panne

Ce qui me frappe dans les récits de mer, c’est qu’ils ne font en général pas état des difficultés rencontrées. C’est pourtant la caractéristique principale de la vie sur un voilier en mer, même sur un bateau parfaitement entretenu.
Tout tombe toujours en panne bien entendu au plus mauvais moment. La mer, le vent, le soleil, bouffent tout, aussi bien l’électronique que les voiles ou les divers instruments de navigation ainsi que ceux qui facilitent le confort à bord.
La véritable catastrophe que l’on trouve dans les récits c’est le pilote automatique qui tombe en panne et qui oblige le navigateur à barrer.
C’est fatigant mais ce n’est rien souvent à côté d’un moteur diésel victime dans les eaux chaudes d’une bactérie qui bouche les tuyauteries…
Le marin passionné hésite à parler de ses misères, et, de sa vie à bord, la caisse à outils à la main peut-être de peur de décourager le plaisancier en devenir.
Je crois qu’il ne faut pas occulter ces nombreux problèmes. La plaisance n’est pas toujours de tout repos et les voisines topless dans la marina, et les équipières délurées, n’éclipsent en rien le tournevis et le cambouis.
cordialement Camille

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s