Sept ans déjà

292002 –
Ce blog fête ce mois-ci sa 7ème année d’existence.
Un grand merci à mes lectrices et à mes lecteurs pour m’avoir accompagné durant cette période.
Merci à vous mes amis qui depuis sept années me suivez régulièrement.
Je vous ai un peu abandonné ce mois de février ou le nombre d’articles que j’ai mis en ligne a été limité. Cependant, je n’ai pas cessé d’écrire. Ma réserve d’articles est devenue très importante, j’en dicte aujourd’hui un certain nombre que je mets en ligne.
Cordialement Camille Saintonge

Internet

282002 – 34/197
J’ai beaucoup de problèmes avec Internet, de très nombreuses coupures qui durent, ceci, en dehors des micro-coupures que je ne compte plus mais qui rendent les envoi de fichiers compliqués.
J’ai beau avoir la fibre sensée rendre les connexions plus rapides et plus fiables ce n’est malgré tout pas satisfaisant. J’en parlais autour de moi j’ai découvert que je n’étais pas le seul.
J’ai pensé que mon opérateur n’apportait pas tous les soins qu’il devrait à son réseau, et, j’ai commencé à me renseigner pour en changer. Mais, en bavardant autour de moi, J’ai constaté que les divers autres opérateurs utilisés par les interlocuteurs et interlocutrices avec qui j’en parlais étaient aussi dérangés par de multiples coupures.
Parmi ceux et celles avec qui j’abordais le problème on m’a donné une explication mais j’ignore si elle est plausible?
On m’a expliqué que les opérateurs dépendent des réseaux de orange, mais que, Orange a ses fils enterrés dans le sol, et, que l’abondance des pluies que nous avons eu ces derniers mois à fragilisé les installations de Orange en qui sont déjà anciennes.
Je vous livre cette information sans vraiment y croire, mais, après tout ce n’est pas impossible.
Cordialement Camille Saintonge

Dialogue

42002 – 33/107
Un dialogue, c’est la confrontation de deux ou plusieurs objectifs différents qui va entrainer un conflit.
Si il n’y a pas de conflit, le dialogue n’est pas utile, mieux vaut le supprimer. Son rôle est d’apporter au lecteur des informations sur les personnages en présence.
C’est dans le conflit qui les oppose que les personnages vont révéler au lecteur un facette de leur personnalité. Il se termine par la victoire de l’un ou de l’autre personnage, ou par un compromis ou par une rupture lorsque les personnages ne parviennent pas à trouver une solution à leur désaccord.
Il doit dans tous les cas faire avancer l’histoire. Il porte en lui le germe d’actions future des personnages, et, cette rivalité des personnages qui les oppose sur un ou plusieurs points précis quelle qu’ait été l’issue du dialogue se retrouvera plus tard dans la suite de votre roman. C’est un phénomène de cause à effet qui expliquera pourquoi tel personnage agit d’une certaine façon plus tard au cours de l’histoire. Il demande beaucoup de vigilance de la part de l’auteur.
Ce dialogue est une poursuite de l’action, vous avez le temps de fournir par la suite des précisions au lecteur. En ne révélant pas de suite les raisons de certaines actions vous créez du mystère. Cela fonctionne pour tous les genres.
Vous savez ce qu’il est indispensable que vous révéliez, alors, glissez le dans un échange verbal à forte tension sans vous étendre. Masquez vos expositions en les incluant dans une confrontation.
Si un de vos personnage se lance dans un long monologue, assurez vous qu’il ne soit pas ennuyeux. Pensez que l’on peut aussi découvrir un personnage par le biais de ses relations avec d’autres personnages.
Pour rendre vos dialogues plus conflictuels introduisez une crainte ou une peur de la découverte de quelque chose. C’est une recette qui fonctionne très bien. Si vos personnages sont bien différents les uns des autres, les conflits sont plus facile à créer du fait de ces différences.
cordialement Camille Saintonge

présentation du mook

Le Mook Francophone

Un autre monde est possible

Nous vivons une époque charnière qui est en plein bouleversements. Un peu partout dans le monde les citoyens se rassemblent et manifestent contre leurs gouvernements.

Ils expriment un mal-être de la société dans laquelle ils vivent.

Notre société bâtie sur la consommation arrive à son terme. Les promesses d’une vie meilleure n’ont pas été tenues. Les citoyens veulent un autre monde. Ils veulent vivre de leur travail et s’épanouir. Ils veulent que leur vie ait un sens. Ils veulent plus de considération, plus d’humanité, plus de liberté.

Or, l’ère industrielle a épuisé les ressources naturelles, détruit notre environnement et le travail est de plus en plus rare. La vie devient de plus en plus difficile, le système actuel est au bord de l’explosion.

Nous voulons tous être heureux, mais, chacun de nous a une conception du bonheur différente. Cependant dans une société où il devient de plus en plus difficile de vivre, combien parmi nous se posent la question de savoir de quoi ils ont réellement besoin pour être heureux?

Faut-il courir toujours plus vite et travailler plus pour gagner plus ou avez-vous besoin pour être heureux d’être plus libre, de faire plus de choses qui vous plaisent et vous libérer de contraintes frustrantes qui vous pourrissent la vie?

De plus en plus on croise des personnes différentes qui ont choisies de vivre en satisfaisant leurs vrais besoins et qui ne veulent plus nourrir un système qui les entraine dans une course sans fin à la catastrophe. Ils se tournent vers une vie plus simple qui leur laisse le temps pour s’épanouir et consacrer leur temps à ce qu’ils aiment vraiment, et, à ce qui contribue à leur réalisation personnelle.

Il suffit d’écouter ce qui se dit autour de soi, les valeurs qui disparaissent, le respect qui n’existe plus, la vie de plus en plus difficile, les impôts toujours plus nombreux, la nourriture de plus en plus médiocre en qualité, les prix qui grimpent, le travail qui manque, les gens de plus en plus agressifs, la liste est infinie et un ouvrage complet de 200 pages ne suffirait pas à énumérer les mille maux que chacun de nous subit dans son quotidien…

Mes cheveux blancs n’ont pas été épargnés et mes années sont écrites sur mon front, la vie comme pour chacun de nous a accumulé les obstacles sur ma route, mais, mon combat continue pour trouver une certaine bienveillance et surtout pour aider mes semblables à trouver le bonheur auquel chaque être humain aspire. J’ai compris durant cette longue traversée, que, cette course effrénée que j’ai jadis mené n’était qu’un songe et qu’il me fallait me tourner vers ceux et celles qui avaient choisi d’autres voies plus paisibles et tellement plus gratifiantes pour l’être humain. J’ai été surpris de constater qu’ils étaient nombreux et nombreuses dans des domaines variés.

C’est entre autres des expériences vécues par ces hommes et ces femmes que je veux vous parler dans « le mook francophone ». Les choix qu’ils ont fait sont parfois surprenants, mais, ils y ont dans leur majorité trouvé la paix de l’âme et leur bonheur. Je souhaite que leurs exemples vous soient utiles et vous fournissent des pistes. Profitez de ce qui vous convient et laissez le reste.

J’ai durant ces dernières années édités des magasines touristiques, dirigé deux lettres financières et écrit sous différents noms de plume des ouvrages techniques et des romans. Je lance maintenant « le Mook Francophone », c’est une publication gratuite.

Si comme moi, vous croyez qu’un autre monde est possible envoyez moi un mail à:

correspondancearobaseescapadeclubinc

Vos idées, votre participation, un simple mot, vos encouragements… sont les bienvenus.

Si vous vous sentez concerné par mon propos allez faire un tour sur le site:

http://www.escapadeclubinc.com

laissez votre nom et une adresse mail valide et recevez gratuitement « le mook francophone »

Amicalement

n’hésitez pas à envoyer cette page à vos amis

être plus heureux

12002 – 32/197
Chacun de nous veut être heureux, c’est une aspiration légitime, mais tous, nous avons une conception différente du bonheur. Cependant, une chose est certaine, nous avons tous besoin de satisfaire nos besoins de base comme : manger, boire, dormir, être entouré d’affection, et, avoir une vie sociale. Au delà, c’est du domaine de chacun et nous aspirons une fois nos besoins de base satisfaits à nous réaliser et à jouir d’une certaine liberté.
Mais, avons nous réellement besoin pour être heureux de cette surconsommation qui caractérise notre société? J’en suis moins persuadé. Je me suis posé la question et j’ai décidé de vivre ‘une autre façon, de faire des choix qui me concernaient et qui étaient susceptibles de m’apporter plus de bonheur. J’ai ainsi supprimé ce qui encombrait ma vie d’obligations et de contraintes qui ne m’apportaient pas de bonheur, mais, répondaient à des désirs insufflés par les médias et le marketing et ne correspondaient pas à des besoins réels pour m’apporter du bonheur. J’ai fait ces changements au coup par coup, lentement, et je continue à les faire.
J’ai par exemple décidé de supprimer de ma vie des actions ou des choses qui à la réflexion remplissaient une grande partie de ma vie sans me rendre plus heureux. Comme, les sorties en compagnie de personnes qui ne m’intéressaient pas dans des lieux qui ne me procuraient aucun plaisir. Sortir oui, mais pas n’importe où, ni avec n’importe qui. Pourquoi perdre quelques heures précieuses pour se rendre dans un restaurant où la nourriture n’est pas à mon goût avec des gens qui m’ennuient? Passer une bonne soirée en compagnie d’un livre que je prend plaisir à lire m’apporte d’avantage…
Ai-je besoin d’acquérir le dernier Iphone alors que le mien fonctionne très bien? Etc.
J’élague ainsi beaucoup de choses dans ma vie qui ne contribuent pas à me rendre plus heureux et je m’en porte beaucoup mieux. L’abus de marketing et de propagandes ont tué chez moi le marketing qui vise à nous faire consommer toujours plus et la confiance en nos politiques qui veulent nous changer sans nous rendre plus heureux.
Cordialement Camille Saintonge