A propos csaintonge

voir premier article : "comment vient la passion de l'écriture"

la peur

Il y a de nombreuses années déjà, au cours d’un séjour au Liban pour des raisons professionnelles, c’était la guerre, il y avait des snipers, des bombes, des voitures piégées et autres douceurs. Ce qui m’avait étonné c’était les réactions et les pensées des habitants plongés dans cet univers violent.
Ils étaient capables de reconnaitre au bruit avant l’impact si cela allait tomber sur eux ou plus loin. Lorsque je dis plus loin cela veut dire à peine plus loin, peut-être à 200 mètres seulement de l’endroit où ils se trouvaient, au delà de cette distance cela n’inquiétait plus personne cela tombait ailleurs et ils vous disaient « oh c’est loin! » c’est pas pour nous. La vie continuait comme si de rien n’était, les jeunes sortaient au restaurant et en boite le soir sans que leurs parents ne s’inquiétent plus que des parents parisiens. Ils s’étaient habitués à vivre avec ces menaces qui demandaient des mesures particulières comme de dormir loin des fenêtres ou à festoyer dans les parkings… Mais ils n’avaient plus peur, ils étaient prudents c’était tout. Leur calme et leur détachement impressionnait le visiteur que j’étais et me rassurait, et sans doute par un phénomène d’osmose, je n’avais plus peur moi-même…
La peur est un moteur de manipulation efficace, mais, la nature humaine s’adapte vite et il arrive qu’elle se retourne contre ceux qui en abusent.
cordialement Camille

Publicités

gilets jaune

Je ne fais pas de politique comme vous le savez, mais ce moment particulier que nous vivons actuellement m’a fait me poser de nombreuses questions comme sans doute vous vous en posez vous-mêmes. Devant la richesse des opportunités qu’offrent ces évènements j’ai pris conscience des possibilités pour un romancier d’imaginer un roman, et j’ai posé sur le papier quelques réflexions pour que mon petit bonhomme du sous-sol comme l’appelle Stephen King vienne à mon aide et fasse jaillir dans mon cerveau l’idée d’un roman. Je vous soumets quelques unes de ces réflexions comme elles me sont venues.
L’affaire de ce policier qui n’en était pas un à l’Elysée a mis en lumière la police politique. Alors, et si cette police politique était derrière les casseurs? Et si le but de cette mise en scène de la peur avait pour but d’obtenir plus de pouvoirs pour le président en effrayant les citoyens pour établir une dictature? Il s’est déjà fait élire en développant un sentiment de peur vis à vis de Marine Le pen.
Un président est élu pour améliorer la condition du peuple qui l’élit, mais, le but de la politique c’est de manipuler les citoyens pour leur faire adopter le point de vue que souhaite le pouvoir. Roosevelt a manipulé l’opinion des citoyens américains pour faire entrer l’Amérique dans la deuxième guerre mondiale alors que le peuple y était opposé un an plus tôt…
On nous parle « des casseurs » mais, ils sont connus et référencés de longue date par les forces de police qui savent où les trouver. Alors?
Le mouvement des gilets jaunes est un appel à l’aide, c’est le cri de souffrance de citoyens qui meurent à petit feu. Le problème c’est que 80% de la population française n’arrive plus à vivre, et, les manoeuvres et manipulations ne peuvent qu’engendrer de la méfiance et détériorer une confiance déjà à un niveau très bas si l’on en croit les sondages.
Il y a aussi l’éventualité de profiter de cette crise pour mettre en place des députés béni-oui-oui opportunistes dans les régions, présence locale qui fait cruellement défaut au pouvoir pour les élections européennes prochaines… en leur facilitant la tache pour qu’ils deviennent les intermédiaires des gilets jaunes… Il a aussi la possibilité de susciter des vocations pour « représenter » des gilets jaunes?
Les éléments de réflexions ne manquent pas et il y a matière à trouver une idée pour un roman avec une fin heureuse ou tragique.
cordialement Camille

une pose

Il est parfois nécessaire de faire une pose, c’est ce que je viens de faire après plus de 1600 articles mis en ligne, j’ai éprouvé le besoin de faire évoluer mes routines personnelles, j’ai consacré beaucoup plus de temps à la lecture, à l’aquarelle, au piano et cela m’a apporté beaucoup de plaisir. Je n’ai pas pour autant cessé d’écrire, c’est une passion dont je ne peux me passer, mais j’ai écrit autre chose que des articles dont j’ai une grande quantité en stock. Un souci avec un internet qui coupait sans arrêt m’a contraint de changer mes habitudes. Je me suis même demandé si l’installation de la fibre n’était pas la responsable indirecte de ces coupures. Je l’ignore encore aujourd’hui, mais internet va mieux sans toutefois être parfait. Mon matériel date de plus de trois ans et, je soupçonne une obsolescence programmée pour booster les ventes, mais ce n’est qu’une hypothèse de ma part pout tenter de trouver une explication raisonnable à ces coupures.
cordialement Camille

écriture et cinéma

Vous l’avez souvent constaté, le nombre de films que l’on appelle « des navets » fleurit à la télévision, il n’y a que l’embarras du choix. Ce qui est intéressant c’est de prendre la peine et surtout le temps de les regarder. On ne sait pas toujours lorsque l’on choisit un film qui semble nous convenir dans le genre, l’environnement… Que, ce que l’on va regarder est sans saveur et offre peu d’interêt sinon celui de nous faire nous poser une question :
Pourquoi ce film qui nous semblait prometteur est-il aussi mauvais? En se posant la question on se demande qu’est-ce qui est loupé? On constate que ces films quelque soit le genre ont un enjeu limité, que le personnage principal manque de paradoxe et d’épaisseur, que les obstacles sont cousus de fil blanc, les lieux interchangeables sans préjudice pour le récit… Regardez les et demandez vous ce qu’il faudrait pour que ce film soit un film qui vous plaise. C’est un bon moyen pour apprendre à écrire.
cordialement Camille

lire

Lire, c’est découvrir la façon dont d’autres auteurs nous racontent leurs histoires, c’est aussi apprendre à voir la force et la faiblesse d’un récit. L’histoire qui suit sera toujours meilleure que la précédente aussi est-il intéressant de regarder à quelle époque un récit a été écrit et d’en lire un qui a précédé celui que vous venez de lire pour constater l’évolution d’un auteur. C’est le côté passionnant de l’écriture, on apprend à écrire non seulement en écrivant mais en lisant plusieurs ouvrages, au moins deux de chaque auteur. Varier les auteurs est un enrichissement, mais restez dans des univers qui vous conviennent, vous n’apprécierez jamais un auteur dont l’univers ne vous plait pas. Rappelez-vous, on écrit pas pour tout le monde, mais seulement pour son lectorat.
cordialement Camille

personnages

Les personnages doivent avoir une certaine épaisseur si vous souhaitez que le lecteur s’intéresse à eux. Ce qu’ils pensent est aussi important que ce qu’ils font, car cela permet au lecteur de comprendre pourquoi ils agissent d’une manière plutôt que d’une autre. Savoir qui ils sont et comment ils réagissent permet au lecteur de mieux comprendre comment ils fonctionnent et d’anticiper leurs réactions. Connaitre les liens qui les unissent ou les éloignent des autres va également contribuer à donner de la profondeur à votre récit et ainsi éviter qu’un récit bien structuré ne se déroule comme un gentil nuages qui passe dans le ciel, même si l’on sait qu’il est susceptible d’apporter de la pluie.
cordialement Camille

résumer

C’est seulement lorsque l’on a maitrisé la structure du roman et que l’on se l’est appropriée, que, l’on réalise que ce n’est pas suffisant pour faire un bon récit.
En effet structurer un récit obéit à des règles simples qu’il suffit de maitriser pour construire une histoire. D’ailleurs on peut voir au cinéma de très nombreux films tirés de romans bien structurés mais qui sont plats. Si vous vous demandez pourquoi, vous découvrirez que l’auteur lorsqu’il a rédigé son récit a bien mis tout ce qu’il fallait la où c’était nécessaire, mais malgré cela on ne s’intéresse que moyennement à son histoire, on ne rentre pas dedans, on est pas accroché. Simplement parce qu’il n’a sans doute pas fait avant de se lancer dans son récit un résumé plus ou moins détaillé pour en découvrir les faiblesses et y remédier. Après, il faudrait tout recommencer, alors autant écrire une nouvelle histoire.
cordialement Camille