie artistique. Beaucoup de ses pièces furent de grands succès et sont restés comme des classiques de théâtre français.

Entre 1903 et 1954, Sacha Guitry fait éditer ou publier 32 ouvrages divers, 9 oeuvres posthumes suivront. Sa bibliographie comporte plus de 210 volumes.

Sacha Guitry est le fils de Lucien Guitry un grand acteur de théâtre, Il eut comme amis de grands peintres comme Claude Monnet dont il possédait plusieurs tableaux. Il côtoya de grands écrivains comme Alphonse Allais, Georges Courteline, Octave Mirbeau, Georges Feydeau, Tristan Bernard, Anatole France, Edmond Rostand.

cordialement Camille

Le jardin du Luxembourg

28 août 2017. Le jardin du Luxembourg
Mais après quoi courent donc tous ces parisiens et parisiennes dans le jardin du Luxembourg dès 7h30 le matin?
Jeunes, vieux, il trottinent dans les allées comme si leur vie en dépendait.

Entré par la porte Vavin qui fait face à la rue d’Assas, j’avais été tenté de traverser le jardin de Marie De Médicis en diagonale pour sortir le long du Sénat par la porte Odéon. Mais, Je m’arrêtais en route et m’asseyais sur un des nombreux fauteuils que l’on trouve un peu partout dans ce parc pour regarder passer ces victimes de l’américanisation trempées de sueur.
Quel défilé c’était !
Les pelouses bien entretenues par le Sénat, Les massifs de fleurs, les arbres aux essences rares, tout m’enchantait, j’étais bien, serain. Le soleil de cette journée d’août qui s’annonçait belle, était de la partie. Le ciel était d’un bleu uni, chose rare à Paris.

Quelques rares promeneurs profitaient de ce calme. Des oiseaux pépiaient, d’autres roucoulaient ignorant le souffle bruyant comme un râle des coureurs qui passaient, leurs T-shirts tachés de transpiration. La nature mélangeait ses fragrances avec les odeurs de transpiration et autres relents, mais, je ne parvenais pas à déceler une odeur dominante. La couleur verte, partout, avec de multiples nuances était apaisante.

Les gravillons de l’allée crissaient sous les pas des passants, certains trainants, d’autres plus dynamiques, mais toujours pressés, comme dans l’urgence.
Les rayons du soleil dessinaient sur les pelouses des ombres qui les faisaient passer du vert clair au vert foncé anglais.

Devant moi, un massif de fleurs mauves et rouges vif, s’étalait et poussait en hauteur. Quelques pigeons trottinaient indifférents au défilé des shorts, sans doute à la recherche de quelques graines.

Au fur et à mesure du temps qui passait, les coureurs se faisaient plus rares et, étaient remplacés pas des promeneurs et promeneuses qui venaient profiter de la paix profonde de ce lieu délicieux en plein Paris. Je poursuivais ma méditation tandis que passaient sans rien voir ces coureurs qui semblaient n’avoir qu’un seul but : transpirer.
cordialement Camille