écriture assistée

écriture assistée
Celui qui veut faire et réussir une reliure commence par regarder comment elle a été faite pour être en mesure de la reproduire à l’identique. Il en va de même lorsque l’on écrit et que l’on rencontre des difficultés dans la construction d’une scène ou d’un chapitre. Le plus simple consiste à regarder comment des auteurs chevronnés qui ont traité la même problématique s’en sont tiré. Le peintre ne commence t’il pas par reproduire les tableaux des grands maitres ?
Comment s’y prendre en écriture?
Commencer par rechercher un auteur qui écrit dans le genre qui vous convient, puis, trouver un ouvrage où le problème qui vous préoccupe est traité.
Choisir un chapitre avant et un chapitre après celui qui vous intéresse.
Noter en quelques mots le déroulement de chaque scène exemple :
1. Les cambrioleurs forcent la porte d’entrée
2. Les cambrioleurs se dirigent vers le fond de la pièce
3. Les cambrioleurs découvrent le coffre
4. La lumière s’allume brutalement
5. Les cambrioleurs sont surpris…
Les séquences que vous notez sont l’exposition du récit ce qui vous donne le cheminement qu’a suivi l’auteur. En décalquant et en adaptant à votre récit ces séquences vous allez pouvoir écrire une scène ou un chapitre qui vous posait des problèmes
cordialement Camille

Terrorisme

Terrorisme
Parce que le sujet est permanent dans les médias, j’ai souhaité réfléchir sur ce thème et peut-être trouver une idée pour un roman, mais devant la multitude des menaces qui pèsent sur notre société et leur variété, je me suis demandé : Mais qu’est ce donc qui alimente le « terrorisme »?
J’ai mis le mot entre guillemets car il représente pour moi toutes les menaces aussi bien intérieures qu’extérieures qui pèsent sur notre pays. Les terroristes ont ils une physionomie particulière ? ils sont jeunes moins de 30 ans le plus souvent, un profil psychologique perturbé, ces boules de souffrances conscientes ou inconscientes veulent faire payer ce qu’ils ont subi, subissent… à une société où ils ne trouvent pas leur place. Isolés ou en groupes restreints que cherchent ils? de la reconnaissance, à se venger, à donner libre court à des instincts qu’ils ne contrôlent pas? et ou et comment le terroriste trouve t’il son financement? L’étude des flux financiers devrait renseigner sur l’implication éventuelle des différents acteurs et sur leurs projets…
initialement le financement du terrorisme passait par le blanchiment d’argent illicite en vue de sa réintégration dans le système financier pour acheter légalement et discrètement le matériel nécessaire à la préparation d’actes terroristes. Il est semble t-il de plus en plus lié à la délinquance de droit commun. Prises d’otages, enlèvements racket… Ces actes de grand banditisme ont de plus en plus de mal à trouver une justification politique qui devient secondaire et ne relève pas du terrorisme mais de la délinquance que les pouvoirs incapables d’arrêter habillent de noms exotiques qu’ils rattachent au terrorisme.
Retour au moyen âge et aux bandes en tout genre qui fruits de la misère ont secoué la société jusqu’à la révolution. Il reste à ces bandes ou bandits isolés à s’adapter et à créer des liens pour se rapprocher des populations jusqu’à…
cordialement Camille

Trucs pour un titre efficace

10 Trucs pour écrire un titre efficace
La presse accroche le chaland par un titre efficace pour inciter le lecteur potentiel à acheter le magazine. Vous noterez que 10 trucs pour… est plus accrocheur que : trucs pour un titre, mais moins séduisant que : Comment écrire un titre efficace… Rien n’y personne ne s’oppose à ce que vous utilisiez les mêmes méthodes pour titrer les dossiers, romans… que vous voulez vendre. Ces trucs et astuces passent par une utilisation de procédés classiques de la langue française :
le mot valise : un mot en englobe un autre « adieu goscinix » paru dans libération à la mort de goscini le père d’Astérix
la métaphore : « le soleil dans la caisse »
métonymie : la Tour Eiffel pour représenter Paris ou la France
double sens : Peau de banane à la martinique
calembour : père et maire
fraction de citation : tant va la cruche à l’eau…
chiasme : manger pour vivre et pas vivre pour manger,
alliance de mots contraires : l’acheteur était vendu, l’idiot avait un doctorat…
paradoxe: dépenser pour s’enrichir, pleurer de rire…
chiffre précis : 3 façons de…, comment j’ai gagné mon premier million…
Vous pourrez même ajouter à ces différents trucs les méthodes parfois limites, de la presse people, ainsi que les grands classiques du marketing qui visent à mettre en avant des avantages…
cordialement Camille

De l’idée au premier jet

de l’idée au premier jet
Une fois que vous avez une idée de l’histoire que vous voulez raconter, vérifiez que vous avez un début, un milieu et une fin. Réfléchissez au thème que vous allez développer, à ses différents aspects et à la position que vous allez prendre. Le milieu de votre récit, doit relancer l’histoire et surtout l’intérêt du lecteur.
L’étape suivante va consister à savoir comment va se dérouler votre histoire du début à la fin, et aux solutions retenues par votre héros pour franchir les obstacles qui ne vont pas manquer de se dresser sur sa route. Elaborer les points de passage obligatoires pour le bon déroulement du récit. Ce n’est pas toujours une mince affaire pour retomber sur ses pieds.
Troisième étape, le développement de l’intrigue. Bouchez les trous lorsqu’il y en a, développez ce qui mérite de l’être, supprimez ce qui n’est pas nécessaire, avez vous suffisamment d’obstacles… A la fin de cette étape vous devriez avoir environ 44 scènes.
Commencez maintenant à rédiger brièvement chaque scène en quelques mots, sans oublier l’objectif de la scène, et sans rentrer dans le détail. C’est votre synopsis que vous rédigez, qui fait quoi, où, quand, comment, pourquoi. C’est un moment important pour un auteur.
Maintenant que vous savez ou vous allez, il va être temps de vous immerger dans l’écriture du ier jet.
cordialement Camille

Hep, Taxi

Hep, Taxi
Je viens de faire un constat étrange, les taxis parisiens sont de plus en plus petits. Il y a quelques années, les mercedes, les espaces et autres voitures spacieuses baladaient le client d’un point à un autre de la capitale. Aujourd’hui on constate aux stations de taxis que les files de taxis sont composées de petits véhicules. Le prix du carburant en est il la cause? Sans doute y a t’il sournoisement contribué de même que le prix des véhicules, ainsi que l’incertitude des professionnels du taxi propriétaires de leur plaque qui se demandent s’il pourront toujours céder leur plaque et surtout à quel prix. Car c’est souvent pour eux le capital d’une vie de travail qu’ils vendent pour partir à la retraite.
Surpris par ce constat j’ai eu envie de vérifier si c’était une coïncidence, ou un concours de circonstances et je me suis mis à m’interresser et à guetter les stations taxis. J’en ai fais ainsi plusieurs entre la porte de saint cloud et la place de la concorde sur la rive droite puis entre le boulevard saint germain et la Gare Montparnasse sur la rive gauche.
Conclusion : impression première confirmée. Mais ce n’est qu’une impression à vérifier avec les chiffres officiels d’immatriculations sur les 20 derniers mois.
cordialement Camille

ouf!

Ouf enfin la sortie de l’hôpital. Je ne suis pas rétabli, mais en bonne voie. Maintenant que je n’ai plus besoin de surveillance médicale je prendrai aussi bien les médicaments chez moi. Je devrai être sur pied dans une quinzaine de jours. Mon séjour aux soins intensifs aura été épuisant. Mes mains et mes bras sont marqués par tous les prélèvements de sang que l’on m’a fait, ma poitrine a été tondue pour permettre l’enregistrement du moindre battement de mon coeur… Je peux enfin passer aux toilettes ou à la salle de bain sans être connecté, et sans avoir à demander à une infirmière de me débrancher.
Ce service prend ses tâches tellement au sérieux que même la nuit on vous fait des prélèvements… Autant dire que c’est un service où on dort peu et comme l’on est fatigué, on a tout le temps sommeil. J’ai toujours des difficultés pour respirer et le moindre mouvement me laisse épuisé. C’est normal parait-il. Je n’en suis pas du tout convaincu, mais c’est sans doute le prix à payer lorsque l’on arrive aux urgences la semaine du 15 Août. Affaire à suivre si je ne suis pas rétabli dans une semaine.
cordialement Camille

Epices et condiments

Epices et condiments
C’est après un séjour dans un hôpital que l’on mesure vraiment la signification des mots : « le plaisir de la table ». Celui qui m’a accueilli n’était ni meilleur ni pire qu’un autre, c’était un établissement public traditionnel, plutôt bien géré et avec de bons médecins consciencieux… Côté cuisine, Mon premier repas m’avait semblé pas mal pour un hôpital. Vous notez que je n’ai pas pu m’empêcher d’ajouter pour un hôpital, ce qui déjà dénote un parti pris et un jugement peu favorable. On m’avait servi : une salade de tomates, deux tranches de gigot froid accompagnées par un mélange de navet et de carottes comme légume d’accompagnement, un morceau de fromage et une poire cuite un jus de fraise en dessert, m’avaient semblé très convenable.
Ce n’est que le lendemain lorsque je découvrais le riz basmati au demeurant cuit dans les règles, mais sans sel ni assaisonnement d’aucune sorte que je réalisais que j’étais tombé pour mon premier repas sur un menu qui pouvait se passer d’assaisonnement.
Le poisson un beau filet de cabillaud de qualité était lui aussi cuit sans rien pour le parfumer… Ce bref constat m’a fait réaliser l’importance des épices et des condiments ainsi que de tous ces compléments qui font le « plaisir de la table ».
cordialement Camille