une transat tranquille

Voici ci-dessous le récit d’une traversée de l’atlantique.
Las Palmas au revoir! À la fois heureux de jouer les Christophe Colomb, et triste de quitter les Canaries en larguant les amarres, avec sur le ponton des « amis » qui nous disaient au revoir, et sur la digue, une troupe de saltimbanque qui jouait de la musique.

Roland sentait sur ses joues la caresse des Alizés, en pensant pourvu que cela continue.

Il dormait peu les premiers jours de navigation, était-ce à cause de la tension? De l’ivresse du départ? Etait-ce à cause de ce plongeon dans l’inconnu, le fait d’abandonner sa zone de confort?

La Transat comme on dit, est le passage obligé pour les Antilles. Des centaines de bateaux la réalisent chaque année. Les trois copains Roland Armel et Pierre faisaient le trajet pour la première fois.

Très vite le rythme commençait à s’installer, la pression se faisait moindre, les habitudes s’installaient, ils contemplaient les étoiles, chaque nuit était différente. Les anciens navigateurs, de Colomb à Magellan mais aussi de Moitessier à Tabarly, ne réussissaient les traversées de l’Atlantique qu’avec les astres. Les trois copains, Eux, regardaient le GPS et étaient attentifs aux bulletins météo.

Des dauphins venaient régulièrement leur rendre de petites visites, comme pour s’assurer que tout allait bien a bord, ils leur donnaient le spectacle de leurs jeux, comme pour confirmer la bonne marche de leur aventure.

Ils se décidèrent vite de pêcher, à lancer cette canne qui commençait à leur fournir des dorades à profusion. Au début tout le monde était excité à l’idée de manger du poisson, mais l’excitation céda rapidement la place à «encore une dorade?».

Ils avaient le sentiment, de ne faire qu’un avec les éléments, l’océan Atlantique, les portait, les transportait, les guidait vers leur destination.

Le bateau continuait d’avancer, mais lentement, ils allaient avoir besoin de 20 à 22 jours pour atteindre les Antilles. Partis de Las Palmas le 17 Décembre, ils allaient passer Noël et la St Sylvestre à bord. C’était aussi un des plaisirs de cette traversée, passer les fêtes en mer sur leur bateau.

Les émotions seront diverses, entre deux morceaux de guitare, deux pages de roman, deux manœuvres, deux discussions, deux soupers. Mais, il leur restera une grande satisfaction lorsque ils poserons le pied à la Barbade le 8 janvier.
cordialement Camille

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s