J’éxagère

La plaie du marketing à l’américaine envahit tout. Qu’il soit question de prendre une App dans l’apple store avec des achats intégrés, de vouloir acheter un article banal, de se renseigner en visitant un site, on ne parvient pas à échapper à cette mauvaise habitude de « l’abus de confiance » banalisée et systématisée partout sur internet par une américanisation galopante de nos usages.
Je ne m’y fais pas, il faut perdre un temps précieux à parcourir des pages de vente sans que l’on trouve finalement ce que l’on cherche : combien cela va réellement couter et qu’est-ce que l’on achète.
Je viens de me rendre sur un grand site très connu de vente d’espace où je voulais prendre quelques gigas, pour y loger un site. Tout y était tellement peu clair que j’ai fermé le site après une dizaine de minutes car, je ne savais pas au bout de ce temps pourtant déjà bien long combien j’allais devoir payer par an.
j’espère avec le temps, que trop de marketing tuera le marketing au profit d’offres claires et sans ambiguïtés qui sont souvent en apparence plus couteuses, mais, qui à l’usage s’avèrent beaucoup plus économiques et surtout sans mauvaises surprises.
Pourquoi acheter un véhicule dont on ne vous dit pas que le prix ne comprend pas le volant, spécifique à la marque, qu’il vous faudra obligatoirement acheter à un prix égal au prix du véhicule proposé à un prix avantageux en apparence (mais qui ne l’est plus tant que ça à l’usage?… )
cordialement Camille

le besoin non satisfait

Lorsque l’évolution de certains personnages implique un changement interne, le traumatisme émotionnel prend une très grande importance.
Un des déroulements qui se produit habituellement avec ce genre de personnage, c’est que l’histoire commence par un personnage qui est en manque de quelque chose, il ressent un vide qui le fait aspirer à quelque chose d’autre.
C’est le besoin non satisfait, et, le reste de l’histoire va consister pour le personnage à rechercher à combler ce manque et à rechercher un objectif qui va lui permettre de le combler.
Prenons l’exemple d’un personnage dont la vie aurait été brisée par une séparation conjugale et, où sa femme l’aurait quittée. L’histoire de ce personnage pourrait être la recherche de l’amour et la reconnaissance ou sur un plan professionnel la recherche de l’estime et de la reconnaissance de ses collègues, ou les deux…
cordialement Camille

le changement

Ce qui fait bouger le protagoniste, c’est son besoin d’évoluer, de changer. Mais cette évolution c’est également ce qui capte l’intérêt du lecteur qui y trouve inconsciemment une image de ses propres combats personnels et trouve dans l’évolution de vos personnages de quoi nourrir son expérience du monde qui l’entoure et ses émotions.
Son évolution peut se manifester de différentes façons. L’une des manières de faire changer de votre personnage est celle-ci :
Le protagoniste peut entreprendre une évolution intérieure afin de lui permettre de se libérer de ses peurs et de ses blessures émotionnelles qui sont le résultat de ses fausses croyances qui viennent de son passé…
cordialement Camille

La pyramide des besoins de Maslow

Un outil pour les écrivains pour mieux comprendre et exprimer les besoins de leurs personnages est d’utiliser la pyramide des besoins de Maslow :
Les besoins physiologiques, les besoins primaires (manger, boire dormir se reproduire …)
Les besoins de sécurité (être dans un endroit sur, en bonne santé et être stable…)
Les besoins d’amour et d’appartenance (être aimé et aimer les autres…)
Les besoins d’estime et de reconnaissance (être valorisé, reconnu et estimé par les autres …)
Les besoins d’épanouissement (pouvoir réaliser son potentiel, atteindre ses buts, respecter ses valeurs fondamentales, ses croyances …)
Lorsque un besoin humain est diminué ou manquant, au point de perturber la vie d’un personnage, il devient une motivation profonde pour celui-ci. Privez vos personnages d’un besoin important pour lui et cela le fera agir.
cordialement Camille

blessures émotionnelles

Les désirs, les besoins, les valeurs et les émotions sont tous des secteurs à explorer pour le romancier, mais l’une des zones les plus captivantes concerne les blessures émotionnelles.
Depuis combien de temps ne parlez vous plus de vos objectifs ou pire refusez vous d’essayer de réaliser votre rêve parce que vous croyez que vous échouerez ?
C’est le fruit de vos blessures émotionnelles. Mais la vie est quelque chose de douloureux et toute les leçons qu’elle nous donne ne sont pas toutes positives. Les personnages dans les histoires ont eux aussi subi des blessures émotionnelles qui les ont traumatisé et qu’ils ne peuvent pas oublier. Ces expériences négatives causent des dégâts à un niveau psychologique. Ces blessures viennent souvent de l’environnement proche, un membre de la famille, un amant, une maitresse, un mentor, un ami…
Ces blessures ont des répercussions qui font évoluer les individus. Les personnages de romans subissent les mêmes épreuves difficiles et eux aussi évoluent . Les gens sont le résultat de leur passé et si nous voulons que nos personnages soient réalistes pour nos lecteurs nous avons besoin de connaitre leur passé.
cordialement Camille

romancier

Les obstacles, la compétition, les opportunités nous amènent chaque jour à nous demander : comment vais-je faire face à ce problème, que se passera t’il si j’échoue ?
La peur, le doute, l’insécurité font partie du sac à dos que nous devons porter chaque jour. Le besoin de grandir, de devenir meilleur, offre au romancier la possibilité de créer un miroir du monde réel au travers de la fiction et, d’offrir en toute sécurité au lecteur, un moyen de plonger dans ses propres sentiments et émotions en partageant les aventures des personnages des histoires qu’il lit. Le lecteur a ainsi un aperçu sur des situations difficiles, des dilemmes moraux et des évolutions que peuvent subir d’autres personnes. Ceci peut l’aider à mieux appréhender différents aspects de sa propre vie.
cordialement Camille

une histoire

Les gens sont captivés par les histoires. Au plus profond de nous mêmes nous nous plongeons dans d’autres univers, et sommes fascinés par une réalité qui est différente de la notre. nous résolvons des mystères, participons à des luttes glorieuses, découvrons des endroits merveilleux, vivons des romances et suivons pas à pas un héros à travers une aventure. Une histoire captivante devient unique parce qu’elle nous offre la possibilité de vivre la vie d’une autre personne, le héros ou l’héroïne du récit que nous lisons. Cela peut sembler irréel, mais cela nous permet d’échapper le temps d’une lecture au stress du monde qui nous entoure, de nous distraire. C’est en cela que les romans nous attirent. Depuis que le monde existe, les histoires ont été utilisées pour enseigner, pour transmettre des informations, des idées, et autres sous des formes différentes. Cette tradition se poursuit de nos jours. Nous racontons des demi-vérités à nos amis sur le week-end que nous avons passé à la montagne ou à la mer, ou relatons une anecdote à nos collègues de bureau sur le charme d’une voisine ou sur ce que fait notre voisin… Mais une histoire nous permet surtout de partager nos sentiments, nos espoirs, nos désirs avec les autres.
cordialement Camille

Escape game

Je viens de découvrir ce concept sur le site : https://frenchcanadiantravel.com

Qu’est ce qu’un Escape game ?
C’est un jeu d’évasion qui consiste à s’échapper d’une pièce dans une durée limitée (la plus part du temps une heure). Le jeu se pratique en groupes de deux a dix personnes suivant les piéces et les missions.
Les joueurs doivent chercher des indices, fouiller minutieusement la pièce pour pouvoir répondre aux énigmes qui leurs permettront de trouver la solution pour sortir de la pièce.
Certains sont constitués autour d’une histoire alors que d’autres proposent une successions de jeux logiques sans liens les uns avec les autres.
uniquement sur réservation.
La participation coute entre 18 et 27€ par personne.
Les participants sont reçus dans un salon d’accueil pour recevoir les explications et les consignes.
à la fin ils reçoivent une photo de leur équipe.
cordialement Camille

le danger

Vivez vous mieux aujourd’hui qu’hier ? Votre pouvoir d’achat a t-il augmenté ou diminué ? Êtes vous satisfait des augmentations régulières du coût de la vie et de votre situation en général ?
Quelque soit votre réponse la propagande et les déclarations d’auto-satisfaction des uns et des autres ne devraient pas influencer vos sentiments. La réalité, elle est dans votre assiette, c’est ce que vous vivez au quotidien, le reste n’est qu’un épais brouillard que chaque parti glisse devant les yeux du citoyen pour lui faire prendre des vessies pour des lanternes tout en étant indifférent au fait qu’à ce petit jeu le citoyen peut facilement se bruler. Il faudrait toujours laisser un peu d’espoir, aussi minuscule qu’il soit, car, trop de rêves d’espoirs déçus peuvent se transformer en cruelles réalités, et, l’histoire nous apprend que lorsque les hommes n’ont plus rien à perdre le danger est partout.
cordialement Camille

avec ou sans plan

Robert Ludlum, le romancier américain rédige des synopsis de plus de cent pages qu’il modifie et réécrit souvent plusieurs fois. Son synopsis est tellement détaillé que dés qu’il en est satisfait son roman est terminé. ses scènes sont détaillées en courtes phrases et comportent la totalité de ce qui va se passer dans la scène qu’il n’a plus qu’à développer.
Stephen King au contraire écrit d’instinct, sans faire de plan. Lorsqu’il commence son roman il ne sait pas ou il va. Il va faire évoluer ses personnages et son intrigue, mais il le fait au fur et à mesure de l’avancée de sa réflexion et de son écriture.
Ces deux grands auteurs américains ont des méthodes différentes, c’est que la méthode d’écriture d’un roman n’obéit qu’à une seule règle : utilisez la méthode qui vous convient le mieux à vous. Pour ma part j’utilise une méthode qui est un mélange de ces deux méthodes. (voir sur amazon « comment réussir son roman en 10 étapes simples »).
cordialement Camille Saintonge