comment j’ai perdu 20kg

101904 – 17/193

Parce que j’ai perdu 20kg il y a deux années sans les reprendre et surtout sans faire de régime. J’ai eu envie de vous dire comment, afin d’en faire profiter d’autres, qui, comme moi voudraient perdre leurs kilos superflus.
Pendant des années j’ai fait des régimes qui m’entrainaient des frustrations et des privations, mais surtout, qui ne m’empêchaient pas de reprendre des kilos dés que j’arrêtais un régime.
J’ai au cours du temps testé de nombreux régimes qui se terminaient en catastrophe. Au bout d’un temps plus ou moins long, je craquais et j’arrêtais mon régime et, mes kilos revenaient.
Un jour j’ai décidé de réagir et d’arrêter de me priver et de me faire du mal, mais, j’avais toujours envie de perdre du poids.
À la même époque un problème dentaire m’a particulièrement handicapé, et, pendant trois mois, j’ai souffert des dents. Comme c’était douloureux j’ai limité la durée pour m’alimenter. Je mangeais ce que je voulais mais sur une période plus courte.
Un déjeuner à midi un quatre heure comme les enfants, et un diner vers 18h30 pour ne pas souffrir des dents à l’heure m’endormir.
Au bout de trois mois mes problèmes dentaires étaient résolus, et, je constatais que j’avais perdu 8kg sans me priver et en mangeant tout ce qui me faisait plaisir.
Je décidais de poursuivre et j’ai ainsi perdu 20 kg il y a de cela un peu plus de deux ans.
Depuis je continue de me nourrir entre midi et 19h en mangeant ce qui me plait, et, je n’ai pas repris de poids.
Je n’ai aucune qualification pour parler de diététique. Je vous livre cette expérience vécue qui je l’espère pourra être utile à ceux et celles qui veulent perdre du poids sans faire de régime.
cordialement Camille Saintonge

Publicités

la peur

Il y a de nombreuses années déjà, au cours d’un séjour au Liban pour des raisons professionnelles, c’était la guerre, il y avait des snipers, des bombes, des voitures piégées et autres douceurs. Ce qui m’avait étonné c’était les réactions et les pensées des habitants plongés dans cet univers violent.
Ils étaient capables de reconnaitre au bruit avant l’impact si cela allait tomber sur eux ou plus loin. Lorsque je dis plus loin cela veut dire à peine plus loin, peut-être à 200 mètres seulement de l’endroit où ils se trouvaient, au delà de cette distance cela n’inquiétait plus personne cela tombait ailleurs et ils vous disaient « oh c’est loin! » c’est pas pour nous. La vie continuait comme si de rien n’était, les jeunes sortaient au restaurant et en boite le soir sans que leurs parents ne s’inquiétent plus que des parents parisiens. Ils s’étaient habitués à vivre avec ces menaces qui demandaient des mesures particulières comme de dormir loin des fenêtres ou à festoyer dans les parkings… Mais ils n’avaient plus peur, ils étaient prudents c’était tout. Leur calme et leur détachement impressionnait le visiteur que j’étais et me rassurait, et sans doute par un phénomène d’osmose, je n’avais plus peur moi-même…
La peur est un moteur de manipulation efficace, mais, la nature humaine s’adapte vite et il arrive qu’elle se retourne contre ceux qui en abusent.
cordialement Camille

décalage horaire

Suivant le lieu d’ou je met en ligne un article, il s’affiche dans le blog avec un certain décalage dans le temps. Je publie mes articles pour qu’ils soient en ligne à 1h du matin heure française pour qu’ils soient visibles dans l’hémisphère nord aux amériques et en Europe chaque jour à la même heure, ces espaces territoriaux sont ceux où j’ai le plus de lectrices et de lecteurs. Peu de décalage horaire avec l’Afrique francophone, L’asie et le pacifique suivent le rythme. Mais, de temps en temps vous constaterez que suivant l’heure où vous consultez le blog csaintonge l’article du jour n’est pas toujours présent, alors qu’en revenant quelques heures plus tard il s’affiche comme déjà en ligne depuis plusieurs heures. C’est le fruit du décalage horaire et, comme mon logiciel me permet de choisir une date de publication je met en ligne différents articles mais très souvent à des dates qui ne se suivent pas, ce qui explique ce phénomène.
cordialement Camille

actualité

durant toutes ces années, j’ai très rarement fais entrer les évènements de l’actualité dans ce blog. Peut-être cinq ou six fois sur plus de 1600 articles. Mais, je me devais de faire un commentaire pour Charles Aznavour qui nous a quitté il y a une semaine à l’âge de 94 ans après 72 années de carrière. Ses chansons sont particulières, car elles racontent une histoire mais surtout « elles font voir ». Par exemple lorsqu’il chante « la mama » on est nous aussi au chevet de la mama, dans « comme ils disent » il nous dresse un remarquable portrait, son premier grand succès « je me voyais déjà » est particulièrement vivant, « la bohème » et tant d’autres de ses chansons sont des modèles pour un écrivain pour faire voir une histoire en peu de mots sans nous la raconter.
cordialement Camille

uniforme

Boulogne 14°celsius, 7h30, il a plu cette nuit, et, le ciel est blanc, mais pas de pluie annoncée pour le reste de la journée. Nous y sommes, c’est l’automne avec son cortège de mini doudounes super-slim, rouge, bleu, noir… Il semble que ce soit l’uniforme de deux personnes sur trois que je croise dans ce parc. Je suis surpris par cette uniformité, les manteaux n’ont plus la côte et se font rares. Les marrons tombent mais leur chute pourtant nombreuses qui s’accompagne de claquement secs lorsqu’ils touchent le sol, n’inquiéte pas les promeneurs, les marrons auraient ils des yeux? Lorsque je vivais en Afrique on disait que les noix de coco avaient des yeux car de mémoire d’homme jamais personne n’avait entendu parler de quelqu’un qui aurait été blessé par la chute d’une noix de coco qui aurait sans doute été mortelle si elle était tombée sur une tête. La nature est surprenante.
cordialement Camille

la brocante

Mettre à la cave, au grenier ou dans le garage, si comme moi vous avez tendance à ne pas jeter, alors vous stockez jusqu’au jour douloureux où il n’y a plus de place, vous ne vous rappelez même plus ce que vous avez accumulé au cours du temps. Puis, vient le moment où il faut faire quelque chose car cela ne peut plus rester en l’état on donne ce qu’on peut, on fait un « vide grenier » mais, malgré le 1€ ou moins que l’on demande on se débarrasse de trop peu de choses, on en laisse un maximum en partant pour ne pas avoir à restocker, il ne reste plus qu’à se promettre que cela ne se reproduira plus, que désormais on jettera…
cordialement Camille