Soyons heureux

141907 – 41/195
La lecture de romans peut constituer une remarquable thérapeutique pour résoudre certains de nos problèmes. Le plus difficile est de trouver celui qui convient au bon moment.
C’est en lisant « stupeur et tremblement » de la romancière Belge Amélie Nothomb , que je me suis rendu compte que tout ce que subissait son héroïne dans le roman pouvait constituer une excellente thérapeutique pour quelqu’un qui souffrirait de harcèlement au bureau en comparant la souffrance de l’héroïne avec celle que subit une victime dans la vie.
Pour ceux et celles qui adhèrent à cette idéologie moderne qui considèrent que la science est un outil pour tout prévoir, ils oublient que l’on peut toujours a postériori trouvé des causes à ce qui s’est passé, mais par exemple, les attentats du 11 septembre à New York sur les deux tours jumelles ont surpris tout le monde. Mais, cet évènement imprévisible a bel et bien existé.
En fait, croire que l’avenir est largement prévisible c’est se rendre malheureux inutilement. Car, le hasard existe bel et bien et il est plus important que les soi-disant prédictions.
Alors pourquoi se culpabiliser. Soyons heureux ici et maintenant sans se tourmenter pour un avenir imprévisible et incertain. Je sais, le réchauffement climatique… Mais demain n’appartient à personne.
Notre vision du monde est parcourue par de nombreux courants qui varient avec chaque époque. Ces différentes tendances peuvent être ramenées dans l’écriture à quatre grandes options :
le classicisme, le romantisme, le baroque et le précieux. Elles jettent un éclairage intéressant sur les différents styles artistiques actuels.
L’homme se déporte vers le rationnel le réalisme et l’ordre social : C’est le classicisme.
L’homme se tourne vers sa subjectivité, ses sentiments et entre en lutte contre la société : c’est le romantisme.
Quand l’homme se tourne dans une autre direction, il se matérialise en insufflant une âme à la matière : c’est le baroque.
Lorsque nous avons une opposition entre la raison et l’émotion et le réalisme contre l’imagination nous avons le genre précieux.
Ces quatre tendances sont notre univers littéraire. Mais en réalité on peut construire deux types de récits : soit des illiades, soit des odyssées. Ils entrainent deux types de scénarios et deux types de héros. Mais, la question qui se pose toujours est : Le héros est-il adapté à son environnement? Après quel bonheur coure t-il ?
Cordialement Camille Saintonge

Publicités

Nos émotions

121907 – 39/195
Nos émotions ne sont pas si nombreuses que cela et, l’intrigue d’un roman c’est l’exposition d’une émotion principale qui est un fil conducteur. Qu’il soit question d’une tentative audacieuse où l’on va retrouver l’objet de la tentative et l’adversaire qui veut la faire échouer ou d’un enlèvement qui va faire intervenir un ravisseur, la chose ou l’individu ravi, et le gardien, les schémas depuis la nuit des temps restent les mêmes.
Seules les émotions qui constituent l’intrigue changent avec les possibilités qu’offrent toute intrigue.
L’intrigue a toujours trois volets au moins, dans une énigme par exemple, il y a celui qui s’interroge, celui qui cherche et la problématique.
Le lecteur ignorant tout de l’histoire et curieux, cherche avec le héros à résoudre le problème et s’absorbe tellement dans cette recherche (l’auteur fait tout pour cela) que l’on pourrait croire qu’il en va de sa vie. C’est le combat de l’intelligence contre ce qu’a voulu celui ou celle qui est à l’origine de l’énigme.
Quelque soit l’émotion qui est à la base de l’intrigue elle existe depuis la nuit des temps et a déjà été utilisée dans l’écriture un nombre considérable de fois. Mais, elle n’a pas été encore écrite par vous.
Goethe déclarait qu’il s’inspirait de ce que d’autres avaient écrits avant lui pour bâtir ses intrigues et il faisait de même pour certaines scènes qu’il avait trouvé inspirantes chez d’autres auteurs.
Vous avez le choix entre une dizaine de milliers de personnages rien que dans la littérature grecque que vous pouvez faire évoluer sous vos yeux en relisant ces textes anciens. C’est déjà énorme pour l’espace dédié à un roman et si vous ajoutez à cela les principaux textes publiés depuis ces temps anciens jusqu’à nos jours un auteur ne manque pas de matière pour s’inspirer.
On retrouve dans tout ce qui a été écrit y compris la bible, le défilé des 36 émotions qui font se mouvoir les êtres humains.
Cordialement Camille Saintonge

écriture et dessin

61907 – 35/195
Le temps des vacances est là et le soleil aussi. Je souhaite donc de bonnes vacances à ceux et à celles qui changent leurs habitudes pendant cette période estivale.
Pourquoi ne pas tirer profit de cette période estivale pour se lancer dans la réalisation d’un carnet de voyage et à pratiquer le dessin. Mon propos peut paraitre étrange, pourtant il se rapporte à l’écriture.
Dessiner c’est apprendre non seulement à regarder, mais surtout à voir. Vous n’avez besoin que d’un crayon et de papier sans oublier une gomme.
Nombreux sont ceux et celles qui se sont arrêté de dessiner après la maternelle, et, c’est dommage, mais ils croyaient être nul en dessin. Pourtant ils étaient capables de tracer un carré, un rond, un rectangle ou un triangle et c’est suffisant pour dessiner. Pas une oeuvre d’art car, dessiner n’est pas obligatoirement la représentation plus ou moins fidèle d’un modèle, mais, simplement de mettre en scène un ou plusieurs personnages, un décor, un paysage, des objets… Et de présenter l’aperçu d’une idée. C’est un simple tracé.
La première chose à faire est de délimiter l’espace où va se dérouler votre scène, et un rectangle vous pouvez le tracer, c’est le lieu de votre dessin, que voyez vous ? Quelles sont les limites… Une simple ligne droite va déterminer l’horizon et suivant l’endroit où ou la placez sur votre feuille va déterminer la taille de vos personnages, les voyez vous en entier avec derrière et au loin un superbe lever de soleil, les voyez vous en bustes autour d’une table et ce que vous voyez de la pièce se résume t’il à une bibliothèque remplie de livres derrière le personnage qui écoute, ne voyez vous que les visages…
Ce cadrage est le même que celui que vous devez décrire dans une scène. Réfléchissez à ce que vous voulez dessiner, voulez-vous attirer l’attention sur un détail vestimentaire, sur une expression d’un de vos personnages ou sur une attitude? Ne commencez pas par les détails, pensez d’abord au cadrage. Les très gros plans et les gros plans mettent l’accent sur l’émotion, l’expression et le caractère du personnage. Le plan moyen et le plan américain permettent de mettre en scène le personnage, sa gestuelle et l’environnement dans lequel il se trouve. Plus le personnage est lointain, plus l’attention se porte sur l’environnement où se situe l’action et à l’atmosphère qui s’en dégage.
Cordialement Camille Saintonge

Je vous ai à l’oeil

41907 – 34/195
Dans une conversation entre deux personnes, la personne qui écoute tire 50% des informations sur la personne qui parle par sa perception des gestes et attitudes de la personne qui parle.
C’est surprenant, mais pensez que vous ne communiquez avec vos animaux domestiques de cette façon et que cela fonctionne. Vous avez l’impression que votre animal de compagnie vous comprend et vous même le comprenez.
Il en va de même dans la vie de chaque jour et encore plus lorsque vous écrivez un dialogue entre deux personnes, il est indispensable de décrire les gestes qui se déroulent dans la scène ainsi que de préciser la tonalité. L’intonation de la voix fournit 30% d’informations sur l’état de celui qui parle, aussi ne négligez pas de l’évoquer. Les paroles arrivent en dernière place et ne représentent que 20% dans un processus de communication.
Les SMS, Emails, Chat, nous privent aujourd’hui de beaucoup d’informations dans notre communication avec autrui.
Nos mimiques, nos gestes, nos postures, notre ton, notre prononciation sont des informations que nos mots doivent reproduire dans un dialogue.
Les mimiques sont liées au visage, mais toutes les autres parties du corps expriment quelque chose.
Ne dit t’on pas par exemple « que les yeux sont le miroir de l’âme ». La direction du regard, son intensité à regarder quelque chose en particulier, la durée du contact visuel…
L’intérêt se marque par des pupilles grandes et rondes, mais l’on fait aussi les grands yeux lorsque l’on est dans une situation de peur ou de choc. Des pupilles contractées marquent une forte réflexion ou que l’on affronte une situation désagréable etc.
cordialement Camille Saintonge

Le Falun Dafa

281906 – 28/195
Depuis cinq mille ans les chinois pratiquent cette discipline pour améliorer la santé. Ils sont des dizaines de milliers dans les parcs et sur les places publiques à s’adonner au falun dafa et l’on ne compte plus le nombre de personnes qui nous disent avoir bénéficié de ses bienfaits.
Cinq figures à pratiquer, pas une de plus. Rien d’autre n’est nécessaire en dehors du temps que vous consacrez à sa pratique. Tout le monde peut faire ses exercices Simples. Il suffit de consacrer un peu de son temps pour profiter de ses bienfaits. C’est gratuit, aucun équipement particulier n’est nécessaire.
Vous avez forcément croisé dans un lieu public des adeptes de cette discipline, car, des millions de personnes s’y adonnent dans le monde. Cette « gymnastique » ancestrale apporte santé et bonheur…
Commencez à pratiquer les exercices de Falun Dafa et vous en sentirez rapidement les bienfaits. Fini le stress et les angoisses, votre confiance en vous sera renforcée, et, si vous souffrez d’une maladie considérée comme incurable par la médecine traditionnelle, vous serez certainement surpris de constater que votre santé s’améliore au fil des séances. C’est comme tout, il suffit parfois seulement d’y croire, et, de toute les façons que risquez-vous d’essayer?
J’ai écris un ouvrage sur le sujet qui décrit les exercices à pratiquer. Cette publication est disponible sur Internet dans un format PDF que vous pouvez télécharger gratuitement sur le site « escapadeclubinc.org » et commencer à pratiquer.
Une version papier sera bientôt disponible, qui elle sera payante, frais d’impression obligent.
Vous trouverez toutes les informations sur cette discipline dans le magazine gratuit « escapade club ». Pour recevoir le magazine il suffit de se rendre sur le site « escapadeclubinc.org »
cordialement Camille Saintonge

Écrire pour les autres

251906 – 27/195
Pour reprendre l’expression consacrée à cette activité dont la formulation n’est plus pratiquement correcte « être le nègre de quelqu’un » mais que tout le monde comprend.
C’est pourtant une activité qui n’a rien de péjoratif et qui peut même s’avérer porteuse d’un revenu qui permet à leurs auteurs d’en vivre en toute liberté et de pratiquement n’importe où à condition d’avoir une liaison internet qui fonctionne et un ordinateur.
J’ai trouvé une expression sur internet pour qualifier cette activité: « le prête-plume », pourquoi pas, mais, il n’y a pas la-dedans le même contenu, car celui qui écrit pour les autres ne prête rien, il facture son travail et se fait payer d’avance. Mais, il faut bien accepter l’hypocrisie de la société actuelle si l’on ne veut pas choquer ceux et celles qui se nourrissent de tout ce qui est négatif.
Parfois je me demande si les gens qui sont assidus à une religion ne le sont pas pour se faire pardonner les saloperies qu’ils font aux autres au quotidien et compensent par un comportement de croyant inconditionnel en se donnant toutes les apparences de la vertu outragée pour tout ce qui n’est pas politiquement correct…
Vraiment l’âme humaine a des côtés obscurs.
Cette activité freelance fait partie des actions que l’on peut entreprendre pour travailler de n’importe où.
Mais, c’est une activité difficile, car, elle demande non seulement de savoir écrire, mais, d’avoir une organisation personnelle très développée. Une fois le client trouvé il faut définir la tâche à accomplir, la diviser en une multitude de sous-taches qui au fur et à mesure de l’avancement des travaux vont faire l’objet de la facturation au client. La communication entre celui qui fait et le client doit être d’une grande qualité et permanente. Ne pas oublier que l’accord du client est indispensable pour éviter les malentendus et éviter de très nombreux retours. De plus il faut comprendre ce que veut le client pour pouvoir lui donner satisfaction , ce qui n’est pas toujours ni facile ni évident.
Cordialement Camille Saintonge

Changer sa vie

201906 – 15/195
Je publiais il y a plus de vingt années maintenant sous un autre nom de plume un ouvrage sur les paradis fiscaux.
Il se vendit très bien, j’étais le premier à écrire ce genre d’ouvrage en français. Ce fut un succès qui m’apporta beaucoup de soucis et d’ennuis, mais également un courrier considérable pour l’époque : plus de mille lettres chaque semaine pendant plusieurs mois.
Je découvris à cette occasion que la plus grande part des candidats à l’évasion fiscale ne souhaitaient pas payer moins d’impôts par goût de l’argent, mais pour s’affranchir d’un système qui leur convenait de moins en moins.
Ce constat m’amena à écrire un autre ouvrage qui s’intitulait « le guide des activités portables ». J’y compilai un inventaire d’activités et j’expliquai quelles activités on pouvait pratiquer pour travailler de n’importe où dans le monde et profiter en toute légalité des paradis fiscaux lorsque l’on n’était plus résident français. Mais, il était trop tôt, les gens n’étaient pas prêts à partir à l’aventure, cela ne concernait qu’un tout petit nombre… Ce fut un échec.
Aujourd’hui les choses ont vraiment évolué. Il y a de plus en plus de candidats pour sauver la planète, l’écologie est à la mode, le bateau, le camion aménagé sont à la portée d’un grand nombre d’individus.
Mais, que cherchent les écologistes et les candidats au voyage si ce n’est de retrouver un environnement qui leur convient mieux. Je constate dans la démarche actuelle de tous les gens qui veulent du bio, moins de déchets, plus de liberté … la même motivation qu’avaient il y a plus de vingt années maintenant les candidats à l’évasion fiscale : Ils veulent un autre environnement, plus de liberté, une vie plus paisible et le respect de certaines valeurs …
En réalité les excès de la société de consommation et l’anéantissement des valeurs traditionnelles remplacées de plus en plus par « l’argent » est en train d’entrainer une prise de conscience d’un public de plus en plus large qui commence à faire la différence entre ses désirs manipulés par le marketing et ses besoins réels.
Dans un roman le déséquilibre du héros ou de l’héroïne entre ses besoins et ses désirs lui permet d’évoluer lorsqu’il en prend conscience et de devenir plus heureux.
cordialement Camille Saintonge