Les chacals

Au cours de la seconde guerre mondiale l’Allemagne a dépouillé les pays qu’elle a envahi. Elle s’est servie des populations vaincues pour en faire une main d’oeuvre à bon marché.

Aujourd’hui on sème la désolation dans un pays en armant les uns contre les autres des factions souvent créées de toute pièce et point n’est besoin d’instaurer un régime de travail obligatoire, les populations viennent d’elles mêmes se réfugier dans une Europe aux abois et au bord de l’explosion mais où règne une apparence de démocratie.

Le creuset pour intégrer est débordé par le nombre et doit évoluer. Nous ne sommes déjà pas parvenu depuis 1958 à intégrer les flux en provenance du Maghreb, alors ceux du moyen-orient qui nous arrivent, ne vont ils pas aller grossir la masse des mécontents ? Quel pourcentage va s’intégrer ?

La révolution de l’immigration est en marche et va profondément bouleverser notre pays. Jusqu’à quel point sommes nous encore dans notre pays, cette révolution n’a t’elle pas déjà commencé ? Devons nous commencer à nous intégrer à notre tour à ce nouveau pays qui était le nôtre et dont nous ne connaissons pas encore les nouvelles règles ?
cordialement Camille

Publicités

Le pouvoir est en nous

Le pouvoir est en nous, en chacun de nous.
Contrairement à ce que l’on enseigne, ce n’est pas notre volonté qui nous fait agir mais notre imagination. Toute idée que nous avons dans l’esprit devient vraie pour nous.

« Chaque fois qu’il y a conflit entre l’imagination et la volonté, c’est toujours l’imagination qui l’emporte, et dans ce cas nous ne faisons pas ce que nous voulons, mais nous faisons précisément le contraire de ce que nous voulons, et plus nous faisons d’efforts volontaires, plus nous faisons le contraire de ce que nous voulons. »
Par exemple : Plus l’on veut trouver un nom que l’on croit avoir oublié, plus il nous échappe. Il nous revient seulement quand on remplace dans notre esprit l’idée : « j’ai oublié » par l’idée « cela va me revenir ».
Les pensées malsaines sont l’abime de ceux qui ne savent pas s’y soustraire.
« Je désire telle chose et je suis en train de l’obtenir » et comme je ne fais pas d’efforts je vais réussir. »
L’esprit doit rester maitre de la carcasse.
cordialement Camille

changer les lois

cela va devenir une urgence si l’on ne veut pas que notre culture, nos habitudes de vie, nos usages ne disparaissent définitivement, ce qu’ils font chaque jour un peu plus.

Noyés sous les flux migratoires, on commence à se poser la question : y a t’il encore un français d’origine sur le territoire.

Notre pays devient un peu plus une copie du patchwork américain et va devoir évoluer très vite pour trouver son nouveau mode de vie, mélange de tous les peuples qui le compose il va devoir trouver de nouvelles valeurs et surtout de nouvelles façons de vivre et de communiquer pour permettre aux différentes communautés de vivre ensemble en bonne intelligence et dans la paix.
cordialement Camille

l’empire

L’empire romain trop vaste éclata vers l’an 450. Ruiné par les luttes internes pour le pouvoir et détruit par les rivalités qui opposaient les peuples les uns aux autres au sein de son administration.

Qu’en est-il de l’Europe aujourd’hui, et de la France en particulier? Combien de retraités n’ont plus accès aux soins faute de moyens et une retraite insuffisante pour vivre et le logement …

Pourquoi l’état ne serait-il pas capable de trouver des solutions pour remédier à cet état de chose, il en trouve bien pour accueillir des gens qui ne parlent même pas notre langue, tout cela n’est pas très raisonnable …
cordialement Camille

réfugiés à tout va

L’Europe accueille des réfugiés à tout va. N’y voyez surtout pas un acte de générosité. Depuis plus de une année nous sommes manipulés pour cela. À votre bon coeur m’sieu dame, Gavroche est prêt à se faire tuer.

Depuis 70 ans maintenant que les américains pratiquent la politique : « les ennemis de mes ennemis sont mes amis » ils ont réussi l’exploit extraordinaire de semer le chaos dans le monde.

Finançant et armant les uns contre les autres jusqu’à ce qu’ils se retournent contre la main qui les a nourri. En indochine au sortir de la seconde guerre mondiale, en Algérie, au pakistan, en Irak … et partout dans le monde où cela va mal. Diviser pour régner sur des décombres et des lacs de sang.

Maintenant on accueille sur notre sol à plein trains des « victimes » supposées des extrémistes musulmans. Sans doute dans le cadre de cette politique américaine infantile pour qu’ils luttent contre les terroristes parce qu’ils en ont subi les désagréments. J’en rigolerais à plein poumons si l’enjeu n’était pas aussi grave, mais ce sont des larmes qui coulent de mes yeux, j’ai honte de ces hommes politiques aux ordres. Le pire c’est qu’il y en a certainement dans le lot qui sont sincères.
cordialement Camille

Quand ?

Le temps qu’il fait est incontournable, et, c’est une part importante dans un roman. L’auteur a le privilège extraordinaire de pouvoir choisir le temps qu’il fait quand il raconte son histoire.

Ainsi dans le roman de Umberto Eco « au nom de la rose » l’auteur a besoin de trouver des traces de pas, la neige va venir à son secours…

De même le jour ou la nuit font la différence. Une rue sombre par un temps maussade avec une lumière entre chien et loup quelques rafales de pluie et un peu de vent sont plus propice à une agression ou une mauvaise action qu’une grande avenue bien éclairée par un soleil d’enfer…
cordialement Camille

lire, écrire

Ces quinze dernières années, j’ai lu un nombre considérable d’ouvrages sur l’écriture et, dés que j’en découvre un nouveau, je ne résiste pas, je l’achète.

J’écris depuis très longtemps et le premier ouvrage que j’ai publié était technique, c’était un pavé de quelques 400 pages dans un format 1/2 A4. Il s’est très bien vendu et beaucoup d’autres ouvrages techniques ont suivis.

J’avais l’habitude d’écrire dans la presse, Je fais cela depuis que je suis étudiant et je n’ai jamais arrêté. Un ouvrage technique consiste à mettre à la disposition du lecteur des techniques particulières qu’il convient d’expliquer.

Mais, lorsque je me suis lancé dans le roman c’est posé la question : comment raconter une histoire. Je lis beaucoup et c’est donc dans mes lectures que j’ai commencé à chercher des réponses sur l’écriture. Je n’en ai pas trouvé une mais des dizaines, autant que d’auteurs. Chacun ayant sa façon de structurer ses histoires.

On retrouve quelques grandes lignes, comme personnage, objectif, obstacle, solution, quant au reste c’est plus compliqué, il y a bien les 7 actants, qui cumulent ou pas certaines fonctions. Les 31 fonctions de Propp étant interchangeables, on ne les retrouve jamais toutes, on peut avoir l’histoire dans l’histoire, des structures à deux ou trois parties, les méthodes de Greimas, ou de Larivaille, des restes d’Aristote …

En définitive la seule chose importante est de produire encore et encore et surtout de se faire plaisir.
cordialement Camille