A propos csaintonge

voir premier article : "comment vient la passion de l'écriture"

un monde nouveau

C’est vers l’âge de 8 ans que Greta thunberg la jeune militante écologiste à entendu parler du changement climatique. Elle a lu des livres et regardé des documentaires sur l’effondrement des espèces et la fonte des glaciers. L’épuisement des énergies fossiles entraine la fin de notre monde actuel à plus ou moins long terme. Une hausse supplémentaire de la température, quoi que nous fassions devient inévitable, le climat change, les catastrophes naturelles de grande ampleur sont de plus en plus nombreuses.
On ne compte plus les travaux scientifiques qui prédisent un changement radical de la Terre à l’horizon 2040, 2060 et 2080.
Cela signifie pour nos enfants des chocs qu’il leur faudra encaisser, l’omniprésence de la mort, des formes de vie qui disparaîtront pour toujours. Mais l’homme dispose de ressources importantes et il est temps d’envisager un autre monde.
Le mook francophone phoenix que vous trouverez sur le site « escapadeclubinc.com » est gratuit et propose à ses lecteurs et à ses lectrices de découvrir des solutions déjà mises en oeuvre par des groupes de personnes ou individuellement : le commerce équitable, les monnaies alternatives comme le bitcoin et autres, vivre sur un bateau, dans un camping car, dans une yourte etc.
si vous ne le recevez pas encore allez maintenant vous inscrire sur le site « escapadeclubinc.com »pour le recevoir, il est gratuit. votre prénom et un mail valide suffisent.
Si vous aussi vous croyez qu’un autre monde est possible, faites suivre ce mail aux membres de votre liste et rejoignez nous sur le mook francophone phoenix : escapadeclubinc.com
cordialement Camille Saintonge

le héros parfait

Tous les auteurs rêvent de créer le héros parfait. Et de lui faire rencontrer l’héroïne parfaite. En fait, nous voudrions que notre héros et notre héroïne soient les meilleurs, les plus merveilleux, les plus courageux, les plus beaux, les plus …
Mais ce n’est pas possible.
Parce que si vos deux personnages principaux sont à cent pour cent intrépides et beaux et honnêtes et gentils et tout le reste, non seulement ils sembleront incroyables au lecteur, mais il n’y aura aucun conflit dans leur relation.
Or, nous devons avoir un conflit. Pas seulement un conflit externe lié à sa situation actuelle, comme la prise de contrôle d’une entreprise ou un enfant kidnappé ou des pillards dans une guerre civile, mais un conflit interne qui empêche toute personne d’être parfaitement heureuse et satisfaite d’elle même.
Parce que si vous avez un héros qui est complètement satisfait de lui-même et de sa vie à partir de la page 1, et complètement satisfait de l’héroïne à la page 2… Vous pourriez quand même avoir une belle histoire d’entreprise, mais vous n’auriez pas beaucoup de romance. Pour un grand roman d’amour, vous devez avoir un conflit entre et à l’intérieur de vos personnages. Il en va de même pour tous les genres d’histoire.
Les conflits les plus marquants sont ceux qui viennent de la propre personnalité des gens. Qu’est-ce qui au sein de la personnalité de votre héros et de votre héroïne, les empêche de tomber amoureux et de se marier à la minute où ils se rencontrent? C’est ce dilemme qui va rendre votre histoire fascinante!
Vous avez besoin du conflit externe entre vos personnages – tout ce qui les maintient à l’écart, comme leurs familles peut-être ennemies, leurs trésors enfouis ou leurs amours convoités. Mais vous avez également besoin du conflit interne à l’intérieur de chaque personnage… Ils doivent surmonter leurs propres problèmes afin de pouvoir grandir et apprendre et changer au cours de votre livre.
Les problèmes personnels sont essentiels, car vos personnages doivent souffrir pour qu’il y ait une victoire à la fin du livre. Vous devez les faire souffrir!
Pour cela, vous avez besoin d’un conflit qui vient non seulement de la situation, mais de la personnalité des personnages… du genre de personnes qu’ils sont.
Nous devons nous assurer qu’ils entreront en conflit non seulement les uns avec les autres… mais aussi avec eux-mêmes.
Cordialement Camille Saintonge

Partir d’une idée

301910 – 13/197
Ne pas oublier qu’une histoire à un début un milieu et une fin. Peu importe votre idée, en lui appliquant le concept d’un début d’un milieu et d’une fin et en décidant le genre de livre que vous voulez écrire, vous avez à votre disposition le nécessaire pour l’écrire.
Posez vous la question : que se passerait il si? et posez vous cette question à propos de tous les éléments de votre histoire. Demandez-vous quelle est la pire chose qui puisse arriver à cette personne qui occupe une place importante dans votre récit. Combinez différentes intrigues entre elles, créez un personnage qui a une obsession, regardez où cela vous conduit, justifiez chacune des positions.
Créez un titre qui vous donnerait envie d’acheter votre livre dans une librairie, travaillez votre accroche, réfléchissez en profondeur à chacune de vos idées et ne gardez que celles qui vous semblent intéressantes à développer.
Développez votre idée, notez des personnages possibles et une première intrigue. Demandez-vous en quoi cette histoire vous intéresse et pourquoi elle est susceptible d’intéresser des lecteurs. Cherchez comment rendre cette idée plus intéressante.
Écrivez son pitch en trois phrases, le nom de votre personnage principal, ce qu’il veut, la situation initiale
Seconde phrase : Quant et problème créé par votre première intrigue
Troisième phrase : situation actuelle et quels sont les enjeux mortels.
Cordialement Camille Saintonge

Comment mettre en place l’intrigue

281910 – 12/197
Vous avez toujours voulu écrire un roman, vous avez appris à écrire très tôt, plus tard vous avez adoré la lecture, même et y compris les romans classiques de la littérature. Plus tard encore vous avez rêvé d’écrire votre propre roman.
Mais, vos parents, la vie, vous ont orienté vers des choses plus pratiques, plus utiles pour exercer un métier.
Vous n’aimez pas vraiment ce que vous avez appris et vous avez continué à lire des romans. Mais, vous avez fait et appris ce que vos parents souhaitaient vous voir faire.
Vous vous êtes mariée, avez eu des enfants, puis, vous avez quitté votre emploi pour suivre l’éducation de vos enfants, vous les avez même aidé à découvrir les lectures qui vous plaisaient jusqu’à ce qu’un jour vous réalisiez que vous ne vous étiez pas épanouie.
Vous avez voulu reprendre un emploi lorsque vos enfants ont grandi, mais, le trou de toutes ces années dans votre CV ne vous laissait pas vraiment d’autres choix que des emplois qui ne vous intéressaient pas et au salaire minimum.
Vous avez alors décidé de faire ce qui vous tenait à coeur plus que tout : écrire un roman.
Cela vous était indifférent que ce projet soit déraisonnable, ni même que personne ne lise votre roman. Vous alliez l’écrire ce roman parce que c’était quelque chose qui vous tenait à coeur et parce que pour la première fois depuis des années, vous allez faire quelque chose pour vous, et, personne ne pourrait vous faire changer d’avis.
Suite sur le site www.escapadeclubinc.com rubrique : écriture
Cordialement Camille Saintonge

partir du milieu

261910 – 11/197
Et si on partait du milieu pour écrire un roman, cela voudrait dire que à partir de ce point on va dans un sens remonter au début de l’histoire et dans l’autre, s’acheminer jusqu’à la fin de l’histoire.
Une histoire tourne toujours autour de l’évolution d’un personnage principal.
L’interêt d’un tel procédé est qu’il oblige l’auteur à se poser des questions sur le pourquoi et le comment. En répondant à ces questions on dispose d’une matière abondante pour que le cause à effet fonctionne bien, tout est logique, les motivations, les enjeux, les conséquences des actions, les buts…
La structure du roman demeure la même, et, on a un roman en trois partie avec un début un milieu et une fin. Les désastres occupent toujours la même place dans la structure, mais lorsque l’on met l’accent sur le point central du roman, on met plus facilement en lumière les changements psychologique, professionnel et l’enjeu mortel que doit affronter le héros, car, à partir de ce point central on est à un tournant et le héros va pouvoir évoluer et devenir une autre personne.
Montrer le changement que va subir le héros est toujours un peu difficile surtout si on ne l’a pas prévu dans la première partie car, il faudra réécrire certaines scènes. Mais, si l’on est parti du point central, comme celui-ci marque un changement de direction du roman, on va pouvoir facilement créer dans la première partie des évènements qui vont montrer le comportement du héros au début et l’on pourra reprendre à la fin du roman des évènements semblables et montrer le comportement du héros qui sera alors différent et ainsi faire vivre au lecteur l’évolution du héros.
Avoir présent à l’esprit le point central, quelque soit la méthode choisie, rendra la phase de réécriture plus facile et surtout moins longue. Celui qui planifie aura tout loisir de prévoir dans son plan l’évolution du héros, et, celui qui écrit d’instinct disposera d’un repère dans son écriture.
Cordialement Camille Saintonge

pensez à la gardienne

241910 – 9/197
Cela ne vous a pas échappé à vous non plus, votre gardienne a de longs échanges chaque jour toujours avec les mêmes deux ou trois personnes de votre immeuble. Et, cela jacasse et ça jacasse… Je me suis demandé ce que deux ou trois personnes qui se voient tous les jours et qui a priori n’ont pas de spécificité, de quoi peuvent elles parler? L’actualité et ses catastrophes sont des sujets de discussion trop répandus pour être porteurs d’intérêt. Trop de propagande et de nouvelles fausses.
Après réflexion, il y a deux sujets qui font toujours le plein dans les diners ou l’on s’ennuie : Les histoires de fesses et dire du mal de son voisin.
Mon immeuble est habité par des gens qui, si ils ont des histoires de fesses; elles ne se murmurent pas dans les ascenseurs, ils les gardent discrètement secrètes et conservent leur vie privée chez eux.
Il ne me restait plus que la médisance, mais, si le sujet est porteur il n’en reste pas moins un peu compliqué, car, il faut relancer l’intérêt chaque jour, pour que ces conciliabules perdurent, et, c’est ce qui m’a intéressé.
Si une gardienne est susceptible de non seulement maintenir l’intérêt sur un sujet sans surprise, mais, de surcroit d’y ajouter chaque jour un nouvel intérêt, on devrait pouvoir en tant qu’auteur en tirer parti pour donner à nos lecteurs et lectrices non seulement l’envie de poursuivre leur lecture, mais en plus de tourner les pages de nos romans les unes après les autres.
C’est ainsi que je me suis mis discrètement à écouter les propos échangés par ces petits groupes. Les gardiennes un peu pipelette pimentaient régulièrement leurs récits d’un nouvel évènement, pour faire rebondir l’intérêt. Machin s’est fait voler sa voiture, celle-ci a le cancer, celui là à Alzheimer… Si on ajoute à cela les jugements de valeurs qui ouvrent les controverses on dispose de beaucoup de matière, les petits désastres quotidiens dans la vie des familles relançaient l’intérêt et piquaient la curiosité, quoi, pourquoi, comment, depuis quand… C’étaient des obstacles petits ou grands que les familles avaient à dépasser. Notre vie quotidienne n’en manque pas, chaque jour en apporte son lot. Cette méthode est une bonne technique qu’il ne nous faut pas oublier pour nos récits.
Cordialement Camille Saintonge

Santé!

221910 – 8/197
L’administration ainsi que les grandes machines qui s’y apparentent courent après les progrès dus à la technologie. Il n’y a pas un système mis en oeuvre pour faciliter la vie des usagers qui ne soit pas à l’origine de colères que chaque français connait, car, personne n’échappe à ces « progrès » qui sont dans la majorité des cas inefficaces et compliquent la vie plutôt qu’ils ne rendent les démarches plus simples et plus rapides.
Ces grandes structures disposent pourtant de moyens considérables pour embaucher du personnel compétent.
Cependant au cours de cette année, je n’ai pas rencontré un de ces systèmes qui ne soit pas une usine à gaz que l’usager a bien du mal à utiliser, quand il parvient à y accéder. Pas une semaine par exemple où la poste ne soit pas en panne d’informatique. Les services de l’état civil sont tous d’un accès différent d’une mairie à une autre. Le dépôt de plainte en ligne est une aventure qui en décourage plus d’un et si excédé vous vous rendez dans votre gendarmerie, il est possible que l’on vous réponde qu’il n’y a pas d’officier de police habilité pour recevoir votre plainte… En fait il y a des « bugs » en permanence, soit que les questionnaires soient mal conçus, soit que le numéro que vous appelez vous raccroche la ligne au nez et vous n’avez plus qu’à recommencer… Si par un heureux hasard vous parvenez à obtenir un interlocuteur, il est possible qu’il s’exprime dans un français qui n’est pas le vôtre ou qu’il ne comprenne pas ce que vous lui dites ou ne soit pas du tout compétent pour résoudre votre problème et incapable de vous orienter vers quelqu’un qui pourrait…
La France s’est « américanisée » pour mettre en place des techniques modernes, mais sans doute à l’heure de l’apéro, en dilettante…
Cordialement Camille Saintonge