l’argent des plus modestes

Une république en marche avec l’argent des plus modestes. Augmentation du prix du paquet de cigarettes, le prix du gasoil passe au même prix que celui de l’essence, CSG, TVA…
Le peuple s’est bien fait manipuler, en est-il conscient ? Non, sans doute, les constructions de l’esprit sans fondement ont la vie dure, les mirages collectifs de satisfaction, servis par des médias qui ne recherchent qu’un peu d’audimat, remplacent une réalité quotidienne de plus en plus difficile. Tant qu’il reste encore un mince filet d’air pour respirer, les plus démunis un peu plus assommés sous les coups de leurs difficultés s’accrochent à leur survie, épuisés, sans espoir, survivants d’une société et d’une culture en voie de disparition.
cordialement Camille

dans un avion

Dans un avion ayant atteint son altitude de croisière, le commandant de bord branche le micro et annonce aux passagers :
« Mesdames et Messieurs, nous avons atteint notre altitude de croisière qui est de 12000 m d’altitude. La température extérieure est de -60 degrés, et notre vitesse est de Mach 1. »
Puis, malencontreusement, il oublie de déconnecter le micro, et dit au copilote : « Continue tout seul à piloter l’engin. Moi, je vais aller pisser un coup, et après je vais me sauter la petite hôtesse qui vient d’arriver dans notre compagnie… »
Rouge de confusion, l’hôtesse ayant entendu ce monologue depuis la cabine du fond, remonte le couloir de l’avion pour aller avertir le commandant de la grosse bourde.
Puis, en plein milieu de la carlingue, une vieille dame arrête notre hôtesse et lui dit : « Doucement, vous avez le temps ma petite, il a dit qu’il allait d’abord aux toilettes ! »
trouvé sur internet.

La France précaire

Chaque semaine l’américanisation de la France progresse. On voit de plus en plus naitre des associations, des entreprises, qui offrent des « emplois » en masquant la réalité de leurs offres sous des apparences variées qui vont de l’humanitaire à l’opportunité à saisir… Mais il ne s’agit que d’emplois précaires. Leur caractéristique est d’offrir un revenu insuffisant pour en vivre malgré le nombre d’heures considérable que ceux qui les occupent doivent fournir pour pouvoir améliorer modestement leurs ressources pour survivre.
Dans une France de plus en plus pauvre l’on voit la rémunération de l’heure de travail baisser bien en dessous du smig.
Ces emplois n’enrichissent que les organisations qui en vivent en exploitant la misère de ceux qui y travaillent.
L’on pourrait se demander pourquoi il existe de plus en plus d’organisations de ce type ? C’est simplement parce que l’état contribue indirectement aux développement de ces organisations en offrant des avantages particuliers…
D’un autre côté cela peut permettre à des gens dans le besoin de vivre moins mal.
cordialement Camille

naviguer

lagoon620-navigation1-2017-07-7-15-18.jpg
Naviguer sur un catamaran n’a rien à voir avec un monocoque. C’est beaucoup plus confortable pour dormir, faire la cuisine, manger… tout y est plus facile, on dispose d’un congélateur, le frigidaire y est plus grand, il y a un lave linge, il y a plus d’espace dans les cabines, le carré est plus important, le pont arrière offre une surface de réception et un espace à vivre… Pas besoin d’économiser l’eau de la douche, le déssalinisateur fournit suffisamment d’eau douce pour que l’on en manque pas, même pour de longues traversées, sa stabilité et l’espace plus important à bord diminue la promiscuité source de conflits à bord d’un monocoque. Les équipements facilitent les manoeuvres… Il procure le confort d’une résidence à terre, les plaques solaires et l’éolienne suffisent pour recharger les batteries et on dispose en plus d’un générateur qui peut assurer un complément si c’est nécessaire. L’énergie à bord est suffisante au mouillage et donne beaucoup plus de libertés et d’indépendance…
cordialement Camille

un parfum de liberté

Je l’écris souvent, la politique n’est pas ma tasse de thé. Les médias sont à mon sens de moins en moins crédibles et de plus en plus sujet à caution. J’ai de ce fait ces derniers temps fixé mon temps d’audience télévisuelle en semaine à guère plus de cinq minutes chaque jour pour écouter les grands titres et zéro le week-end. C’est encore beaucoup trop puisque les choix sont orientés et représentent déjà une manipulation. J’ai par contre choisi d’écrire une série d’articles sur les manipulations au cours de ce mois de Juillet, car, je crois ce qu’il reste de notre « démocratie » en danger et je souhaite faire ma part (comme le colibri) pour contribuer à défendre un parfum de liberté, pour que l’on en ait au moins des fragrances.
cordialement Camille

la parenthèse

Non, vraiment cette période de l’année n’est pas celle que je préfère. C’est l’époque où une partie des habitants des grandes ville est partie pour d’autres cieux, à la poursuite de rêves qui pour certains se transformeront en cauchemars.
Rien n’est pareil pendant ces deux mois d’été, la vie continue mais, le rythme n’est plus le même, lorsqu’il fait chaud ceux qui restent voudraient être parti et ceux qui sont parti pensent déjà qu’il va falloir rentrer.
Si il fait mauvais temps, les vacanciers tentent malgré tout de passer de bons moments, mais ces changements d’activités ou d’habitudes ont toujours le goût âpre d’une période éphémère.
Ceux qui sont au travail ont tendances à reporter un maximum de tâches pour la rentrée ce qui fait que rien n’avance, on se heurte en permanence à des obstacles dans la vie quotidienne, absence, fermeture… C’est une période de semi-sommeil, ou la vie est entre parenthèse jusqu’à la rentrée.
cordialement Camille