perdre du poids

l’acide chlorogénique, extrait du café vert ferait perdre de 1 à 3kg par semaine en absorbant un à deux comprimés chaque jour. Aucun effort particulier requis.

Je suis attentif à ces produits « miracles » et je doute toujours de leur efficacité, presque toujours avec raison. Compte tenu du nombre de personnes qui souhaitent perdre du poids, ne serait-ce que pour raison de santé (diabétiques), je suis surpris de ne pas en avoir entendu parler avant leur commercialisation par les américains.

Le passage par la case amérique est un facteur supplémentaire de doute et de méfiance pour moi. Le commerce aux états unis ne s’encombrant ni de morale, ni de vérité, mais, uniquement de profit.
Je vais poursuivre ma recherche documentaire sur ce produit.
cordialement Camille

intellectuel???

Pas une grande journée dans l’histoire du monde, hormis le décès de Diderot le père de l’encyclopédie. Fêtons les « Juliette » et souhaitons un bon anniversaire à Arnold Schwarzenegger.

Il me semble qu’il a été sénateur de Californie je crois, Ronald reagan mort en 2004 a bien été le 40° président des états unis. Ce sont de Belles prestations pour ces gens habitués à se remplir des textes des autres et qui n’étaient pas d’emblée et à priori destinés à la politique.

Ce qui surprend, sans réfléchir et d’une façon superficielle, c’est que le pouvoir et les qualités intellectuelles ne semblent pas faire bon ménage.

j’ai l’impression que la plus large majorité de ces maitres du monde est loin de faire partie de l’élite intellectuelle des pays qu’ils dirigent …
cordialement Camille

un coup de blues

Profitons de cette période de vacances pour évoquer des sujets dont nous ne parlons pas habituellement.

Sommes nous aussi vide que ça, que l’on peut nous remplir le cerveau de publicités et nous faire consommer n’importe quoi? C’est un fait que le développement des marques pour vendre est venue des citoyens les moins instruits et a son berceau dans les cités défavorisées. Revanche du pauvre qui vivait peut-être dans une cité mais portait, lui, des baskets de la marque xyz, comme tel champion (qui lui était payé pour cela). Le nombre aidant, la pratique à gagné les écoles. Le ver était alors dans le fruit.

J’ai personnellement beaucoup de difficultés à accepter sans réagir cette société à l’américaine qui nous envahit chaque jour un peu plus et qui est tellement différente des valeurs qui m’ont été inculquées.
cordialement Camille

Jacques Borel

Jacques Borel, un publicitaire, d’une époque révolue, à l’origine du ticket restaurant et de la restauration sur les autoroutes, il a créé le premier restoroute disait : que l’on parle de moi en bien ou en mal importe peu, ce qui compte c’est qu’on en parle. Son nom était souvent assimilé à la malbouffe à cause de sa cuisine industrielle de qualité médiocre.

On a oublié sa mauvaise nourriture industrielle, mais, son nom reste attaché à la restauration rapide et au ticket restaurant.

En politique le matraquage publicitaire à marqué l’époque précédent celle du président Hollande, mais nous revient à nouveau à l’occasion des prochaines élections présidentielles, le vizir qui voulait être calife à la place du calife continue à faire parler de lui, et, comme il l’avait déjà fait, il s’assure une présence quasi permanente dans les médias. Les latins disaient : « bis repetita placint ». En sera t’il ainsi ?
cordialement Camille

Faut-il tuer nos vieux?

Aujourd’hui la moyenne d’âge pour les hommes est de 77 ans, mais, ce dont on parle moins ce sont des souffrances qui accompagnent les dernières années. Un pic de chaleur, et, on est épuisé, on a du mal à respirer. l’arthrose, l’arthrite, le cholestérol, le diabète et les mille autres douceurs de la vie qui vous rappellent au quotidien que vous n’avez plus vingt ans.
Suivant votre nature cela peut commencer à cinquante ans, les plus chanceux parviennent à la retraite sans trop de misères, et ne commencent qu’après cette date à rentrer dans les soucis de santé.
C’est normal disent certains, les vieux comme ils n’ont plus rien à faire ils s’écoutent et ils passent leur temps à se plaindre.
On a bien amélioré la durée de vie, on vit plus longtemps aujourd’hui qu’il y a 50 ans, on a une meilleure hygiène de vie, mais à partir d’un certain âge on souffre beaucoup, et souvent en silence.
L’âge de départ à la retraite s’allonge, mais les ressources diminuent et la vie des personnes âgées devient de plus en plus difficile… C’est bien avant qu’il faut y penser, car vivre vieux n’est pas un cadeau…
cordialement Camille

Les nuances de vérité

à chaque époque, ce que la majorité croit être vrai, bon, ou indispensable peut être en réalité une erreur.

Au Moyen-Age, la majorité des gens croyaient que la Terre était plate ou que le Soleil tournait autour de la Terre, censée être au centre de l’Univers.

Au début du 20è siècle, la majorité des hommes croyaient indispensable de porter un chapeau, et la majorité des femmes croyaient indispensable de porter un corset.

Au début du 21è siècle, la majorité des humains croient que le but de la vie consiste à consommer toujours plus de biens et services.

La société d’une époque doit être replacée dans son contexte global, celui de l’évolution humaine, et plus largement encore, celui de l’évolution de la vie sur Terre.

Au niveau personnel, l’instant présent doit être replacé dans la perspective du temps global de notre vie, et du fait que nous sommes mortels.

vrai ou faux deux réponses insuffisantes, pensez aux nuances pour vous rapprocher de la vérité.

Ne pas faire son jugement en fonction de celui des autres, et ne pas prendre pour argent comptant ce qui est dit ou suggéré par les médias, la publicité, les responsables politiques.

Faites usage de votre libre-arbitre et de votre discernement. Posez-vous toujours la question de savoir ce que VOUS pensez, en fonction de votre vision et de ce que vous ressentez réellement. Tout en étant simultanément ouvert et tolérant vis à vis des autres visions ou perceptions.
cordialement Camille

Le sourire vient de l’intérieur

tarot psychologique

C’est la plus subtile des expressions humaines. La plus énigmatique, aussi. Le sourire séduit, mais, contraint ou automatique, il provoque le malaise. Le point sur un comportement inné qui fait de nous des humains à part entière.

L'Ange au sourire

Parce qu’il vient autant du cœur que de la raison, le sourire dit tout et son contraire. Première forme de langage non verbal, il crée instantanément du lien lorsqu’il est authentique, génère de l’inquiétude lorsqu’il est rictus ou provoque un malaise lorsqu’il est forcé.

Contrairement au rire, qui fait l’objet d’études depuis une trentaine d’années, le sourire intéresse les chercheurs depuis peu. Même Le Petit Larousse « sèche » sur sa définition, qu’il limite à quelques mimiques faciales : « Expression rieuse, marquée par de légers mouvements du visage et des lèvres. » Son étymologie est mal définie : du latin subridere, il viendrait « avant le rire », dont il serait un…

Voir l’article original 483 mots de plus

les 10 stratégies de la manipulation selon noam chomsky

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? «Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celle d’une personne de 12 ans». Extrait de «Armes silencieuses pour guerres tranquilles»

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sa Et sans action, pas de révolution!…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

* L’attribution de ce texte à Noam Chomsky est controversée. Jean Bricmont, professeur de physique théorique à l’université catholique de Louvain, écrit ainsi dans le site Le Grand Soir qu’ayant eu des doutes sur l’authenticité d’un texte qui lui apparaissait comme « une simplification et une déformation » de la pensée de Chomsky et n’ayant pas trouvé son équivalent en anglais, il lui a posé la question afin d’en avoir le cœur net. Réponse de l’intéressé : « Je n’ai aucune idée d’où cela vient. Je n’ai pas fait cette compilation moi-même, je ne l’ai pas écrite ni mise sur le web. Je suppose que celui qui l’a fait pourrait prétendre que ce sont des interprétations de ce que j’ai écrit ici ou là mais certainement pas sous cette forme ni en tant que liste. » . Un démenti qui porte plus sur la forme que sur le fond des idées exprimées dans ce texte. Selon d’autres sources – invérifiables – le véritable auteur des « Dix Stratégies de Manipulation » serait un certain Sylvain Timsit.(Mise à jour 12/02/15).

Les nouveaux esclaves

Le paradoxe de notre société consiste à former une jeunesse qui a de plus en plus de diplômes, mais, qui est de moins en moins instruite.

La tendance à l’américaine qui permet d’obtenir des diplômes avec des options acquises qui se complètent par d’autres n’apporte plus une formation solide et générale qui permet de s’adapter au marché, mais des jeunes gens plus ou moins spécialisés qui auront beaucoup de difficultés au cours de leur vie à changer de secteur ou de branche. Quant à leur culture! c’est un mot qui a de moins en moins de sens pour la jeunesse d’aujourd’hui. De plus en plus leur unique valeur tend à être celle de l’argent.

Comme au pays des aveugles les borgnes sont les rois, peut-être pourront il être plus heureux? Je le leur souhaite. Mais ce qui est certain c’est qu’ils seront moins libre, car, ils pourront plus facilement être manipulés car moins instruits. À la limite on ne leur fera apprendre que ce qui est utile pour qu’ils effectuent un travail donné sans vraies possibilités d’évolution ni de réalisation personnelle.

Seule une faible minorité pourra échapper à cette condition de dépendance.
cordialement Camille

écrire une histoire suite 3

Maintenant il nous faut observer les défauts de votre personnage principal. Si il n’en a pas c’est le moment de lui mettre les mains dans le cambouis. Un héros qui n’a pas quelque défaut n’offre pas beaucoup d’intérêt pour le lecteur, alors donnez lui ces quelques imperfections qui vont le rendre humain, qui vont permettre au lecteur qui lui non plus n’est pas parfait de se l’approprier.

déterminez les défauts de votre héros et découvrez son histoire en répondant à ces quelques questions :

  1. quelle est la pire des situations dans laquelle il pourrait se trouver mélé
  2. que ferait-il tout d’abord
  3. Comment cette action pourrait elle le mettre en difficulté
  4. Quelle serait la dernière personne susceptible de l’aider ou de faire équipe avec lui
  5. Quelle nouvelle action cette personne pourrait elle entrainer le héros à faire
  6. Qui ou quoi pourrait se mettre en travers de cette nouvelle action
  7. Comment le héros peut-il transformer son défaut en un atout
  8. Quelle action finale surprenante peut il faire (la dernière chose qu’il aurait fait au début)

Voila votre histoire est structurée, et si vous pouvez répondre à ces différentes questions il y’a de fortes probabilités pour que votre histoire tienne la route jusqu’à la fin.
cordialement Camille