un oubli

L’inconvénient des articles que l’on programme à l’avance, c’est que parfois on oublie d’en valider la publication et ils restent sous la forme de brouillons, donc invisibles pour le visiteur ou la visiteuse sur wordpress.

Je vais sur mon site chaque jour, mais je me contente souvent de regarder le trafic du jour ainsi que les likes et les commentaires, et, j’oublie de jeter un coup d’oeil à la case « à paraître prochainement » ou s’inscrivent les cinq articles suivants programmés.

C’est ce qui m’est arrivé le 20 novembre bien qu’il y ait de nombreux articles en ligne. L’oubli est réparé mais il s’affiche avec cinq heures de retard par rapport à mes habitudes. L’avantage, c’est que je peux glisser cet article pour fournir des explications et décaler les articles suivants d’une journée.
cordialement Camille

Publicités

geste parole posture

Utilisez l’outil Geste, Parole, Posture pour faire exister vos héros aux yeux du lecteur. Les gestes, c’est la manière dont le personnage bouge, fait des mimiques… Les paroles, c’est ce qu’il dit et la manière dont il le dit (ton de la voix, formules, vocabulaire, actes de paroles comme le salut, la critique etc.). Les postures, c’est la manière dont il prend sa place dans l’environnement (vêtements, coiffure, accessoires, utilisation et contact avec les choses etc.). Ces « trois canaux d’informations » distribuent leurs contenus petit à petit et simultanément à travers l’ensemble du récit.

Dans le passage ci-dessous, ces canaux sont complètement dissociés : l’un donne tout ce qu’il a à dire, puis c’est au tour de l’autre et enfin au troisième.

GESTES Je voyais le héros sourire, parler vite, rejeter d’un non de la tête…
PAROLES Le souffle, disait-il. Il faut reprendre son souffle…
POSTURES Le héros était impeccable, la sévérité de ses costumes sombres compensée par un accroche-cœur sur son front qui refusait de tenir en place…

A ce stade de la création du récit, il suffit de noter les gestes, les paroles, les postures qui vous viennent à propos de chacun de vos héros. Inutile de les inventer : contentez-vous de décrire un geste, une parole, une posture que vous avez déjà vu dans la réalité (c’est mieux), dans un film (pas mal) ou dans un livre. En clair, votre héros se comportera comme une autre personne.
Cordialement Camille

L’intrigue type

les intrigues-types
Vous tenez un univers tangible. Mais il faut l’animer, c’est-à-dire faire qu’il arrive quelque chose d’intéressant ? Vous avez pu imaginer un début d’histoires, plus ou moins compliqué. Pour y voir clair et pour passer à l’étape suivante, réduisez ce tas d’idées à sa plus simple expression :
comment ça commence, comment ça finit.
Vous pouvez aussi vous inspirer d’une histoire connue, par exemple Roméo & Juliette, le scénario d’un James Bond, la vie d’une personne réelle – et la résumer au maximum. Dernière possibilité, utilisez une intrigue-type déjà rédigée, par exemple :
LA MISSION
Ligne : 1°) Projet commun – 2°) Progression – 3°) Accomplissement.
Ingrédients : Une équipe de héros (ayant un objectif commun), un objectif, des actions des héros nécessaire pour accomplir l’objectif, et un mobile pour les faire travailler ensemble.

Par exemple : 1°) Une équipe de sportifs décident de battre un record. 2°) Ils se préparent et se lancent dans l’entreprise. 3°) Ils battent le record.

Les intrigues-types sont en fait trois comparaisons empilées les unes sur les autres : mon histoire commence, se développe et finit comme cette autre histoire qui existe déjà.
Bien sûr, tout récit en germe contient plusieurs intrigues-types (ou lignes d’intrigues).
Cordialement Camille

symptôme

En médecine, les maladies ont des symptômes, pourquoi ne pas consacrer un peu de temps et d’énergie pour rechercher les caractéristiques de différents états utilisables lorsque l’on écrit et rédiger des fiches?
Par exemple, la peur :
Nous avons tous déjà eu la chair de poule, les battements du cœur qui s’accélèrent, des crampes d’estomac etc…
Le premier effet de la peur est une augmentation du rythme cardiaque. une augmentation de la pression artérielle et la dilatation des artères, ce qui permet au sang de circuler plus vite et plus fort vers le cerveau, les poumons et les muscles. Le corps se prépare à fournir un effort, comme une fuite éventuelle ou un combat potentiel.
Le deuxième effet de la peur est une augmentation du débit ventilatoire. Afin de se préparer à fournir un effort, les bronches des poumons se dilatent afin d’augmenter la concentration du sang en oxygène pour subvenir au besoin des muscles toujours dans l’optique de fuir ou de combattre.
Le troisième effet important de la peur sur notre organisme est une redirection de flux sanguins du système digestif vers les muscles, les poumons ou le cerveau. Ce qui explique qu’une grosse frayeur puisse parfois provoquer des crampes d’estomac. En effet, les muscles, le cerveau et le cœur doivent être sur-alimentés en oxygène et en glycogène afin de se préparer pour une éventuelle fuite ou un éventuel combat.
On peut observer par exemple une diminution du diamètre de la pupille. L’acuité visuelle est aussi augmentée donc la vision est plus précise, ce qui peut être un avantage de taille pour le combat !
cordialement Camille

manifestations de l’adoration

Les manifestations de l’adoration.
Le sujet de l’adoration peut être une personne ou une chose.

SIGNES PHYSIQUES:
Les lèvres se séparent en une expression molle ou douce. La personne marche rapidement pour effacer la distance elle imite le langage corporel (du sujet), elle Touche sa bouche ou son visage, son regard devient fixe.
Le personnage Caresse son cou ou son bras. Il pose une main sur son cœur, il Humidifie fréquemment ses lèvres, il presse légèrement les paumes de ses mains contre ses joues avec le bout des doigts le long de la ligne de sa mâchoire. Ses yeux sont brillants. Il Prononce des éloges et des compliments, il conserve des bibelots, des images ou des articles du sujet.
Il parle constamment du sujet à autrui, il devient inconscient de son environnement ou des autres. Il Ferme les yeux pour savourer. Il parler avec une voix ou un ton doux, Une voix emplie d’émotion.

SENSATIONS INTERNES:
Son coeur bat plus vite jusqu’à en perdre le souffle, il Sent son pouls qui s’emballe, il a la gorge et la bouche sèches.
La température du corps monte. Il a des sensations nerveuses de picotement.

SENSATIONS MENTALES:
Il éprouve le désir de se rapprocher ou de toucher. Il fixe ses pensées sur le sujet, Ecoute et observe avec acuité, il ignorer les distractions, il est Incapable de voir les défauts ou les failles du sujet.

Il Croit que les sentiments qu’il éprouve sont réciproques et y mêle le destin (destinés à être ensemble).

Il envoye des lettres, des courriels et des cadeaux. Il prend des risques ou enfreint les lois pour être près ou avec le sujet. Il Perd du poids. Il est Jaloux envers ceux qui s’approchent du sujet. Il porte sur lui quelque chose qui représente le sujet (photo, vêtements). Devient très Possessif.
cordialement Camille

le récit

Toute histoire peut avoir une intrigue intéressante, mais si le récit est défaillant, le lecteur ne poursuivra pas sa lecture et fermera le livre. Ayez un langage précis et détaillé. Nous écrivons d’une façon différente de celle dont nous nous exprimons, pourtant il faut que l’écrit se rapproche le plus possible du langage parlé. N’hésitez pas à retravailler vos textes. Maitrisez vos sujets et laissez votre plume parler à la place de vos personnages. Soyez simple et direct, faites des descriptions détaillées pour stimuler l’imagination de vos lecteurs et donner vie à vos histoires. Lisez encore et encore avec gourmandise et surtout écrivez chaque jour. Essayez-vous à plusieurs genres, chacun vous apportera des techniques différentes.
cordialement Camille

Les 3 facettes d’un personnage

Pour qu’un lecteur puisse s’approprier un personnage, il a besoin de pouvoir s’identifier à lui ou à elle. C’est à dire de le ressentir dans tous ses aspects :

Son physique, il ne mesure pas seulement un mètre cinquante ou un mètre quatre vingt dix, il est grand et taillé comme un athlète, il y a forcément des anecdotes dans son passé dues à sa taille qui sont susceptibles de concerner le lecteur qui grace à elles pourra mieux comprendre comment il va réagir dans les situations particulières qu’il va croiser dans votre roman.

Son mental, sa psychologie et son mode de fonctionnement, ses tics, ses travers, sa façon de se vêtir, sa manière de s’exprimer.

Son environnement, son passé, les liens qui le rattachent aux autres personnages du roman, son appartenance sociale… Tout cela mérite un développement qui est déjà une histoire en soi.
cordialement Camille