2 poids 2 mesures

Le nettoyage de ma boite mail est en bonne voie. Ce matin zéro spam. Il ne me reste plus que 55 mails dans ma boite d’indésirables auquels je veux encore me désinscrire par mesure de précaution. Certaines publicités rendent d’ailleurs la désinscription ambiguë et il faut prendre le temps de bien lire car il faut s’y reprendre à deux fois et bien supprimer son inscription dans la base de données et pas seulement de la pub qu’ils vous ont envoyée…

Ce qui m’a surpris parmi les milliers de spams que j’ai reçu en mars, c’est que les publicités venaient toutes de grandes sociétés connues, ayant pignon sur rue. Y aurait-il deux poids et deux mesures? Les grands groupes peuvent ils donc tout se permettre? Car je ne m’étais même pas promené sur leurs sites et je n’avais jamais souscrit ni sollicité leur pub.

C’était donc que mon mail avait été commercialisé à partir d’enquêtes auxquelles j’avais participé en début d’année durant une semaine pour tester si c’était une activité à distance susceptible de permettre de gagner quelques euros à partir de son ordinateur. Je vous en avais alors parlé et dit que cela prenait beaucoup de temps pour un rapport financier négligeable. (je n’ai d’ailleurs rien perçu à l’exception de « points »)

Il faut aujourd’hui que je rajoute et que je précise que si participer à ces enquêtes ne rapporte pas d’argent cela ramène une multitude de spams décalés dans le temps et que cela est long pour se désinscrire.
cordialement Camille

Publicités

les secrets du visage 1

Nous vous proposons ici une méthode d’investigation pour décrire un visage en découvrant les règles fondamentales qui régissent la forme et la fonction.

La forme humaine a un sens. Les formes nous révèlent les fonctions de l’âme et de l’esprit et nous les rendent visibles. Elles enrichissent notre connaissance des hommes.

On peut diviser les visages en quatre catégories distinctes: Les émotifs, les passionnés, les actifs, les apathiques. Savoir décrire les caractéristiques de ces quatre types de visage apporte un plus à l’écriture.

Lorsque Balzac décrit un visage, il parle et permet au lecteur de mieux percevoir le personnage dont il parle, c’est la même chose que lorsque l’on décrit un paysage ou un objet, cette description laisse une impression, une sensation, une émotion.

C’est par les émotions que suscite un protagoniste pour le lecteur que nous pouvons nous identifier à lui, l’aimer ou le détester.
Nous allons dans cette série sur les secrets du visage apprendre à décrire et à mettre en lumière l’âme profonde d’un personnage. (à suivre)
cordialement Camille

Structure et intrigue

La structure et l’intrigue sont deux choses totalement différentes. Des romans peuvent avoir la même structure et être différents. C’est d’ailleurs très souvent le cas. On ne compte plus les romans ayant la même structure, souvent en trois parties.

1. situation de départ
élément déclencheur
départ à l’aventure

2A. l’apprentissage
autre temps autre lieu
lutte contre la nature
lutte contre les sbires du méchant

2B. le combat
situation centrale le protagoniste sait tout et réagit,

  1. s’attaque au méchant mais est fait prisonnier

on le croit perdu, mais est libéré par l’auxilliaire

  1. 3. climax,
  2. le combat à mort
  3. le héros gagne

le héros est récompensé et prêt pour de nouvelles aventures

Mais, L’intrigue d’un récit c’est l’ensemble des évènements et des faits qui constituent le récit. C’est la combinaison des circonstances et des incidents qui forment le nœud même de l’action, qui la suspendent et menacent de l’arrêter ou de la détourner du but marqué, jusqu’à ce que le dénouement l’y ramène d’une façon inattendue et la précipite.
Cordialement Camille

trop c’est trop

Encore 128 désabonnements à effectuer. 464 messages non sollicités aujourd’hui, c’est gourmand. Tous ces messages arrivent par des centres d’envoi et il convient de se désabonner non seulement des messages de x, y, ou z, mais également des centrales d’envoi. C’est long et pervers, car, le désabonnement comprend souvent plusieurs liens à cliquer pour se désabonner. Je n’ai jamais sollicité ces envois, mais, sans doute cliqué pour recevoir une information et vraisemblablement ce clic devait inclure de recevoir des publicités de tiers, cela inscrit dans de petites lignes minuscules de bas de page que je n’ai pas lu. C’est pénible, car ce clic devait également transmettre à d’autres centrales mon mail. Heureusement trop de pub tue la pub et j’ai reçu tellement d’offres de n’importe quoi que je me désabonne de tout et serai plus vigilant à l’avenir avant de cliquer sur quelque chose.
Je comprend la chute d’audience des sites sur internet, causés par tous ces abus, ainsi que les mails que les gens n’ouvrent plus. Je regrette que ces méthodes pourrissent les courriels bien pratiques pour communiquer.
cordialement Camille

l’urgence de la contravention

Il y a dans notre pays un certains nombre de choses qui m’interpellent. Est-il plus urgent de verbaliser les automobilistes mal garés ou de s’occuper du terrorisme?
Lorsque l’on voit les batteries d’employés qui s’appliquent à mettre des contraventions on se rend compte que l’urgence c’est l’argent à faire rentrer. Comment imaginer qu’il en soit autrement, comment peut-on croire que ces gens qui font leur travail ne puisse pas être employé à des tâches plus constructives pour combattre le terrorisme, recoupements, surveillances, comparaisons, dépouiller des fichiers…
Si ils n’étaient pas capable de le faire, il y a des milliers de retraités qui seraient susceptibles d’accepter des tâches mal payées pour améliorer leur retraite et vivre un peu moins mal.
Alors, qu’attend t-on pour traiter en priorité les urgences et mettre toutes les forces disponibles au travail.
cordialement Camille

Les 3 dimensions d’un personnage

Un personnage a une hauteur physique, une largeur sociale, et une profondeur psychologique. Ces trois facteurs interagissent les uns avec les autres.
Nous ne connaitrons jamais ni les antécédents psychologiques, ni sociaux ni même le physique d’un personnage très secondaire.
Un personnage de second plan se résume à son rôle et un à un aspect plus social que psychologique.
Les personnages de premiers plans, héros ou adversaires sont présentés sous leurs trois dimensions:
dimension physiologique, âge, sexe, poids, taille, force, maladies…
dimension sociale, ethnie, nationalité, religion, province, milieu social, parents, métier…
dimension psychologique, désirs, caractère, motivations, obsession, complexes…
C’est de ces trois dimensions que nait la profondeur d’un personnage et sa capacité à faire naitre ou pas la sympathie du lecteur.
Il faut donc nommer, décrire et qualifier les personnages principaux. Pour qu’un personnage soit mémorable, il faut qu’il ait au moins un trait caractéristique qui suscite un jugement.
Le lecteur doit pouvoir partager les sentiments des personnages principaux, pour cela on utilise la douleur, le danger et le caractère exceptionnel…
cordialement Camille

17 Mars

C’est la fête à: Patrick

Le patron de tous les Irlandais est né en fait au pays de Galles, à la fin de l’époque romaine, dans les années 380.

Enlevé par des pirates Scots (nom porté par les Irlandais au Moyen Âge, à ne pas confondre avec les Écossais), l’enfant est emmené en esclavage en Irlande où il devient gardien de cochons sur les pentes du mont Slemish, dans le comté d’Antrim. Il réussit à s’évader, retrouve ses parents puis gagne la Gaule. À Auxerre, auprès de l’évêque Germain, il reçoit la prêtrise.

Patrick obtient de revenir en Irlande pour convertir les païens. Il embarque pour l’île avec le titre d’évêque, avec quelques compagnons. Le trèfle à trois feuilles lui permet d’expliquer le mystère de la Trinité (trois Personnes – le Père, le Fils et l’Esprit-Saint – en un seul Dieu). La plante deviendra le symbole de l’île.

Infatigable dans son apostolat, Patrick doit affronter de nombreuses résistances, notamment celle des druides. Il meurt vers 461, à plus de 80 ans, sur la terre de Dichn où son tombeau devient aussitôt un lieu de pèlerinage.

Depuis lors, chaque année, le 17 mars, jour de sa fête, les Irlandais du monde entier ne manquent pas de célébrer sa mémoire… avec force chopines.

 

C’est le 17 mars 1808 que Napoléon 1er institue par décret treize consistoires régionaux en vue de gérer les synagogues et les organisations israélites (les consistoires régionaux seront ramenés à sept à la chute de l’Empire en 1815). Ces consistoires sont supervisés par un Consistoire central de France, qui réunit trois grands rabbins et deux laïcs. Il est assimilable au Grand Sanhédrin traditionnel.

C’est la première tentative en France d’organiser et contrôler le culte israélite. Elle a été inspirée à l’empereur par le souci de prévenir les pogroms et les conflits religieux, notamment en Alsace où les juifs étaient relativement nombreux et suscitaient l’ire de la population locale, notamment par leur refus de s’intégrer (la France de 1789 en compte environ 40.000 sur 26 millions d’habitants, soit environ cinq fois moins qu’aujourd’hui en proportion de la population globale).
Le décret est publié au terme d’un à deux ans de délibérations entre les représentants des communautés israélites. Ceux-ci acceptent en définitive de renoncer à la loi mosaique («loi de Moïse»). Ils rejettent la polygamie et la répudiation, admettent le divorce et les mariages mixtes ; ils se reconnaissent pleinement français, respectueux du code civil (ou Code Napoléon) et disposés à défendre le territoire national.