Les quatre sortes de nouvelles

l’histoire courte compte moins de 7 500 mots, la novelette comprend les histoires entre 7 500 et 17 499 mots, et la novella, presque un roman, comprend les histoires entre 17 500 et 40 000 mots.

La micronouvelle, récit suggestif souvent caustique caractérisé par une brièveté extrême (moins de 300 signes), est, quant à elle, de plus en plus considérée par les critiques littéraires comme un genre à part entière.

Caractéristiques
La longueur standard, généralement accepté pour une microfiction est de 1 000 caractères espaces compris (cec) ou moins. Par contraste, une histoire courte traditionnelle compte de 2 501 à 7 500 cec, une nouvelle courte de 7 501 à 17 500 cec, une nouvelle de 17 501 à 40 000 cec et un roman 40 001 cec et plus.
La rédaction d’une micronouvelle est un art qui dispose de ses caractéristiques propres, totalement différentes de celles qui régissent la rédaction d’une nouvelle et même d’une nouvelle brève. En effet, dans une micronouvelle, l’histoire et les personnages, imaginaires, contrairement à d’autres formes de fragments, sont suggérés ou simplement croqués d’un trait plutôt que décrits. Parfois proche de l’aphorisme, souvent incisive, la micronouvelle aime jouer sur les mots, détourner les expressions courantes et faire appel à la culture générale du lecteur. Elle est particulièrement bien adaptée à l’humour noir.
trois formes de micronouvelles : le Hemingway (6 mots), le Fénéon (3 phrases ou lignes maximum) et le Pépin (300 signes maximum avec le titre).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s