La vie secrète du plus petit état du monde

Les heures noires du Vatican ont été nombreuses, mais, je crois que la pire période est celle de l’éveil de la nation italienne qui avait vu la disparition du Vatican en Italie en tant qu’état.

Il a du attendre la signature des accords du Latran pour que l’état Italien reconnaisse sa souveraineté et son indépendance territoriale avec une superficie limitée.

On est loin certes des anciennes possession du Vatican qui s’étendaient sur 18000 hectares, mais, aujourd’hui les 44 hectares de la cité du Vatican et de Castel Gondolfo, la résidence d’été du pape, peuvent paraitre modestes, mais cela suffit à l’église pour rayonner dans le monde entier et avoir le service de renseignements le plus performant du monde.

Et puis cela lui évite d’avoir à gérer une grève des transports ou autres douceurs dont notre société actuelle regorge.

Cette dictature, car, cela en est une, gère et intervient par le biais de ses nonces sur toute la planète.

Indifférent aux scandales qui à intervalles réguliers éclaboussent le plus petit état du monde, le Vatican suit son petit bonhomme de chemin depuis 2000 ans. Le pape règne sans partage sur les catholiques du monde entier.
cordialement Camille

Pour ou contre le mélange d’infos

La Corée du nord met en orbite un objet non identifié, est-ce pour surveiller et identifier les personnes qui déposent des déchets en forêt en France? ou pour surveiller son voisin du sud? à Moins qu’il soit question d’avoir à l’oeil les écolos de notre dame des landes?
L’orchestration des évènements d’une même journée peut donner des résultats qui peuvent surprendre et même être amusant.
Rien qu’avec ces quelques évènements on peut envisager un grand nombre de possibilités, toutes aussi surprenantes les unes que les autres. On dispose des évènements, mais, sortis de leur contexte ils perdent leur côté tragique et deviennent une source de distraction. Plus sympathique non?
Cette façon de faire est un grand classique des ateliers d’écriture, qui, consiste à écrire un texte avec des mots imposés. Ici, des évènements d’une même journée du début février.
cordialement Camille

écrire un policier, méthode Agatha Christie

Voici la méthode d’Agatha Christie pour écrire un roman policier:

La première chose à faire est de choisir votre coupable. Puis en vous mettant dans sa peau vous décidez des moyens qui vous permettront le mieux de masquer sa culpabilité.

  • Inventez l’histoire du crime : l’élément déclencheur, les évènements qui ont conduit au forfait…
  • Imaginez le mobile de l’auteur ou du commanditaire du crime, Décrivez le type de personnage qui pourrait le commettre.

Ensuite, faites votre plan, et recommencez votre exposé par le commencement en vous plaçant du point de vue du lecteur, ce qu’il voit, ce qu’il entend, ce qu’il sent, les objets présents sur la scène du crime… Essayez, et vous verrez comme c’est simple.
cordialement camille

Les dessous de la politique

Que la politique est laide. Elle manipule et manipule encore les populations. La propagande est l’arme la plus redoutable du pouvoir politique.

Des photos, des articles, des films…

Comment distinguer le vrai du faux au milieu de déclarations, d’interviews, de photos, de films orienté dans le but de faire croire aux populations ce que veut le pouvoir politique?

Les médias supposés être indépendants ont une lourde responsabilité dans cette propagande. Mais, le pouvoir dispose de moyens suffisants pour trouver les relais nécessaires pour diffuser ce qu’il souhaite dans le sens qui lui convient, et, museler ceux et celles qui ne partageraient pas sa façon de voir et tenteraient de l’exprimer.

Le politiquement correct est la règle qu’il est préférable de ne pas transgresser sous peine de graves ennuis. Mais, heureusement, personne n’est parfait…
cordialement Camille

Quelques trucs dévoilés pour écrire

L’écriture d’un roman commence par une idée d’histoire. Des histoires, au cours d’une journée on en rencontre une multitude. Mais, encore faut-il que le sujet de l’histoire motive l’auteur et qu’il ait envie de s’en servir pour développer un thème qui lui tient à coeur et dont il a envie de parler.

Quelques lignes suffisent pour raconter l’histoire et trouver un début d’intrigue avec un début, un milieu, et, une fin.

Ensuite il faut imaginer un protagoniste avec un paradoxe, comme par exemple un héros qui ne sait pas nager et à peur de l’eau, mais doit pour une raison vitale traverser la manche à la nage.

En deux lignes, on vient de poser de nombreux obstacles, mais ce n’est pas encore assez.

Le protagoniste doit avoir une très bonne raison pour se lancer dans cette aventure au lieu d’emprunter le tunnel sous la manche.

Quant à l’enjeu, il doit être également très important et ne pas concerner que le protagoniste. L’arrivée d’un adversaire qui pour également de bonnes raisons veut également bénéficier de l’enjeu va venir corser l’histoire.

Le casting continue avec un mentor, un auxiliaire, un incident déclencheur. Le reste viendra au fur et à mesure de la mise en place avec une intrigue plus élaborée.
cordialement Camille

fallait-il bruler les banques?

Je lisais dernièrement un ouvrage sur Hjalmar Schacht le banquier qui a mis le pied à l’étrier à Adolf Hitler et sur ceux qui ont participé à son ascension. Ils étaient nombreux, essentiellement motivés par l’intérêt, l’ambition et le pouvoir.

Le côté surprenant de cette histoire, c’est que tous ces gens là à l’origine du développement du nazisme et les « commanditaires » de Hitler n’ont pratiquement pas été inquiété à la fin de la guerre.

J’écris surprenant et pourtant je ne suis pas surpris, car, tristement, déjà, le concept américain de l’argent et de l’intérêt dominait les débats.

Le tribunal de Nüremberg s’est attaqué aux figures du nazisme qui ne pouvaient pas servir aux américains. Tous ceux qui pouvaient être utiles ont été envoyés aux USA et ont fini leur vie dans leur lit.

Les groupes américains et britanniques qui ont largement contribué à ces opérations n’ont pas subi le moindre préjudice après la guerre.

Les patrons allemands des grands groupes ont été condamnés à des peines symboliques lorsqu’il n’était pas possible de faire autrement.

L’argent cette morale américaine qui semaine après semaine s’insinue dans notre société fait de plus en plus de ravages.

La crise financière des années 2008 a vu le renflouement des banques alors qu’il eut fallu utiliser cet argent pour développer l’emploi et les investissements qui entrainent la croissance. Il fallait sacrifier les banques.

Le fossé se creuse de plus en plus entre les citoyens, favorisant du même coup la montée des extrémismes.

L’histoire est pourtant là pour témoigner de la toxicité des pouvoirs financiers, mais, la médiocrité des politiques dans leur ensemble poursuit son chemin dans des actions qui n’apportent pas au citoyen le minimum nécessaire à sa survie.

Cette complaisance nous entraine doucement mais surement vers des jours encore plus difficiles. Ces gens là ne pensent et ne sont déterminés que pour se faire réélire.
cordialement Camille

Les dessous de la démocratie

Que la politique est laide. Son arme la plus redoutable est la propagande.

La propagande est l’action de diffuser, de propager, de faire connaître, de faire admettre une doctrine, une idée, une théorie politique. Son but est d’influencer l’opinion publique, de modifier sa perception d’évènements, de personnes, de produits, de convertir, de mobiliser ou de rallier des partisans. La propagande prend la forme de campagnes de diffusion d’informations toujours partiales et déformées, à grande échelle, parfois insidieuses.

La propagande moderne exploite les connaissances et les techniques de la psychologie et de la communication. Elle privilégie la manipulation des émotions, au détriment des capacités de raisonnement et de jugement.

La propagande est le terme officiel en France pour désigner les programmes et professions de foi dans les campagnes électotorales. Le sens moderne du mot propagande, plutôt péjoratif, date de la Première Guerre mondiale. Dans le sens commun, la propagande correspond à la désinformation mise au service d’une cause politique ou d’intérêts particuliers.

Dans les démocraties les moyens de conquête ou de conservation du pouvoir sont fondés sur la persuasion et s’appuient sur le pouvoir des médias.