A propos csaintonge

voir premier article : "comment vient la passion de l'écriture"

romancier

Les obstacles, la compétition, les opportunités nous amènent chaque jour à nous demander : comment vais-je faire face à ce problème, que se passera t’il si j’échoue ?
La peur, le doute, l’insécurité font partie du sac à dos que nous devons porter chaque jour. Le besoin de grandir, de devenir meilleur, offre au romancier la possibilité de créer un miroir du monde réel au travers de la fiction et, d’offrir en toute sécurité au lecteur, un moyen de plonger dans ses propres sentiments et émotions en partageant les aventures des personnages des histoires qu’il lit. Le lecteur a ainsi un aperçu sur des situations difficiles, des dilemmes moraux et des évolutions que peuvent subir d’autres personnes. Ceci peut l’aider à mieux appréhender différents aspects de sa propre vie.
cordialement Camille

Publicités

une histoire

Les gens sont captivés par les histoires. Au plus profond de nous mêmes nous nous plongeons dans d’autres univers, et sommes fascinés par une réalité qui est différente de la notre. nous résolvons des mystères, participons à des luttes glorieuses, découvrons des endroits merveilleux, vivons des romances et suivons pas à pas un héros à travers une aventure. Une histoire captivante devient unique parce qu’elle nous offre la possibilité de vivre la vie d’une autre personne, le héros ou l’héroïne du récit que nous lisons. Cela peut sembler irréel, mais cela nous permet d’échapper le temps d’une lecture au stress du monde qui nous entoure, de nous distraire. C’est en cela que les romans nous attirent. Depuis que le monde existe, les histoires ont été utilisées pour enseigner, pour transmettre des informations, des idées, et autres sous des formes différentes. Cette tradition se poursuit de nos jours. Nous racontons des demi-vérités à nos amis sur le week-end que nous avons passé à la montagne ou à la mer, ou relatons une anecdote à nos collègues de bureau sur le charme d’une voisine ou sur ce que fait notre voisin… Mais une histoire nous permet surtout de partager nos sentiments, nos espoirs, nos désirs avec les autres.
cordialement Camille

Escape game

Je viens de découvrir ce concept sur le site : https://frenchcanadiantravel.com

Qu’est ce qu’un Escape game ?
C’est un jeu d’évasion qui consiste à s’échapper d’une pièce dans une durée limitée (la plus part du temps une heure). Le jeu se pratique en groupes de deux a dix personnes suivant les piéces et les missions.
Les joueurs doivent chercher des indices, fouiller minutieusement la pièce pour pouvoir répondre aux énigmes qui leurs permettront de trouver la solution pour sortir de la pièce.
Certains sont constitués autour d’une histoire alors que d’autres proposent une successions de jeux logiques sans liens les uns avec les autres.
uniquement sur réservation.
La participation coute entre 18 et 27€ par personne.
Les participants sont reçus dans un salon d’accueil pour recevoir les explications et les consignes.
à la fin ils reçoivent une photo de leur équipe.
cordialement Camille

le danger

Vivez vous mieux aujourd’hui qu’hier ? Votre pouvoir d’achat a t-il augmenté ou diminué ? Êtes vous satisfait des augmentations régulières du coût de la vie et de votre situation en général ?
Quelque soit votre réponse la propagande et les déclarations d’auto-satisfaction des uns et des autres ne devraient pas influencer vos sentiments. La réalité, elle est dans votre assiette, c’est ce que vous vivez au quotidien, le reste n’est qu’un épais brouillard que chaque parti glisse devant les yeux du citoyen pour lui faire prendre des vessies pour des lanternes tout en étant indifférent au fait qu’à ce petit jeu le citoyen peut facilement se bruler. Il faudrait toujours laisser un peu d’espoir, aussi minuscule qu’il soit, car, trop de rêves d’espoirs déçus peuvent se transformer en cruelles réalités, et, l’histoire nous apprend que lorsque les hommes n’ont plus rien à perdre le danger est partout.
cordialement Camille

avec ou sans plan

Robert Ludlum, le romancier américain rédige des synopsis de plus de cent pages qu’il modifie et réécrit souvent plusieurs fois. Son synopsis est tellement détaillé que dés qu’il en est satisfait son roman est terminé. ses scènes sont détaillées en courtes phrases et comportent la totalité de ce qui va se passer dans la scène qu’il n’a plus qu’à développer.
Stephen King au contraire écrit d’instinct, sans faire de plan. Lorsqu’il commence son roman il ne sait pas ou il va. Il va faire évoluer ses personnages et son intrigue, mais il le fait au fur et à mesure de l’avancée de sa réflexion et de son écriture.
Ces deux grands auteurs américains ont des méthodes différentes, c’est que la méthode d’écriture d’un roman n’obéit qu’à une seule règle : utilisez la méthode qui vous convient le mieux à vous. Pour ma part j’utilise une méthode qui est un mélange de ces deux méthodes. (voir sur amazon « comment réussir son roman en 10 étapes simples »).
cordialement Camille Saintonge

calibrer son roman

Lorsque l’on écrit un roman, une fois que l’on a l’idée et que l’on a rédigé un pitch qui convient, il est important de savoir quelle longueur on va donner à son roman. Voici pourquoi.
La longueur d’un roman, c’est le point de départ de la réflexion sur l’écriture. Un roman en trois partie, en réalité en comporte quatre, la partie centrale étant divisée en deux. Première partie, présentation des personnages mise en place et préparation de l’intrigue. première moitié de la seconde partie, la phase d’apprentissage du protagoniste. Seconde moitié de la deuxième partie, le combat. Troisième partie le climax et la résolution. Ces quatre morceaux du roman sont d’une longueur égale. Encore faut-il connaitre le nombre de mots que va comporter le roman entier pour pouvoir calibrer la longueur de chacune des parties et en élaborer le contenu.
cordialement Camille

Bâtir un conflit

Les options différentes pour bâtir une scène de conflit :
1- l’opposition directe (un autre personnage, le temps, etc. tout ce qui interfère et empêche votre protagoniste d’atteindre son but).
2 – L’opposition interne ( le personnage apprend quelque chose qui lui enlève toute envie d’atteindre son objectif).
3 – Des circonstances difficiles (il n’y a pas de farine pour faire le pain, il n’y a pas de cavalière pour danser avec lui etc.).
4 – Le conflit actif (les arguments, une bagarre etc.).
altercation physique
altercation verbale
obstacle physique (temps, injures personnelles…)
obstacle mental (peur, amnésie…)
obstacle physique (pas de farine pour faire du pain…)
obstacle mental (pas d’information…)
agression passive (voulue ou non…)
Cordialement Camille