La description des lieux

On peut faire une description statique ou animée. Le mouvement rend les descriptions plus vivantes. Mieux vaut s’avancer sur une allée et entendre les pas qui crissent sur le gravier plutôt que de voir une allée de graviers qui conduit à une maison.
Plus la description est détaillée, plus grande est la perception pour le lecteur.
Une façade en brique rouge, percée à l’étage de trois fenêtres à petits carreaux. les volets en bois à persiennes peint en blanc étaient ouverts pour laisser entrer le soleil du matin. Au rez de chaussée, les deux grandes baies vitrées étaient ouvertes comme une invitation à entrer. Le visiteur pressa le pas, Il voyait sur une table recouverte d’une nappe blanche immaculée entourée de six chaises une corbeille de croissants. Il eu envie d’un petit déjeuner sur cette terrasse. Mais, il n’était pas venu à une heure aussi matinale pour ça. il laissa échapper un soupir, il était soulagé, ni café ni thé n’étaient encore sur la table, il allait les faire sortir du lit, ils seraient tous là. Il arrivait à temps pour les prévenir…
Une description crée une certaine atmosphère et définit une ambiance, elle fournit des informations sur l’environnement, elle doit intriguer le lecteur pour qu’il ait envie de poursuivre sa lecture.
Elle pourrait suivre une phrase d’accroche comme: Il franchit le portail qui était grand ouvert. Pourvu qu’ils ne soient pas déjà sorti. Il se dirigea vers la maison aux tuiles rouges au bout de l’allée.
On peut s’amuser à faire la même chose à partir d’un événement, d’un personnage, d’une époque dans le temps, car, le matin ou la nuit sont différents, ou en expliquant une situation, ou un fait…
C’est un entrainement particulièrement riche sur le point de l’expérience pour découvrir que l’on peut écrire une histoire à partir de rien et réaliser que la peur de la page blanche est une invention, car, on peut écrire sur tout, comme nous pensons.
Cordialement Camille Saintonge

le mook francophone

Le mook francophone phoenix que vous trouverez sur le site « escapadeclubinc.com » est gratuit et propose à ses lecteurs et à ses lectrices de découvrir des solutions déjà  mises en oeuvre par des groupes de personnes ou individuellement : le commerce équitable, les monnaies alternatives comme le bitcoin et autres, vivre sur un bateau, dans un camping car, dans une yourte etc.
si vous ne le recevez pas encore allez maintenant vous inscrire sur le site «escapadeclubinc.com»pour le recevoir, il est gratuit. votre prénom et un mail valide suffisent.
Si vous aussi vous croyez qu’un autre monde est possible, faites suivre ce mail aux membres de votre liste et rejoignez nous sur le mook francophone phoenix : à escapadeclubinc.com
cordialement Camille Saintonge

Roman et storytelling

Le storytelling est un mot à la mode. Les américains se le sont appropriés comme si c’était eux qui l’avaient inventés. Mais, il existe depuis la nuit des temps et n’a rien d’une nouveauté.
En réalité c’est une histoire qui reprend la structure du roman en trois parties, avec comme dans le roman une seconde partie divisée en deux. Mais après avoir été rebaptisée storytelling l’histoire comporte quatre parties d’égale longueur comme dans le roman.
Loin d’une invention ou de la découverte de quelque chose de nouveau, c’est l’art de raconter une histoire pour vendre, pour informer, ou, pour convaincre. L’histoire avait pour but de distraire, d’informer ou d’instruire. Le storytelling a pour but de manipuler.
Pour rédiger un storytelling, il faut préparer son travail en répondant à quelques questions de bases pour aider le rédacteur à assembler les idées et à les présenter dans un ordre précis et déterminé qui correspond à la structure du roman.
Pour faire bref, on a une présentation de la situation de départ, un état des lieux en quelque sorte.
Vient ensuite tout ce qui ne va pas, puis c’est la rencontre avec « l’ennemi » et ce que ce qui est proposé (la méthode ou le produit) va changer.
Vient enfin la résolution avec ce qu’il faut faire pour en arriver à la situation nouvelle…
C’est efficace et comme la structure du roman ça fonctionne.
L’histoire distrait et motive le lecteur ou l’auditeur à tel point que les hommes politiques l’ont adopté et en abusent pour manipuler les foules. Marketing oblige. Pensez au récit des armes de destructions massives de Sadam Hussein qui a permis à Bush d’envahir l’Irak. Depuis Le 20° siècle et la seconde guerre mondiale l’histoire politique des États-unis ne comprend que cela. La France n’a pas échappé au phénomène et cela contribue a faire perdre au fil des années toutes crédibilité aux hommes politiques. Mais une bonne histoire à entendre remplit toujours une salle de meeting. Fake-news, abus en tout genre, manipulation… Vous avez le choix.
Cordialement Camille Saintonge

votre héros veut mourir

Partager sa peine avec d’autres provoque un soulagement. Ces émotions qui nous traversent sont naturelles et débouchent sur le stade de l’acceptation.
Accepter de perdre ce à quoi l’on tient pour se rendre disponible à ce qui arrive, tel est l’enjeu dans la société.
Il y a toujours eu des actes « d’incivilité » à toutes les époques, mais aussi, des actes de solidarité.
Ces comportements sont un fil conducteur pour faire avancer un personnage dans un roman.
Votre héros ne doit pas chercher des solutions pour que sa vie ne change pas trop, mais, d’accepter et de se préparer à perdre ce à quoi il tient pour se rendre disponible à ce qui lui arrive et affronter son adversaire. Il va agir pour réaliser ce qui lui tient à coeur. Il n’a pas besoin d’optimisme, il est dans un moment où il se sent désespéré, il se concentre sur ce qu’il désire profondément et donne le meilleur de lui même. Il est dans un moment où il a désappris à espérer et maintenant il veut vivre en accord avec ses convictions en faisant ce qui lui semble juste.
Ceci implique qu’il découvre ce qu’il veut faire pour ce qui lui importe.
J’ai envie de citer une phrase de saint-exupery pour mieux faire toucher du doigt à mon lecteur et à ma lectrice l’état d’esprit du héros lorsqu’il arrive à la troisième partie du roman:
« ne commences pas par rassembler du bois, couper des planches et distribuer du travail, mais réveille au sein des hommes le désir de la mer grande et belle… »
Cordialement Camille Saintonge

Après la guerre vient la paix

Tous les conflits à un moment ou à un autre s’arrêtent. Celui qui crée le conflit le fait pour obtenir un avantage particulier lors des négociations qui s’ouvriront pour faire cesser le conflit.
Un dialogue dans un roman est un conflit, l’un des participants veut quelque chose que son adversaire ne veut pas lui accorder ou ne peut pas lui accorder.
Le dialogue va donc consister à obtenir une meilleure position pour avancer vers l’objectif.
Les échanges verbaux qui s’ensuivent portent bien leur nom. Les participants font des concessions par rapport à ce qu’ils voulaient initialement.
Si il n’y a pas de concessions, le dialogue est rompu, car, il ne peut pas aboutir pour que le conflit cesse, le conflit va se poursuivre jusqu’à ce que la situation évolue et puisse permettre des concessions.
Dans le roman, lorsque l’on crée un dialogue il a un objectif et lorsque deux personnes ont des échanges verbaux ils sont dans le conflit, sans cela le dialogue n’a pas sa raison d’être et doit être supprimé.
Le conflit et le dialogue par extension évoluent, soit parce que l’un des participants a obtenu une « victoire » et impose son point de vue par la force, soit parce que les deux participants fatiguent et considèrent que cela n’a plus d’intérêt, soit parce que les participants concluent un compromis.
Mais, le conflit ne cesse jamais. Lorsqu’il cesse c’est pour reprendre à un autre moment, souvent plus violent, plus déterminé, plus abouti.
L’élément déclencheur fournit au lecteur les éléments du conflit qui va durer durant tout le roman jusqu’à la victoire finale soit du protagoniste soit de l’antagoniste. Un roman qui se termine par une situation de compromis est frustrant pour le lecteur, car, celui-ci a besoin que l’histoire se termine. Or, elle ne peut se terminer que par une victoire ou une défaite du protagoniste. Le… à suivre… qui correspond à une situation de compromis n’est pas possible.
cordialement Camille Saintonge

les liens

Les liens qui unissent vos personnages entre eux sont importants à connaitre.
De ces différents rapports vont émerger des conflits qui vont pimenter votre histoire.
Vos personnages vont avoir des objectifs différents à atteindre qui vont nourrir les conflits. Si il n’y a pas de conflit, il n’y a pas d’histoire.
Il fait un temps superbe, la température est douce, je me promène. Ça ne devient intéressant que si une situation particulière ou un évènement spécial se produisent.
Les liens qui unissent vos personnages sont déterminants, car, de ces rapports vont surgir des situations qui vont permettre à l’histoire d’avancer et ou de créer des rebondissements. Ils sont le réseau de communication de votre roman, ils expliquent au lecteur qui comprend ce qui se passe, et, le pourquoi. Les enchainements des causes et des effets qu’elles entrainent sont votre histoire. Tout doit se tenir, car, rien dans un récit n’est isolé.
Même le choix des lieux n’est pas innocent. Les espaces étroits et confinés sont propices aux drames, aux suspenses… Le temps, le froid, le soleil, la pluie, l’hiver jouent un rôle dans un roman et créent une ambiance qui va contribuer à exprimer votre univers.
Les romans d’Agatha Christie se déroulent très souvent dans le cadre d’une propriété familiale. Ceux de Georges Simenon se passent dans des quartiers populaires, il fait gris, l’atmosphère est lourde…
Rappelez-vous que tous ces éléments constituent votre univers d’auteur, et que, si il plait à votre lectorat, votre livre leur plaira.
Chacun de nous à sa façon d’exprimer ses émotions, cette manière de faire qui est la vôtre est votre « griffe » d’auteur, elle permet non seulement à vos lecteurs et lectrices de retrouver un univers qui leur convient, mais, elle vous identifie et ainsi vos lecteurs et lectrices savent le style et l’ambiance qu’ils vont trouver dans vos romans.
Cordialement Camille Saintonge

le mook francophone

Le mook francophone phoenix que vous trouverez sur le site « escapadeclubinc.com » est gratuit et propose à ses lecteurs et à ses lectrices de découvrir des solutions déjà  mises en oeuvre par des groupes de personnes ou individuellement : le commerce équitable, les monnaies alternatives comme le bitcoin et autres, vivre sur un bateau, dans un camping car, dans une yourte etc.
si vous ne le recevez pas encore allez maintenant vous inscrire sur le site «escapadeclubinc.com»pour le recevoir, il est gratuit. votre prénom et un mail valide suffisent.
Si vous aussi vous croyez qu’un autre monde est possible, faites suivre ce mail aux membres de votre liste et rejoignez nous sur le mook francophone phoenix : à escapadeclubinc.com
cordialement Camille Saintonge

Pour Petteri Talus, même si les émissions de gaz à effet de serre et les températures continuent d’augmenter, « le monde bouge et le problème est compris ». « Il n’y a pas de raison d’être totalement pessimiste », a-t-il assuré devant la presse à Madrid.
© 2019 AFP
pastedgraphic-2019-12-18-18-03.png

Vous souhaitez en savoir plus ? lisez le mook francophone phœnix : http://www.escapadeclubinc.com