Faire sauter les protections de vos livres

Faire sauter les protections de vos livres
Qu’il s’agisse de epub ou de kindle, vos livres sont très souvent protégés par un DRM qui vous pourrit la vie et vous empêche de lire un livre que vous avez acheté et payé et donc qui vous appartient sur tous vos appareils.

Vous devez pouvoir faire ce que vous voulez y compris le donner si cela vous chante puisqu’il est à vous.

Pour ce faire il vous suffit de vous rendre sur le site de calibre et de télécharger le logiciel qui correspond à votre matériel informatique :
Http:// calibre–ebook.com

Vous pouvez également convertir facilement en quelques clics le format kindle en format epub. Pour cela rendez-vous sur :
Www.epubsoft.com

Calibre est un logiciel performant et gratuit. Il convertit un ebook du format kindle en epub si il n’est pas protégé par un DRM. Si il est protégé, installez kindle DRM removal.

Il ne s’agit pas d’un outil de piratage mais d’un jailbreakeur de livres.

Pour le changement de format, après avoir lancé calibre, cliquez sur l’icône ajouter des livres. Votre livre s’intègre dans la bibliothèque « à convertir ».
Calibre convertit dans la rubrique mise en page pour l’appareil sur lequel vous voulez lire votre livre.
Le livre converti s’affiche dans le panneau principal.
Cordialement

Les résumés

Les résumés
J’ai souvent lu que sur la toile on trouvait de tout, et c’est la vérité.

C’est que de nombreux auteurs en devenir font de petits résumés de ce qu’ils ont lu pour en faire un article.

C’est une bonne façon de s’entrainer à l’écriture, mais, on obtient parfois des contenus surprenants lorsque ces auteurs se mettent à interpréter et à émettre des jugements par rapport à ce qu’ils ont lu. Car, ils donnent alors un sens très différent au texte initial.

L’usage veut que un résumé ne reprenne que le contenu d’un texte sans interprétation car cela peut aboutir à quelque chose de redoutable.

« Mein Kampf » l’ouvrage d’Adolf Hitler est la caractéristique de ce genre d’écrit. C’est la reprise interprétée de très grands textes mal compris, voir pas du tout compris qui aboutissent au final à un ouvrage qui n’a plus rien à voir avec les textes d’origine et n’est plus qu’une suite d’élucubrations auquel l’auteur croit dur comme fer parce qu’il s’est appuyé pour les écrire sur des textes solides dont il a supprimé le contexte et la plupart des éléments qui en faisaient la richesse pour ne garder que quelques phrases éparses dépourvues de leur sens initial.

Prenons par exemple la phrase : « je me jette à l’eau » utilisée dans un contexte d’écriture pour dire de se lancer dans l’écriture sans crainte. Mal interprétée elle devient : « pour écrire mieux vaut savoir nager car, il faut se jeter à l’eau ».

On voit ici les dangers des résumés que certains diffusent sur la toile.
cordialement

Connaissez-vous le passé de votre protagoniste?

Connaissez-vous le passé de votre protagoniste?
Pourquoi il est important de connaitre le passé de votre protagoniste.

Simplement parce qu’un récit débute par un problème que votre protagoniste doit résoudre. Le protagoniste quel qu’il soit en dehors de l’objectif qu’il veut atteindre a trois problèmes à résoudre pour avoir une certaine épaisseur : un problème personnel, un problème professionnel et un problème privé.

Ces trois problèmes viennent du passé de votre personnage qui est dans une certaine mesure rejeté par le monde qui l’entoure, et auquel il ne parvient pas à s’intégrer.

C’est en quelque sorte un orphelin. Dans « panic room » Meg Altman vient de divorcer et cherche un appartement pour habiter avec sa fille Sarah. Dans « la guerre des étoiles » le jeune Luke est un orphelin du moins il le croit et très seul après le décès de son oncle et de sa tante. Dans E.T. le jeune héros est mis à l’écart par sa famille …

Ce sont les éléments de leur passé qui les conduisent là ou débute le récit.
On s’aperçoit donc au travers de ces quelques exemples que si vous ne connaissez pas le passé de votre protagoniste il lui manquera une certaine dimension…

Le protagoniste pour effectuer sa transformation devra résoudre ses trois problèmes qui vont vous aider à baliser votre récit en mettant en place des éléments ou des révélations pour permettre à votre protagoniste de progresser dans son changement.
cordialement

anecdote du Mercredi n°1408501

anecdote du Mercredi n°1408501
Vers les deux heures du matin la télévision s’est allumée toute seule suite à une interférence. Sur l’écran se déroulait un film catastrophe classique assez médiocre et j’ai eu comme une révélation.
Le film catastrophe reprend tous les éléments du roman dont une suite infinie de clichés. J’ai réalisé que c’était un bon moyen pour découvrir la structure d’un roman et surtout en mémoriser les différentes grandes phases.

Présentation d’une situation qui va changer ou est en train d’évoluer, c’est le thème
Présentation d’un antagoniste
présentation du protagoniste
L’incident déclencheur arrive
Les enjeux sont clairement exposés
Le protagoniste est confronté à ses carences
La menace sur le héros ou sur les enjeux sont claires
L’intrigue est nouée
Le héros trouve des alliés
Le méchant est très méchant
Le protagoniste cherche à résoudre le problème central
Les obstacles en utilisant tous les stéréotypes possibles par rapport au thème
Le protagoniste a appris et commence à lutter pour résoudre le problème
obstacles multiples
Le héros change de méthode et résout son conflit privé
Le héros est prêt à se sacrifier et livre un combat à mort
On va trouver la réponse à la question centrale
Le héros se sacrifie
La solution arrive
Le héros résout ses problèmes internes
Dénouement
cordialement

Balisez-vous votre écriture?

Balisez-vous votre écriture?
Baliser son écriture, c’est mettre des rails pour écrire un récit. Certains ne le font pas. Pourtant en mettant des points de repères dans un récit il est plus facile de passer d’un point à un autre pour plusieurs raisons. La première c’est que lorsque vous terminer un chapitre vous connaissez le thème du chapitre suivant. Vous pouvez ainsi passer de l’un à l’autre sans vous égarer et introduire les éléments nécessaire au bon déroulement de votre récit.
Le balisage, correspond aux points de passage obligatoires de votre récit pour permettre à votre protagoniste de poursuivre son évolution.
Ces points de passage sont ce qui permet à votre héros ou votre héroïne d ‘évoluer. Vous introduisez ainsi dans chaque chapitre les points clés qui vont permettre à votre protagoniste de prendre conscience de ses problèmes professionnels, personnels et privés qu’il doit résoudre à la fin de votre récit juste après qu’il ait atteint ou non son objectif. Point qui cloture votre récit et qui est la résolution.
Si vous ne balisez pas votre écriture, lorsque vous réécrirez votre texte, la tâche sera considérable, car non seulement vous aurez à réécrire votre texte, mais vous devrez également vous assurer que l’intrigue est cohérente et que tous les points sont résolus de façon cohérente et logique.
Il n’y a pas vraiment de choix, ou vous tracez la route avant de commencer à rédiger ou votre rédaction devient interminable. Souvent c’est une des raisons pour lesquels certains auteurs en devenir ne parviennent jamais à terminer leur roman.
Certains auteurs il est vrai déclarent qu’ils ne font pas de plan et que ce sont leurs personnages qui avancent tout seul et font avancer leur récit. Mais ceux là écrivent des récits particulièrement long et passent malgré tout d’une étape à l’autre. Il y a entre dix et quinze étapes dans un roman qu’il est facile de se remémorer et de suivre, mais sans plan on doit se rattraper sur la longueur, et équilibrer les trois parties devient plus compliqué.
cordialement

Au fil de la plume : www.camillesaintonge.com

Des personnages vivants

Des personnages vivants

Ce sont les personnages qui insufflent la vie à une histoire.

Un événement commence par une information, avant que l’on se pose la question : Qui ?

Si l’on continue à lire un roman c’est parce que l’on s’intéresse à ce qui arrive aux personnages. Pour cela, ils doivent devenir «réels» pour le lecteur.

Dans la vie nous avons tous des défauts, cela doit aussi être vrai pour les personnages d’un roman. Nous sommes la proie de doutes. Nous voulons que les personnages d’un roman commettent des erreurs de jugement, qu’ils aient des accès de faiblesse … Les personnages doivent évoluer au cours de l’histoire, ils apprennent et le lecteur avec eux.

Ce qui rend un personnage intéressant ce sont ses conflits, ses problèmes, ses malheurs, ses émotions. Qui lirait une histoire où tout est parfait ? Le malheur et les épreuves enferment les personnages dans un tunnel d’où ils s’acharnent à sortir au fil du roman.

RÉSUMÉ

Il faut donner des défauts aux personnages, les faire douter d’eux mêmes, leur permettre d’évoluer, de changer, et les placer dans des situations de conflit.

C’est la partie la plus lourde de conséquences du processus d’écriture du roman.

Lorsque vous donner un nom à un personnage, ne lui donnez pas n’importe lequel. Un nom peut suggérer beaucoup de choses : des traits de caractère, un environnement social et ethnique, des origines géographiques, une attitude …

Ensuite il faut analyser son caractère. Plus on en sait sur un personnage plus il sera facile de faire en sorte qu’ils soient tous différents entre eux et qu’ils aient chacun une voix distincte. Un personnage doit être vivant dans votre esprit avant même l’écriture de la première ligne.

Nous réagissons tous différemment aux événements de l’existence, nos personnages aussi. Les personnages font l’histoire, mais les dialogues font les personnages. Leur vocabulaire nous apprend beaucoup sur eux, de même que la révélation de certains détails de leur passé. Créer ses personnages à l’avance permet de leur faire tenir des propos convaincants avec leur propre voix.

cordialement

 

l’histoire

l’histoire

Écrire un roman, c’est raconter une histoire. Une histoire a un début, un milieu et une fin.

Dans les lignes qui suivent, je vais vous proposer le début d’une histoire. L’histoire est la première étape qu’il faut commencer par écrire brièvement. C’est votre idée de départ

Voici le début d’une histoire :

Le héros est un homme âgé de 35 ans, il s’appelle jean Dupont (pardon pour les « jean dupont », je prend ce nom au hasard) et le physique et le caractère qui vont correspondre à l’histoire que vous allez raconter.

Il a une profession et un paradoxe.

Ses loisirs sont : piloter un petit avion, faire de la plongée sous-marine et naviguer sur sa goélette.

Il a perdu la femme de sa vie dans un accident il y a quelques mois et ne s’en console pas. Il croit qu’il ne pourra plus jamais trouver l’amour.

Il reçoit un courrier d’un vieil ami qui l’invite chez lui pour se changer les idées.

Il décide d’accepter l’invitation.

Lorsqu’il entre chez son ami, il trouve son cadavre.

Fin de la première partie de l’histoire.

La suite peut déboucher sur :

– une histoire d’amour

– un roman policier

– un roman d’aventures

– un thriller…

Chacun de ces genres obéit à des règles qui sont différentes.

À vous de choisir la suite que vous allez donner à cette histoire qui se poursuivra par une troisième partie qui marquera la fin de l’histoire. Ce sera la fin de cette première étape pour écrire un roman.

▪ La seconde étape consistera à écrire à nouveau l’histoire, mais, beaucoup plus détaillée. vous allez ainsi bâtir un début de trame.

▪ Troisième étape, vous imaginez quelle sera la fin de votre histoire, ce qui vous permettra d’envisager le début de l’histoire. Votre personnage va ainsi évoluer.

Ensuite, écriture d’un synopsis sommaire, les rails qui vous permettront de ne pas vous égarer en cours de route.

▪ Quatrième étape : Le synopsis détaillé. Ce qu’il convient d’ajouter et les vérifications qu’il est nécessaire de faire. (Le synopsis détaillé fait entre 30 et 35 pages A4).

▪ Cinquième et dernière étape : La rédaction du roman.

cordialement